ARCHIVÉ - Magie et gestion

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cathexis Innovations

Le 09 mai 2007— St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador)

Fondateurs de la compagnie Cathexis (gauche à droit) : Mark Gillingham, Steven Taylor, Colin Power, Mark Simms.

Fondateurs de la compagnie Cathexis (gauche à droit) : Mark Gillingham, Steven Taylor, Colin Power, Mark Simms.

Passer une baguette devant un appareil, et savoir quand il a été construit, quand il a été installé, à quand remonte son dernier entretien ainsi que les problèmes survenus, c'est de la magie, non?

En réalité, la technologie qui rend cela possible a eu un effet proprement magique sur Cathexis Innovations, la petite entreprise de St-John's qui a créé ce système. Fondée en 2001 par quatre jeunes ingénieurs qui construisaient des robots à l'Université Memorial (Terre-Neuve-et-Labrador), l'entreprise a à la fin de 2006 signé une entente de trois millions de dollars avec l'organisme chargé de l'éducation postsecondaire aux Émirats arabes unis.

La clé de cette réussite, c'est le principal produit de cette entreprise, IDBlueMC. D'une forme distinctive (il ressemble à un cigare), on le manie comme un crayon. Il lit les données enregistrées dans les transpondeurs d'identification par radiofréquences (IRF), qui consistent en une puce de mémoire et une petite antenne. Il suffit de pointer ce lecteur à main vers un dispositif IRF pour révéler immédiatement les données qu'il renferme.

Cet appareil d'apparence simple a toutefois de profondes répercussions. Il devient maintenant possible de transmettre sans fil à une base de données centrale des données recueillies rapidement et de façon exacte sur le terrain — dans des bureaux, des entrepôts, ou partout ailleurs — ce qui permet de tenir à jour l'inventaire des biens d'un organisme à la minute près.

Cette capacité s'est révélée particulièrement précieuse pour les clients de Cathexis comme le Service forestier de Terre-Neuve-et-Labrador, qui possède plusieurs millions de dollars en équipement de lutte contre les incendies qui peut se trouver n'importe où dans la province. Lorsque les gestionnaires commencent à évaluer les ressources disponibles pour lutter contre le prochain incendie qui dévaste la forêt, ils peuvent obtenir rapidement la liste de ces ressources à partir d'une base de données et ainsi s'assurer qu'ils sont en mesure de lutter contre l'incendie.

Le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI-CNRC), qui fournit aux petites et moyennes entreprises du Canada désirant croître une vaste gamme de services de conseil sur les plans technique et d'affaires ainsi qu'une potentiel assistance financière, a aidé au développement de IDBlueMC. À l'aide de son réseau étendu de conseillers en technologie industrielle de 260 professionnels répartis dans plus de 100 collectivités, le PARI-CNRC appuie la recherche novatrice, le développement et la mise en marché de nouveaux produits et services.

« Le PARI-CNRC a été absolument vital à l'établissement de notre produit IDBlueMC, qui est au bout du compte ce qui nous distingue des concurrents », nous a dit Steve Taylor, le p.-d.g. de Cathexis, qui se rappelle comment le programme a aidé l'entreprise à identifier partenaires et marchés potentiels, mais a aussi financé directement certaines des activités de recherche préliminaires nécessaires à la commercialisation de cette technologie.

Il a ajouté que l'entreprise est aussi redevable au personnel du PARI-CNRC et particulièrement au conseiller en technologie industrielle Steve Noseworthy, qui a suivi leurs progrès. « Le personnel est très compétent, aide sans hésiter, et est aussi candide, ce qui aide beaucoup », a-t-il dit.

M. Taylor fait remarquer que l'IRF est un pas en avant en comparaison avec les codes à barres qu'on utilise actuellement pour identifier plusieurs articles destinés à la vente ou à l'entreposage. Comme l'a appris toute personne ayant utilisé la caisse libre-service d'une épicerie, il est facile de copier ces étiquettes imprimées, leur lecture est difficile, et les lecteurs sont capricieux sinon inutiles si le code à barres est décoloré ou déchiré.

Les dispositifs IRF, par contre, peuvent être scellés par exemple dans une poignée pouvant être fixée à une vaste gamme d'articles, notamment l'équipement de lutte contre les incendies que transporte le personnel du Service forestier de Terre-Neuve et du Labrador, comme les pompes, les soupapes, les compresseurs, les haches et les réservoirs d'essence. M. Taylor indique qu'après avoir été mis à l'essai sous une chaleur intense, ou même après avoir été frappés avec un marteau, les dispositifs IRF restent parfaitement fonctionnels.

« Les codes à barres échouent lamentablement, continue-t-il, mais il est possible de protéger les dispositifs IRF pour leur permettre de résister à de tels abus ».

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI-CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :