ARCHIVÉ - De l'espace orbital infini au laboratoire restreint

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Dynacon Inc.

Le 15 juin 2007— Ottawa (Ontario)

Dépôt de boîtes de Petri dans un InocuLab

Dépôt de boîtes de Petri dans un InocuLab

L'expertise d'une compagnie canadienne dans le maintien des formes structurales de gros objets dans l'espace est maintenant exploitée dans un petit objet, un laboratoire.   

Dynacon Inc. est une entreprise privée qui applique l'automatisation et la technologie de la robotique aux marchés de l'aérospatiale et du laboratoire. Elle met ses capacités à profit dans les secteurs de l'intégration de systèmes, de l'analyse et de la simulation ainsi que de la conception et de la fabrication de logiciel et de matériel. En aérospatiale, Dynacon met au point des produits pour systèmes de contrôle de satellites, exécute des analyses de systèmes avancés et construit des microsatellites complets.  

Dans le marché de l'automatisation des laboratoires, ses produits servent à l'exécution de tests sur des échantillons typiques provenant de bureaux de médecins. Plusieurs peuvent se demander comment la technologie appliquée à l'espace orbital peut être utilisée dans un laboratoire qui effectue des tests sur des fluides humains comme l'urine et la salive. Pour Dynacon, le pas n'a pas été difficile à franchir. La société s'est construit un nom à partir d'une combinaison de dynamique – manière dont les choses bougent – et de contrôle, et le contrôle de tests sécuritaires et précis à des fins médicales est en grande demande. Depuis plus de cent ans, le travail de microbiologie s'effectue manuellement. Le nouveau produit InocuLab de Dynacon se concentre sur l'élimination des défauts, pour que les coûts baissent et la qualité augmente.

Imaginez-vous une mini-grue à l'intérieur d'un laboratoire de la taille d'un pupitre. Le bras du robot trempe une boucle dans le liquide et la promène en zig-zag dans une boîte de Petri. Alors qu'une main humaine peut laisser des pâtés de l'échantillon partout dans la boîte, InocuLab l'étend uniformément, permettant à l'organisme de croître. Chaque boîte reçoit un code à barres et est ensuite placée dans un incubateur. InocuLab va même jusqu'à ouvrir et refermer hermétiquement les bouteilles d'échantillons, éliminant ainsi toute exposition à des blessures causées par le travail répétitif. Les erreurs sont ainsi énormément réduites, voire même éliminées, et la qualité augmente de manière exponentielle.

À la fin de chaque journée ouvrable, des laboratoires, partout dans le monde, reçoivent des livraisons d'échantillons. Une véritable course s'ensuit pour placer les échantillons dans des boîtes de Petri et ensuite dans l'incubateur pour que les médecins reçoivent les résultats le jour suivant. Avec InocuLab, de nouveaux échantillons sont déposés dans le petit laboratoire chaque demi-heure, et 1100 échantillons sont vérifiés chaque nuit.  

Lorsque Dynacon a conçu et créé la prototype InocuLab, ce n'était pas l'appareil pratique qu'on voulait vraiment et, par conséquent, il n'était pas rentable. La société Dynacon s'est donc adressée au PARI-CNRC pour obtenir de l'aide. Le PARI-CNRC n'a pas fait qu'investir de l'argent dans Dynacon – il a aidé la société à obtenir du capital de risque. « Lorsque nous nous sommes adressés à des investisseurs, nous leur avons laissé savoir que nous avions reçu un certain montant d'argent du gouvernement », a déclaré Stephen Sorocky, PDG de Dynacon. « L'un des bénéfices durables du financement du PARI-CNRC a été l'obtention d'un financement de capital de risque de 750 000 $. Si nous avons pu recevoir cet argent c'est, en partie, à cause de l'atténuation du risque fournie par le financement du PARI-CNRC. Cet argent a non seulement accéléré la croissance de l'entreprise, mais il a aussi eu l'effet bénéfique d'attirer un conseil d'administration composé de professionnels et une visibilité tangible sur les marchés des capitaux et les marchés du capital de risque. C'est un modèle auquel davantage de personnes devraient recourir. Il aide les jeunes entreprises en réduisant le risque pour l'investisseur qui arrive en sachant que le gouvernement est dans le bateau avec eux. »

Lorsqu'on lui a demandé comment il est passé de l'espace orbital au laboratoire, Stephen Sorocky a déclaré, en blaguant, : « Un pas   douloureux à la fois. » Il a aussi dit que l'aide de l'extérieur leur avait permis de faire la transition sans douleur. « Le conseiller en technologie industrielle du PARI-CNRC nous a aidés à passer d'un prototype dans un laboratoire de type universitaire à un produit que nous pouvions construire, mettre en marché et expédier. Le PARI-CNRC est aussi une source formidable pour le réseautage. »

Lorsque le partenariat entre Dynacon et le PARI-CNRC a commencé au début de 2001, ses revenus provenant de services d'experts-conseils étaient d'environ 1 800 000 $. Maintenant, ils approchent les 5 000 000 $.  

« Avec l'aide du PARI-CNRC, nous avons pu passer de société d'experts-conseils en génie à une compagnie de développement de produits, a ajouté M. Sorocky. Le PARI-CNRC nous a aidés avec les ressources techniques et les ressources du marché. Il s'est assuré que nous avions un bon plan solide avant d'aller de l'avant. »

InocuLab compte maintenant près de 75 installations dans le monde et est présent dans tous les laboratoires de biologie médicale importants. Trois laboratoires InocuLab sont produits chaque mois. InocuLab a été reconnu comme pratique exemplaire par Quest Diagnostics – le plus gros laboratoire aux États-Unis. L'installation la plus remarquable est sans doute celle de l'Hôpital pour enfants du Vatican. Et qui plus est, la pénurie de techniciens de laboratoire prévue pour l'Amérique du Nord coïncidant avec une augmentation énorme du nombre de tests requis, nul doute que la réussite d'InocuLab croîtra plus rapidement que presque toute chose dans une boîte de Petri.

Renseignements : Relations avec les médias
613-991-1431
media@nrc-cnrc.gc.ca

PARI-CNRC
1-877-994-4727
publicinquiries.irap-pari@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branché

Abonnez-vous

Date de modification :