Gâteaux, tartes et confiseries coupés aux... ultrasons!

Matiss inc.

Le 05 février 2007— Saguenay (Québec)

Systèmes de coupe aux ultrasons pour production alimentaire de Matiss inc.

Une technologie tranchante : les systèmes de coupe aux ultrasons pour production alimentaire de Matiss inc.

Publiée pour la première fois le 05 février 2007 ; actualisée en juillet 2013

Fondée à l'origine par les frères Martel de Saint-Georges de Beauce, Matiss inc. est une entreprise dynamique qui a développé une technologie de pointe pour la coupe à grande cadence de produits alimentaires.

Pierre et Jacques Martel disent qu’il ont toujours su qu'ils deviendraient un jour entrepreneurs. Après leurs études et quelques années d'expérience au sein de l'entreprise familiale, les deux frères fondent, en 1995, une société entièrement consacrée à l'automatisation industrielle : Matiss inc.

Au fil des ans, les deux frères raffinent leur technique et offrent leurs services de conception, de fabrication et d'intégration d'équipements automatisés dans divers secteurs : bois de sciage, meuble, textile et agroalimentaire. Toujours à l'affût d'idées nouvelles, les deux complices s'intéressent bientôt aux ultrasons. Ils se demandent si ces oscillations à hautes fréquences, appliquées aux techniques de coupe alimentaire, ne permettraient pas des coupes plus franches et plus rapides, tout en évitant que les aliments ne collent à la lame. Une nouvelle aventure commence.

En premier, des prototypes sont conçus, mais ça ne va pas. « On avait beau chercher, on n'arrivait pas à obtenir les connaissances techniques nécessaires. On savait que nos compétiteurs ne nous aideraient pas, nos fournisseurs non plus, alors on s'est dit qu'il faudrait faire nos classes nous-mêmes », raconte Pierre Martel.

Les associés approchent alors Pierre Morissette, conseiller au Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI-CNRC), qui leur propose d'abord d'effectuer une recherche d'informations et de brevets. Les conclusions s'avèrent très encourageantes : le besoin pour la technologie que Matiss inc. veut développer existe et le potentiel de commerce international semble très important. Le CNRC considère que l'idée des frères Martel est novatrice et qu'elle représente un défi technique extrêmement intéressant. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres.

M. Morissette les aide alors à prendre contact avec l'Université de Sherbrooke et l'Université Laval afin d'optimiser le procédé et de régler certains problèmes, notamment l'usure prématurée de la lame et la calibration transducteur – lame. Des visites en France et en Angleterre, faisant également l'objet de conseils et d'une contribution financière du PARI-CNRC, donnent également l'occasion aux ingénieurs de Matiss inc. de rencontrer des spécialistes des ultrasons; ces derniers leur transmettent des informations et du savoir faire plus avancé, permettant de repousser encore les limites de cette technologie.

À mesure que de nouveaux résultats sont connus, les Martel développent des instruments toujours plus polyvalents et plus efficaces. Les aliments n'adhérant presque plus aux lames, on arrive à couper les produits même collants et délicats sans arrêt pour le nettoyage, ce qui augmente la capacité de production. Réalisé de 2002 à 2005, le projet aura donné l'occasion à Matiss inc. de faire l'acquisition de connaissances, d'habiletés et de différents outils précieux : une méthode de travail structurée, des contacts scientifiques et d'affaires inestimables, des renseignements sur les brevets et sur la propriété intellectuelle.

En 2007, Pierre Martel a vendu ses actions à Jacques et a quitté la compagnie. Jacques demeure disposé à maintenir l’avantage technologique de son entreprise et à répondre de mieux en mieux aux exigences de ses nombreux clients de calibre international.

Aujourd’hui, avec plus de 50 employés, et un chiffre d'affaires prévu de passer de 2  millions de dollars en 2012 à 2,3 millions de dollars cette année pour sa division de coupe aux ultrasons, Matiss inc. est un chef de file mondial en matière de découpe alimentaire. Cette performance remarquable, le CNRC y a collaboré à sa façon. « Avec l'aide du PARI-CNRC, on a vraiment pu repousser les limites de la technologie, de dire Pierre Martel. C'est une super belle institution, qui pose les bonnes questions... et qui donne un soutien financier en plus! »

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :