Des PME partagent leurs réflexions sur l’adoption de nouveaux systèmes de planification des ressources de l’entreprise (ERP)

Transcription

MP4 Format

Transcription :

HERD, c’est une entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et la vente de pare-chocs utilitaires pour camions de transport. Ils sont uniques et servent à protéger les véhicules dans des collisions avec des animaux sauvages ou tout autre obstacle sur la route.

BioChambers commercialise des salles et des caissons de croissance pour végétaux depuis près de 40 ans. Les caissons de croissance sont des équipements spécialisés permettant de reproduire un environnement optimal pour la recherche. Notre entreprise est relativement petite, mais elle offre des produits sur mesure d’une très grande complexité sur le marché mondial.

Carlson Engineered Composites fabrique des pièces en matériaux composites destinées aux constructeurs d’autocars et à l’industrie agroalimentaire. Nous avons près de 250 employés travaillant dans 2 installations.

On a réalisé, il y a quelques années, que nous allions plafonner rapidement au niveau du système informatique, cette infrastructure invisible de l’entreprise... les outils dont nous avons besoin pour communiquer et travailler efficacement et de manière intégrée.

Notre entreprise possédait un grand nombre de systèmes qu’elle souhaitait consolider à l’intérieur d’un système global, c’est pourquoi nous pensions qu’un système de gestion intégré pouvait nous être très utile et grandement accroître notre efficacité.

C’était difficile pour nous de savoir en temps réel où se trouvait une pièce donnée dans la chaîne de production, et ça constituait un inconvénient majeur.

Il faut être extrêmement consciencieux, quand vient le temps de choisir les bons logiciels et les gens qui vont en faire l’intégration.

Nous avions mis la barre passablement haut en choisissant un système de gestion intégrée très puissant, d’une capacité probablement plus grande que celle que la plupart des petites entreprises auraient choisie à l’époque, mais nous avions des objectifs de croissance et le souci de nous éviter d’avoir à recommencer cette étape à l’avenir.

On ne doit pas prendre de temps en démonstrations – il faut concrètement tester le système informatique.

J’ai été surpris de voir l’ampleur du travail d’introspection qu’il nous a fallu faire en tant qu’entreprise et l’importance de ce travail sur le résultat final. C’était une condition sine qua non pour la croissance et le développement de notre entreprise.

C’est rare qu’une entreprise de fabrication qui se procure un nouveau système puisse se satisfaire de son fonctionnement par défaut.

Au départ, on cherchait un moyen d’apposer un code à barres à tous les éléments de notre production pour pouvoir les retracer à l’intérieur de l’usine. Nous avons ensuite tâché de rationaliser nos opérations de production et d’adapter dans une certaine mesure le logiciel de manière à pouvoir combiner efficacement les deux.

Nous avons été passablement impressionnés par les avancées de la CAO. Grâce aux nouvelles fonctionnalités offertes aujourd’hui, nous avons pu réduire le temps de la conception de nos produits, ainsi que le nombre d’erreurs.

La première chose que les visiteurs qui connaissent le domaine de la production remarquent chez nous, c’est l’absence de va-et-vient. Chaque employé trouve sur un portail en ligne les tâches à accomplir et leur séquence, sans jamais devoir quitter son poste. Nous avons pris en charge la gestion de la relation. avec la clientèle et la saisie des commandes... Nous sommes en voie de devenir un véritable configurateur.

Nous avons pris beaucoup d’avance dans l’intégration de la technologie numérique grâce à l’acquisition de deux robots et à la mise en œuvre d’un système de suivi par code barres. Mais nous avions toujours besoin de rapports pour nous indiquer le nombre d’unités en stock dans certains secteurs particuliers de l’usine et du même coup, signaler les points d’étranglement ou de surcharge dans la chaîne de production. Cette information est très utile pour dépêcher du personnel d’appoint dans le secteur touché. Au cours des six à neuf derniers mois, nous avons accru notre productivité et notre efficacité de production de 30 %.

On doit constamment créer de la valeur ajoutée dans le marché et nos employés ont besoin d’être libérés des tâches banales qui souvent, mènent à des erreurs qui peuvent causer des problèmes.

Nous sommes fiers de la capacité que nous avons grâce à notre système de commande, notre contrôleur, de pouvoir établir des diagnostics à partir d’un point unique pour nos clients aux quatre coins du globe.

La technologie numérique est tout à fait dans l’esprit de la méthodologie allégée, que nous avons adoptée. Il s’agit d’un autre outil pour nous permettre de fonctionner en mode de plus en plus allégé chaque jour.

Nous aimerions donner à nos clients la possibilité de concevoir leurs propres produits.

Aujourd’hui, nous n’en sommes encore qu’à l’étape de mise en place de l’infrastructure et de la base de notre plan de TI. Par contre, l’intention est de faire en sorte que nos clients puissent accéder à nos produits en ligne et même les configurer à leurs besoins.

La prochaine étape consistera à consigner le temps de production de chaque élément.

Pour nous, la prochaine étape est de devenir un fournisseur mondial.

Quand j’y pense, je me dis que le PPATN a donné à mon entreprise l’avantage concurrentiel dont elle a besoin dans la poursuite de l’aventure.

Aussitôt que nous avons appris l’existence du programme PPATN, nous avons été très intéressés parce qu’il couvrait les coûts de la formation. Le programme nous offrait le soutien nécessaire pour accomplir en un an ce qui sans aide nous aurait pris au moins cinq ans à réussir.

Chez Carlson, nous nous estimons très chanceux d’avoir un lien avec le PPATN, puisqu’à l’usage, nous avons constaté qu’il nous mettait en contact avec d’autres entreprises, d’autres fabricants. Jamais nous n’aurions pu franchir tout ce chemin sans aide. Il nous en aurait coûté beaucoup plus et nous aurions perdu beaucoup plus de temps. Les possibilités sont illimitées, on ne voit que la pointe de l’iceberg. Il y a tellement plus à venir.