ARCHIVÉ - Le scanner mobile Handyscan 3D

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Creaform Inc.

Le 15 juin 2007— Saguenay (Québec)

Le Handyscan de Creaform inc. : un scanneur ergonomique unique au monde, véritable révolution dans le monde du numérique 3D.

Le Handyscan de Creaform inc. : un scanneur ergonomique unique au monde, véritable révolution dans le monde du numérique 3D.

En 2005, une entreprise de Lévis (Québec) lance le premier système de numérisation 3D à main autopositionné au monde : le Handyscan. Un véritable exploit technologique. Un an plus tard, l'appareil est distribué dans 25 pays et la compagnie réalise un chiffre d'affaires de quatre millions de dollars uniquement par la mise en marché de cette nouvelle technologie. Un véritable exploit commercial. Débuts fulgurants d'une firme de haute technologie de chez nous : Creaform.

Charles Mony est un entrepreneur déterminé qui voit grand et loin. Quand il fait appel au Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches Canada (PARI-CNRC), en 2002, il a un projet précis en tête : il veut mettre au point et commercialiser un scanner portable et performant, pour la numérisation 3D de pièces reliées aux secteurs de l'automobile, du transport, de l'aéronautique ainsi que du médical et du multimédia. Le balayage laser de la pièce permet sa reproduction en temps réel et en 3D. Le logiciel d'imagerie 3D développé par Creaform permet ainsi la reproduction 3D de la pièce. Cette nouvelle technologie permet aux entreprises en développement de produits d'arriver plus rapidement sur les marchés. Une percée technologique majeure.

Conseiller d'expérience au PARI-CNRC, Claude Chapdelaine est convaincu du potentiel de l'idée de Charles Mony comme future technologie de pointe. Dans un premier temps, il incite M. Mony à structurer davantage son projet par la réalisation d'un plan d'affaires incluant des objectifs clairs pour le développement de cette technologie. Il s'assure ainsi que tous les efforts vont dans la bonne direction.

L'apport du PARI-CNRC est très apprécié par les gens de Creaform. Vice-président aux finances et développement technologique de l'entreprise, André Couture mentionne : « Notre société, alors en démarrage, avait besoin de conseils et de l'appui de gens d'expérience pour un projet d'une telle ampleur et, ce fut le cas avec le PARI-CNRC et monsieur Chapdelaine. »

L'entrepreneur et le conseiller s'entendent pour lancer d'abord deux projets en parallèle : un premier pour définir la plateforme technologique que Creaform veut commercialiser, l'autre pour explorer la possibilité de marier deux technologies existantes. Le deuxième projet permettra d'amener rapidement de l'eau au moulin, en proposant à des entreprises comme Bombardier, Renault ou Black & Decker des services de numérisation fixe améliorés.

Plusieurs opérations sont alors menées simultanément, dont différents maillages avec des firmes spécialisées en haute technologie, en marketing et en étude de marché. En peu de temps, des ententes sont signées, ce qui mène à la création d'un système innovateur de numérisation fixe, qui est plus performant.

Du côté de l'avancement technologique, c'est à l'Université Laval que messieurs Mony et Chapdelaine trouvent, en 2004, dans le cadre d'un troisième projet majeur avec le CNRC-PARI, la technologie tant recherchée. Charles Mony négocie les droits et poursuit les démarches de mise au point du système de scanner dont il rêve et dont l'image se précise de plus en plus.

Il s'agit d'un scanner portable, léger, infiniment précis, offrant une grande résolution, mais surtout totalement autonome, ce qui le distingue de la concurrence. En balayant une pièce, le scanner produit un nuage de points qui sont traités par plusieurs logiciels afin de composer, instantanément, l'image 3D souhaitée. La conception et les calculs nécessaires sont effectués chez Creaform, en collaboration avec une firme externe, 3DI.

Le Handyscan, premier scanner à main au monde, est enfin lancé en 2005. En moins de deux ans, l'entreprise vend 163 exemplaires internationalement, en plus d'offrir ses différents services de numérisation. En 2007, une centaine d'employés, cadres, ingénieurs ou techniciens spécialisés travaillent pour l'une ou l'autre des trois divisions de l'entreprise : Creaform de Lévis, Handyscan 3D et Euroform, près de Paris.

Récipiendaire de nombreux prix et reconnaissances attribués aux entreprises technologiques tel le prix Vision 2006 décerné par la Chambre de commerce de Québec, Fidéides Haute Technologie et Exportation en 2007, Mercuriades Haute Technologie 2007 et le Mérite commercial Desjardins en mars 2007, Creaform continue toujours sur sa remarquable lancée. Une croissance constante, à l'image des grandes entreprises.

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI-CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :