ARCHIVÉ - Évaluation du Groupe de technologies langagières interactives (GTLI) - Institut de technologie de l'information du CNRC

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Tables des matières

RÉSUMÉ

Relevant de l'Institut de technologie de l'information (ITI-CNRC), le Groupe de technologies langagières interactives (TLI) est un groupe de recherche axé sur le développement d'outils informatisés pour le traitement de l'information orale et textuelle multilingue. Le groupe concentre ses activités de recherche essentiellement sur le développement de systèmes de traduction automatique statistique (TAS) utilisant les principes d'apprentissage machine (AM) issus de l'informatique. Le groupe de recherche du CNRC, qui a été crée en 2003 en réponse au Plan d'action pour les langues officielles (PALO), constitue un des instruments de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013. La feuille de route est une des clés de voûte de la stratégie mise de l'avant par le gouvernement fédéral en matière de langues officielles.

Portée de l'évaluation et méthodologie

Le présent rapport renferme les conclusions de l'évaluation qui a été menée par le Bureau de la vérification et de l'évaluation du CNRC de septembre 2011 à janvier 2012. L'évaluation portait sur les questions d'évaluation prévues, qui appartiennent à deux grandes catégories, soit la pertinence et le rendement, et couvrait la période de 2008-2009 à 2011-2012, inclusivement.

La démarche suivie faisait appel à plusieurs méthodes. Il s'agissait, par cette approche, de permettre la triangulation des données et d'assurer la complémentarité des résultats grâce à l'utilisation d'un ensemble restreint de méthodes qualitatives et de méthodes quantitatives. Parmi les méthodes particulières utilisées, mentionnons l'examen des documents internes et externes, l'analyse de données sur le rendement et de données financières ainsi que des entretiens menés avec des informateurs clés.

Pertinence - Nécessité du programme

Le Groupe de TLI a été créé pour répondre aux besoins de deux types de clientèles, qui forment deux segments distincts de l'industrie langagière en général : les utilisateurs des technologies langagières (cabinets de traduction, traducteurs pigistes, utilisateurs de technologies langagières) et les entreprises de technologies langagières. Les données collectées dans le cadre de l'évaluation confirment que l'industrie des technologies langagières et le milieu de la traduction ne possèdent pas les capacités de recherche-développement (R-D) ni les ressources financières nécessaires pour investir massivement dans la conception de technologies et d'outils langagiers novateurs. Cela est particulièrement vrai dans le cas du développement de technologies d'envergure complexes comme les systèmes de TAS.

Pertinence - Rôle du gouvernement fédéral

La recherche a démontré que la participation du gouvernement fédéral dans le domaine des technologies langagières se justifiait par trois facteurs clés. Tout d'abord, en vertu de la Loi sur les langues officielles, l'administration fédérale est tenue d'appuyer la dualité linguistique canadienne. Deuxièmement, en raison de la masse critique et du savoir-faire de calibre mondial que détient le Groupe de TLI, le CNRC constitue l'organisme fédéral le mieux positionné pour mener les recherches dans ce domaine. Troisièmement, l'étude a démontré qu'il n'existe aucun autre système de TAS au Canada mis à part celui développé par le Groupe de TLI. En fait, les systèmes étrangers proposés aux utilisateurs canadiens comportent de sévères limites qui justifient l'intervention de l'État dans le développement de ce genre de technologies.

Pertinence - Conformité aux priorités du gouvernement et du CNRC

L'évaluation a démontré que le Groupe de TLI était en conformité avec la stratégie fédérale en science et technologie (S-T) et les priorités du gouvernement du Québec. Des possibilités d'amélioration ont toutefois été relevées pour ce qui est de l'alignement sur les programmes et les priorités du CNRC découlant de sa nouvelle stratégie. Nonobstant le fait que les dirigeants du CNRC interrogés n'ont pu décrire de manière préciser le rôle que le groupe sera appelé à jouer à l'intérieur de la nouvelle structure de programme au moment où l'évaluation a été réalisée, les participants internes ont reconnu de façon générale qu'il serait possible de mettre à profit les compétences, l'expertise et les technologies que possède le Groupe de TLI dans le domaine de la sécurité.

La réorientation des activités du groupe dans le domaine de la sécurité pourrait s'avérer problématique aussi longtemps que le Groupe demeure lié à la réalisation des objectifs stratégiques de la Feuille de route, qui vise à renforcer l'industrie langagière canadienne. La question fondamentale est de savoir si les deux mandats sont compatibles. À en juger par les données collectées dans le cadre de l'évaluation, il semblerait que la recherche en sécurité pourrait profiter à l'industrie langagière du Canada tant et aussi longtemps que des applications civiles sont explorées et que des efforts sont déployés pour transférer les technologies développées au secteur privé.

  • Recommandation 1 : Tant et aussi longtemps que le Groupe de TLI constitue une initiative relevant de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne, le CNRC doit s'efforcer de concilier la contribution de cette entité à la nouvelle structure de portefeuille/programme du CNRC et sa contribution à l'objectif stratégique de la Feuille de route (soit renforcer l'industrie langagière canadienne).

Réalisation des résultats escomptés - Consolider la position du Canada dans le domaine des technologies langagières

De façon générale, l'évaluation a démontré que la création de technologies et de savoir novateurs par le Groupe avait hissé le Canada parmi les chefs de file mondiaux dans les technologies langagières, principalement dans le domaine de la traduction automatique statistique (TAS). Plus précisément, la qualité des publications produites par le Groupe de TLI, sa contribution aux efforts de la communauté scientifique et les répercussions de ses activités sur la qualité de la recherche menée dans les universités canadiennes ont donné au Canada une position de chef de file mondial dans ce domaine.

En plus de la création de savoir novateur, le Groupe de TLI s'est également illustré par sa contribution à l'innovation technique et technologique dans le domaine des outils d'aide à la traduction, à la catégorisation et à la gestion de documents et à la terminologie. Tous les participants consultés ont confirmé la qualité des technologies mises au point par le Groupe, mais le système PORTAGE a de façon générale été cité comme sa plus grande réalisation à ce jour. L'évaluation a également révélé que le Groupe de TLI savait mettre à profit les aptitudes et les compétences en recherche de l'ITI-CNRC en allant puiser de l'expertise dans d'autres groupes de recherche, ce qui a contribué au succès obtenu.

L'évaluation a également révélé que la contribution de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) et du Bureau de la traduction du Canada (BtB) à l'atteinte de cet objectif stratégique avait été faible, alors qu'en vertu de la proposition originale du Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT), ces organismes devaient contribuer à la production de connaissances et au développement de technologies langagières avec le CNRC.

Réalisation des résultats escomptés - Renforcer l'industrie langagière canadienne

Malgré le succès remporté par le Groupe dans la création de technologies novatrices, nous avons constaté que son apport à la croissance de cette industrie était faible.

Les impacts identifiés par les clients varient selon la technologie sous licence. Dans le cas de technologies autres que PORTAGE (soit PORTalign de Multicorpora et Webitext de Terminotix), les clients ont exprimé un degré de satisfaction plus élevé à l'égard des produits qu'ils utilisaient, auxquels ils attribuent également l'accroissement de leur compétitivité et l'augmentation de leur chiffre d'affaires. Les deux clients qui se sont procuré une licence du système PORTAGE, soit CLS-Lexitech et le BtB, n'ont pas été en mesure de nommer les avantages que leur procurait la technologie, puisque les deux organisations étaient à mettre en œuvre et à évaluer le rendement de leur système lorsque les entretiens ont eu lieu. Néanmoins, les deux organisations ont indiqué que les résultats préliminaires des évaluations internes révèlent un potentiel d'accroissement de la productivité.

Le transfert de la technologie PORTAGE à deux des plus importants acteurs de l'industrie de la traduction au Canada, CLS-Lexitech et le BtB en l'occurrence, constitue une réalisation notable pour le Groupe lorsqu'on considère le nombre de traducteurs qui auront désormais accès à la technologie. Qui plus est, grâce à PORTAGE, le BtB sera mieux en mesure de remplir son mandat, qui est d'offrir des services de traduction aux ministères fédéraux tenus d'utiliser les deux langues officielles aux termes de la Loi sur les langues officielles. Il s'agit là d'une contribution importante à l'objectif stratégique de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne.

Nonobstant le transfert de la technologie PORTAGE à ces deux grands joueurs, nombre de participants à l'évaluation ont souligné les possibilités de commercialiser sur les marchés étrangers les technologies développées au pays.

  • Recommandation 2 : Le CNRC doit élaborer et mettre en œuvre une stratégie de commercialisation de la technologie PORTAGE et de la propriété intellectuelle qui y est rattachée, de manière à accroître ses répercussions sur l'industrie langagière. Le CNRC doit aussi explorer les débouchés commerciaux qui existent dans d'autres secteurs d'activité à la lumière des utilisations et applications possibles de la technologie recensées dans le cadre de la présente évaluation (p. ex. : dans le domaine de la sécurité et de la défense).

Les données recueillies ont démontré que les répercussions réduites du Groupe à ce chapitre s'expliquent par les nombreux obstacles qui se dressent dans le transfert de la technologie, dont :

  • la forte concurrence sur le marché des technologies langagières pour les outils d'aide à la traduction;
  • les capacités d'absorption limitées des cabinets de traduction;
  • la capacité financière des entreprises de technologies langagières;
  • la résistance opposée par les traducteurs aux outils de traduction automatique (TA);
  • la perception au sein de la communauté que faire affaire avec le CNRC est une entreprise complexe;
  • l'existence d'autres systèmes de TA (technologies ouvertes et produits commerciaux).

Réalisation des résultats escomptés - Contribution au renforcement du système d'innovation canadien

L'évaluation a révél\xC3\xA9 que le CNRC et ses composantes, le Groupe de TLI et le PARI-CNRC, étaient des joueurs clés dans le système d'innovation local. En plus de sa contribution au développement et au transfert de technologies novatrices, le CNRC a soutenu la croissance du système d'innovation local grâce aux actions suivantes :

  • organisation d'événements et de séminaires visant à rassembler la communauté scientifique;
  • attraction de compagnies novatrices et d'investissements dans cet incubateur d'entreprises en raison de la proximité physique des chercheurs;
  • partage de connaissances et de savoir-faire formels et informels avec des chercheurs des milieux universitaires et des entrepreneurs;
  • formation de personnel hautement qualifié (PHQ).

En plus de ces contributions, il a été constaté que le CNRC est perçu par la vaste majorité des parties intéressées comme l'un des piliers de la croissance et de la viabilité du Centre de recherche en technologies langagières (CRTL), organisme sans but lucratif créé par le CNRC, le BtB et l'UQO en collaboration avec des partenaires de l'industrie langagière Footnote 1.

Les résultats de l'évaluation confirment également que la situation générale du CRTL s'est passablement améliorée depuis la dernière évaluation. En fait, il semble que le CRTL possède désormais tous les outils requis pour contribuer à la croissance de l'industrie des technologies langagières.

Économie et efficience

Nous avons constaté que le Groupe de TLI, qui applique les processus et pratiques administratives établis par les directions centrales du CNRC et l'ITI-CNRC, fonctionne de manière efficiente. Outre le fait que la direction du CNRC s'est montrée très satisfaite des réalisations du Groupe, notre évaluation a démontré que le Groupe utilisait les ressources dont il dispose pour produire des technologies novatrices considérées parmi les meilleures du monde.

De plus, le Groupe fait une gestion économique de ses ressources. Il y a toutefois des indications de possibles économies à réaliser, et dans les deux cas, celles-ci ont trait au bail conclu avec l'UQO.

Premièrement, certains participants internes ont indiqué que le loyer des installations à l'UQO était supérieur à ce qu'il en coûterait au CNRC pour accueillir le groupe de recherche dans des locaux vacants dans les installations du chemin Montréal, à Ottawa. Toutefois, les répercussions négatives qu'entraînerait le déménagement du Groupe sur ses partenaires du CRTL ont aussi été soulignées, puisque le Groupe de TLI constitue le noyau des activités de recherche du Centre. Il est à noter que pour réduire ses coûts de fonctionnement, en conformité avec le programme de compressions budgétaires du gouvernement, le BtB a quitté les installations en 2011. Dans ce contexte, le départ d'un autre membre clé du groupe nuirait sans aucun doute à la crédibilité et à la viabilité du CRTL.

Deuxièmement, la superficie des installations louées par le Groupe dépasse ses besoins. À la lumière des entretiens avec les participants à l'évaluation, environ 25 % des locaux loués par le Groupe étaient inutilisés au moment où l'évaluation a eu lieu.

  • Recommandation 3 : Le CNRC doit s'assurer que les locaux loués correspondent aux besoins effectifs du Groupe et, dans l'éventualité où le Groupe de TLI demeure dans ses installations actuelles, négocier les futures conventions de bail en conséquence.

Conclusion

Après huit années consacrées à faire avancer les technologies langagières, le Groupe de TLI a prouvé qu'il offre un bon rendement sur l'investissement (pertinence et rendement), mais il se trouve actuellement à la croisée des chemins quant à l'orientation de ses activités de recherche futures, en raison de facteurs internes et externes qui ont modifié la donne.

D'une part, le développement du système PORTAGE, le principal objet des activités de recherche du Groupe, a atteint un degré de maturité et de stabilité suffisant, et par conséquent ne nécessite pas le même niveau d'investissement que par le passé. Ainsi, le Groupe de TLI a la possibilité d'entreprendre des recherches dans d'autres domaines ou d'explorer d'autres applications de la technologie PORTAGE pour d'autres secteurs d'activités. D'autre part, en vertu de la nouvelle stratégie adoptée par le CNRC, tous les groupes de recherche doivent aligner leurs activités sur les nouveaux programmes et les nouvelles priorités de l'organisation. Dans ce contexte, les participants internes et externes à l'évaluation ont fait état de possibilités de développer des applications pour le secteur de la sécurit\xC3\xA9, qui s'harmoniseraient avec le nouveau portefeuille Sécurité et technologies de rupture. Le succès de ce créneau de recherche dépendra toutefois de la capacité du groupe de conclure des ententes formelles de recherche en collaboration avec des partenaires clés des secteurs de la défense et de la sécurité, dont des partenaires d'autres ministères et du secteur privé.

Malgré la nécessité de réaligner ses activités sur les nouveaux programmes et les nouvelles priorités du CNRC, le Groupe de TLI demeure responsable jusqu'à l'exercice 2012-2013 de certains des objectifs stratégiques de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne. Par conséquent, il sera essentiel que le CNRC concilie les deux mandats pour assurer sa pertinence.

1.0 INTRODUCTION

Relevant de l'Institut de technologie de l'information (ITI-CNRC), le Groupe de technologies langagières interactives (TLI) est un groupe de recherche axé sur le développement d'outils informatisés pour le traitement de l'information orale et textuelle multilingue. Le groupe concentre ses activités de recherche essentiellement sur le développement de systèmes de traduction automatique statistique (TAS) utilisant les principes d'apprentissage machine (AM) issus de l'informatique. Le groupe de recherche du CNRC, qui a été crée en 2003 en réponse au Plan d'action pour les langues officielles (PALO), constitue un des instruments de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013. La feuille de route est une des clés de voûte de la stratégie mise de l'avant par le gouvernement fédéral en matière de langues officielles.

Le Comité de la haute direction (CHD) a autorisé la tenue d'une évaluation du Groupe de TLI en octobre 2011. Le présent rapport renferme les conclusions de cette évaluation qui a eu lieu à l'hiver 2011-2012 et qui a porté exclusivement sur les activités du CNRC visant à soutenir l'industrie langagière. Cette précision est essentielle puisque le Groupe de TLI et le Centre de recherche en technologies langagières (CRTL), organisme sans but lucratif ayant pour mission d'appuyer l'industrie langagière à Gatineau, sont encore perçus comme une seule et même entité par les principales parties intéressées. Footnote 2 L'évaluation se concentrera donc sur les principales réalisations du Groupe de TLI au cours des trois dernières années, et notamment sur son action pour appuyer la croissance et favoriser le succès du CRTL. D'autres partenaires comme l'Université du Québec en Outaouais (UQO) et le Bureau de la traduction du Canada (BtB) partagent différentes responsabilités en ce qui à trait au succès du CRTL. La contribution de ces partenaires ne fait cependant pas partie de la portée de la présente évaluation.

Cette évaluation s'inscrit dans le cadre plus large de l'évaluation horizontale de la Feuille de route à laquelle procède le ministère du Patrimoine canadien (PCH). Les conclusions de cette évaluation, de même que celles des évaluations conduites par les autres ministères qui ont reçu du financement en vertu de la Feuille de route, alimenteront l'évaluation horizontale qui doit s'achever à l'été 2012.

Après un survol de la méthode d'évaluation utilisée pour ce projet, la section 2.0 présente un bref profil du Groupe de TLI et de l'écosystème général dans lequel il s'inscrit. La section 3.0 et la section 4.0 renferment un examen des résultats en fonction des enjeux principaux de l'évaluation (pertinence et rendement), alors que la section 5.0 présente les conclusions en faisant la synthèse des messages clés et des observations pouvant être tirés des résultats. Finalement, à la dernière section on trouvera la réponse de la direction aux recommandations issues de l'évaluation.

2.0 APERÇU DE L'ÉVALUATION

L'évaluation dont il est question dans ce rapport a été menée en conformité avec le Plan d'évaluation approuvé du CNRC pour la période de 2011-2012 à 2015-2016. Cet examen répond aux exigences du Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT) qui sont énoncées dans la Politique sur l'évaluation (2009) et la Directive (2009) en application de cette politique. Le Bureau de la vérification et de l'évaluation du CNRC a procédé à l'évaluation au cours de la période allant de septembre 2011 à janvier 2012, après une planification au cours de laquelle le directeur général intérimaire de l'ITI-CNRC et le vice-président, Recherche aux frontières de la science ont été consultés.

2.1. Objectifs de l'évaluation

L'évaluation comportait deux objectifs, à savoir :

  • répondre à l'engagement donné au ministère du Patrimoine canadien (PCH) et au SCT voulant que le CNRC contribue à l'évaluation horizontale de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne de 2008-2013 (ci-après la Feuille de route) en procédant à une évaluation sommative des activités du Groupe de TLI;
  • fournir au CHD l'information stratégique nécessaire à la prise de décisions dans le contexte de la nouvelle stratégie du CNRC.

PCH utilisera les deux rapports d'évaluation - celle de 2008 et celle qui vient de s'achever - comme source d'information primaire pour l'évaluation horizontale de la Feuille de route, dont les résultats seront présentés au Comité de direction interministériel des sous-ministres à l'occasion du renouvellement de cette stratégie.

2.2. Portée de l'évaluation

L'évaluation est articulée autour des principaux enjeux d'évaluation, qui entrent dans deux grandes catégories : la pertinence et le rendement, et couvre la période de 2008-2009 à 2011-2012, inclusivement. Les questions qui ont guidé le choix de la méthodologie ainsi que les outils de recherche qui ont été utilisés sont présentés à l'annexe 1.

2.3 Approche d'évaluation

L'approche utilisée dans le cadre de ce projet a été déterminée par deux facteurs clés. Premièrement, le Groupe de TLI avait déjà fait l'objet d'une évaluation au début de 2008, et une analyse préliminaire du contexte du programme effectuée au cours de la phase de planification de l'évaluation a révélé qu'aucun changement important n'était venu modifier les activités et les résultats obtenus par le Groupe au cours des trois dernières années. Deuxièmement, le travail de planification a démontré que l'évaluation du Groupe de TLI s'avérait une entreprise à faible risque. Dans ces circonstances, le degré d'effort déployé pour ce projet (la somme des ressources mises en jeu pour l'évaluation) a été adapté au degré de risque déterminé.

Pour être en mesure de produire des résultats significatifs avec les ressources limitées à disposition (humaines et financières), l'évaluation s'est concentrée sur les priorités suivantes :

  • mettre à jour les résultats clés de l'évaluation de 2008 en mettant l'accent sur les résultats à moyen et à long terme, puisque le Groupe fonctionnait depuis à peine trois ans lorsque la première évaluation a eu lieu;
  • évaluer les progrès accomplis par le Groupe relativement aux défis et enjeux clés soulignés en 2008;
  • cerner les enjeux et les défis clés auxquels le Groupe est actuellement confronté et tâcher d'en trouver les causes et les conséquences;
  • s'assurer de prendre en compte tous les enjeux d'évaluation définis dans la Politique sur l'évaluation (2009) du SCT ainsi que toute autre exigence particulière, étant donné que la Politique est entrée en vigueur après la tenue de l'évaluation de 2008.

Alors que les thèmes de la pertinence et du rendement sont couverts de manière exhaustive dans le présent rapport, celui-ci ne renferme que très peu de données en ce qui a trait à la genèse du programme, au contexte de l'industrie langagière, aux partenaires clés du CRTL ainsi qu'à la théorie du programme (quels sont les principes et les résultats attendus sur lesquels reposent l'intervention gouvernementale). Pour en savoir davantage au sujet du contexte, prière de consulter le rapport d'évaluation de 2008.

2.4 Méthodologie d'évaluation

Une méthodologie ayant recours a diverses méthodes d'évaluation a été utilisée pour cette évaluation. L'approche visait à permettre la triangulation (c'est à dire la convergence des résultats entre différentes sources de données) et la complémentarité (soit approfondir la compréhension d'un enjeu complexe en explorant ses diverses facettes) grâce à l'utilisation d'un ensemble restreint de méthodes à la fois qualitatives et quantitatives. Les résultats de l'évaluation ont été produits par l'application des m\xC3\xA9thodes suivantes :

  • entretiens avec des parties internes (n = 6; entretiens avec de membres du Groupe, du personnel de l'ITI-CNRC et du bureau du v.-p., Recherche aux frontières de la science);
  • entretiens avec des parties externes (n = 10; entretiens avec des partenaires du CRTL et des représentants d'universités et d'entreprises);
  • examen de documents internes et externes d'importance;
  • analyse de données sur le rendement et de données financières.

Selon les termes de référence de l'évaluation dressés à l'étape de la planification, une étude de cas du système de TAS mis au point par le Groupe (la technologie PORTAGE) devait être réalisée pour mesurer l'incidence qu'a eu la technologie sur les collaborateurs du groupe. Toutefois, il a été déterminé en cours de route que cette méthode ne convenait pas au contexte de l'évaluation. En fait, comme près de 80 % des activités du Groupe portent sur cette technologie, l'évaluation de Groupe équivalait en soi à réaliser une étude de cas de PORTAGE. Par ailleurs, il a été établi que le fait d'élargir le cadre de l'évaluation pour évaluer la pertinence et les répercussions d'autres technologies mises au point par le groupe nécessitait un effort minimal

2.5 Limites

Même si l'évaluation d'un groupe de recherche est moins complexe que l'évaluation d'un institut ou d'un grand programme de recherche, la conception de l'étude et les résultats révèlent un certain nombre de limites. Le tableau 1 ci-dessous résume les principales limites et les stratégies d'atténuation adoptées.

Limites de l'évaluation et stratégies d'atténuation
Limites Stratégies d'atténuation
Entretiens comme source primaire de données d'évaluation
  • Une grande diversité de répondants, tels que des entreprises, des partenaires du CRTL, d'autres ministères fédéraux, des universités et le personnel du CNRC, ont été consultés afin de fournir un équilibre des points de vue sur les différents enjeux et thèmes propres à l'évaluation.
  • Tous les principaux clients et collaborateurs du Groupe ont été consultés.
  • Les résultats ont été triangulés avec d'autres sources de données, en particulier les données sur le rendement.
  • Les principales constatations ont été validées par les parties intéressées compétentes à l'interne.
Information limitée sur l'industrie des technologies langagières et sur le milieu de la recherche, compte tenu de la décision d'utiliser les résultats de l'évaluation de 2008
  • Évaluer les changements survenus dans le contexte de l'industrie et confirmer la validité des résultats de l'évaluation précédente dans le cadre des entretiens.
  • Collecter et étudier des documents stratégiques externes et internes précis lorsque cela était nécessaire.
  • Nommer un évaluateur interne possédant une vaste connaissance du dossier. L'évaluateur en chef a participé à l'évaluation de 2008.
Incertitude entourant le positionnement futur du Groupe dans le cadre de la nouvelle structure de programme et de la nouvelle stratégie du CNRC
  • " Valider les résultats préliminaires auprès des parties intéressées internes qui détiennent une position stratégique à l'intérieur du portefeuille.

3.0 PROFIL DU GROUPE DE TECHNOLOGIES LANGAGIÈRES INTERACTIVES

Cette section présente l'historique et le profil du Groupe, ainsi que des données financières clés, le nombre de personnes hautement qualifiées (PHQ) qui composent son effectif et une description de son principal domaine de recherche. La section 2.0 du rapport de l'évaluation de 2008 Footnote 3 contient des renseignements supplémentaires ainsi que des compléments d'information au sujet de la création du Groupe et de l'écosystème dans lequel il évolue, dont l'ITI-CNRC, ses partenaires clés et le CRTL.

3.1 Historique et mandat du Groupe de TLI

Le groupe a été créé en 2003 dans le cadre du Plan d'action pour les langues officielles du gouvernement fédéral (PALO). Aux termes du PALO, le CNRC a reçu une enveloppe totale de 10 millions de dollars (2 millions de dollars par année de 2003-2004 à 2007-2008) pour s'acquitter des responsabilités suivantes : Footnote 4

  • créer un programme de recherche dans le domaine des technologies langagières;
  • créer, en partenariat avec le BtB et l'UQO, un centre de recherche en technologies langagières. Footnote 5

En 2007, le SCT a institué un financement permanent pour assurer la stabilité à long terme des activités de recherche chapeautées par le CNRC. Footnote 6 En 2008, le financement accordé en vertu du PALO a été renouvelé et même augmenté, passant à1,1 milliard de dollars sur cinq ans, après la création de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013. Le financement accordé au CNRC en vertu de la Feuille de route demeure le même que sous l'égide du PALO. Ces investissements ne représentent qu'une faible proportion des investissements réalisés en vertu de la Feuille de route et du CNRC. Plus particulièrement :

  • les fonds affectés au CNRC en vertu de la Feuille de route représentent moins de 1 % de l'investissement total effectué;
  • les activités de recherche entreprises par le Groupe de TLI représentent environ 9 % du budget total de l'ITI-CNRC et approximativement 0,2 % du budget total du CNRC en 2010. Footnote 7

3.2 Axe central des recherches du Groupe de TLI

Pour les chercheurs, le domaine des technologies langagières présente plusieurs possibilités, allant du développement de correcteurs orthographiques tels que ceux offerts dans les progiciels de bureautique de base jusqu'aux systèmes de reconnaissance vocale utilisés par les distributeurs de services de télécommunications. Le Groupe de TLI a choisi de se concentrer sur le développement de systèmes de TAS pour trois raisons :

  • la nécessité d'améliorer la compétitivité de l'industrie canadienne de la traduction à l'ère de la mondialisation des marchés;
  • l'expérience acquise par les chercheurs du Groupe de TLI et leurs compétences en recherche;
  • la nécessité d'opter pour un créneau de spécialisation d'impact compte tenu des ressources limitées du groupe.

Outre ses activités dans le domaine de la TAS, l'équipe de recherche travaille également au développement d'outils et de technologies pour la catégorisation et la gestion de documents ainsi que pour des applications de terminologie.

3.3 Profil du personnel hautement qualifié

En date de décembre 2011, le Groupe de TLI comptait sept agents de recherche (AR), deux agents du Conseil de recherches (ACR), deux spécialistes en systèmes informatiques (SI) et une adjointe administrative, soit l'équivalent de 12 employés à temps plein (ETP). En 2008-2009, deux chercheurs ont quitté le groupe, ce qui a réduit l'effectif de personnes hautement qualifiées du Groupe. Les postes sont demeurés vacants, du fait que le CNRC a choisi de stabiliser sa situation financière dans le contexte de sa réorganisation stratégique. L'amenuisement de l'effectif a eu pour effet de réduire ses capacités de recherche dans le domaine de la gestion et de la catégorisation de documents et entraîné la disparition complète de l'expertise dans les technologies de terminologie. En décembre 2011, l'essentiel du Groupe de TLI travaillait donc au développement et à l'amélioration continue du système PORTAGE, tandis que deux chercheurs œuvraient dans le domaine de la gestion et la catégorisation des documents.

En plus de son effectif de recherche de base, le Groupe a également profité de l'expertise de chercheurs du Groupe de l'information interactive de l'ITI-CNRC. Footnote 8 En fait, les deux groupes effectuent des recherches axées sur les techniques d'apprentissage machine (AM), ce qui favorise la collaboration et les synergies entre les deux entités. D'ailleurs, les participants externes et internes à l'évaluation ont souligné à de nombreuses reprises les possibilités de collaboration qui existaient en matière de développement de technologies novatrices pour des applications de sécurité.

L'embauche d'étudiants et de chercheurs invités a également accru les capacités de recherche du Groupe. En tout, le Groupe a accueilli 12 étudiants et 11 chercheurs invités qui ont collaboré à ses travaux au cours de la période couverte par l'évaluation.

3.4 Profil des ressources financières

Depuis 2007-2008, les ressources financières du groupe ont été relativement stables, atteignant environ 2 M$ par année, comme on peut le voir à la figure 1 ci-dessous. Au cours des trois dernières années, le CNRC a tiré des revenus d'une valeur approximative de 855 k$ Footnote 9 de projets de recherche menés en collaboration, de projets pilotes réalisés avec des entreprises et de la cession de licences d'exploitation commerciale. Près de la moitié de ces revenus ont été générés par des ententes de recherche en collaboration avec deux agences de sécurité américaines, soit la Defence Advanced Research Projects Agency (DARPA) et le National Virtual Translation Center (NVTC). Il convient de souligner ici que les revenus générés n'ont pas été intégralement réinvestis dans les activités du Groupe, en raison des pratiques du CNRC en ce qui a trait à la gestion des revenus.

Figure 1 : Dépenses du Groupe de TLI de 2003-2004 à 2010-2011

Dépenses du Groupe de TLI de 2003-2004 à 2010-2011

Dépenses de Gatineau par an
Dépenses 2003/2004 2004/2005 2005/2006 2006/2007 2007/2008 2008/2009 2009/2010 2010/2011
Fonctionnement 213,736 $ 330,159 $ 213,859 $ 829,812 $ 608,292 $ 554,749 $ 367,847 $ 280,906 $
Capital 146,854 $ 221,553 $ 293,001 $ 346,971 $ 14,465 $ 77,073 $ 115,462 $ 0 $
Salaires 349,771 $ 1,074,668 $ 1,134,403 $ 1,552,122 $ 1,286,013 $ 1,582,006 $ 1,725,878 $ 1,734,219 $
Total 710,361 $ 1,626,380 $ 1,641,263 $ 2,728,905 $ 1,908,770 $ 2,213,828 $ 2,209,187 $ 2,015,125 $

4.0 PERTINENCE DU GROUPE DE TECHNOLOGIES LANGAGIÈRES INTERACTIVES

Le Canada doit relever différents défis sociétaux et économiques qui nécessitent l'intervention du gouvernement fédéral. Toutefois, comme le gouvernement dispose de ressources limitées pour répondre à l'éventail des besoins des Canadiens, il est essentiel d'évaluer à intervalles réguliers si l'intervention du gouvernement (dans ce cas-ci, le Groupe de TLI) répond à un besoin manifeste, et correspond aux priorités et aux responsabilités de l'État. Nous nous pencherons ci-après sur ces trois éléments, dans la perspective d'un examen plus large du maintien de la pertinence du Groupe.

4.1 Pertinence - Nécessité du programme

Cette section décrit l'absence d'investissement en recherche et développement (R-D) qui caractérise les entreprises de traduction et de technologies langagières au Canada. Elle analyse également l'importance des technologies et des outils langagiers pour la croissance et la prospérité de ce secteur d'activité, dans le contexte de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne.

4.1.1 Déficit de capacités et manque d'investissement en R-D des entreprises canadiennes

Les entreprises de traduction et de technologies langagières n'ont pas les ressources ni les capacités en R-D pour soutenir le développement de technologies d'envergure ou complexes. Le Groupe de TLI a donc été créé pour permettre le développement et le transfert de technologies afin de favoriser la croissance de l'industrie langagière canadienne.

Le Groupe de TLI a été créé en réponse aux besoins de deux types de clientèle qui forment deux segments distincts de l'industrie langagière dans son ensemble : les utilisateurs finaux des technologies langagières et les entreprises de technologies langagières. Le premier groupe inclut les cabinets de traduction canadiens ainsi que les traducteurs pigistes. Le Groupe peut aussi transférer les technologies qu'il met au point à des organisations internationales ayant de vastes besoins en traduction, telles que l'ONU. L'autre segment est formé des entreprises de technologies langagières, qui sont essentiellement des PME dans le secteur des technologies de l'information et des communications (TIC) qui, grâce à des accords de licence, utilisent les technologies du groupe afin de développer des produits d'application commerciale, qui seront ensuite offerts aux utilisateurs finaux. Les deux types d'entreprises ont le potentiel d'adopter les technologies mises au point par le Groupe de TLI, comme le montre la figure 2 ci-dessous.

Figure 2 : Entreprises appuyées par le Groupe de TLI

La figure 2 illustre le processus de transfert technologique du groupe de Technologies langagières interactives auprès de deux types de clients, à savoir les entreprises de technologies langagières et les utilisateurs finaux des technologies langagières. La figure montre que le premier type de client, qui inclut principalement des entreprises qui participent au développement de technologies langagières, transforme les connaissances et les technologies transférées par le groupe de Technologies langagières interactives en produits commerciaux qui sont par la suite vendus à des utilisateurs finaux. La figure montre que le groupe de Technologies langagières interactives transfère aussi directement ses technologies aux utilisateurs finaux, qui sont principalement des cabinets de traduction ainsi que des traducteurs pigistes.

Entreprises appuyées par le Groupe de TLI

Les données collectées dans le cadre de notre évaluation confirment que les industries de la traduction et des technologies langagières n'ont pas les capacités en R-D ni les ressources financières nécessaires pour investir massivement dans le développement de technologies et d'outils novateurs dans le domaine langagier.

L'atomisation de l'industrie de la traduction, qui est morcelée en un grand nombre de micro entreprises et de traducteurs pigistes, explique le déficit des capacités en R-D qui la caractérise. On comprend que les petites entreprises et les traducteurs pigistes n'ont pas les moyens de mener des travaux de R-D, mais l'évaluation a révélé que les grandes entreprises de traduction, malgré leur chiffre d'affaires et leurs capacités financières, procèdent rarement à des activités de R-D. Dans la plupart des cas, ces entreprises achètent des outils et des solutions technologiques commercialisés par des entreprises spécialisées. Par conséquent, seulement un très petit nombre d'entreprises de traduction ont les capacités financières et les compétences techniques nécessaires pour développer ou absorber des technologies vastes ou complexes.

Quant aux entreprises de technologies langagières, qui sont plus près du secteur des TIC, elles disposent généralement de certaines capacités de R-D, mais elles ne sont pas en mesure d'investir dans des technologies vastes et complexes, telles que les systèmes de TAS, en raison de leur petite taille. Par ailleurs, les outils de traduction automatique existants n'ont pas atteint le degré de maturité nécessaire ni fait preuve d'un rendement suffisant pour justifier le risque financier inhérent à la réalisation de projets de cette envergure. À l'échelle internationale, seules de grandes entreprises comme Google ou SYSTRAN possèdent à la fois les capacités et les ressources nécessaires pour mener ces grands projets de R-D. Toutefois, selon la documentation consultée, les systèmes développés par ces entreprises ne sont pas accessibles au reste du marché.

4.1.2 Rôle de l'industrie langagière dans le contexte des langues officielles au Canada

Les technologies langagières sont vues comme des outils clés pour soutenir la croissance de l'industrie langagière, indispensable pour préserver la dualité linguistique canadienne.

Selon les documents officiels portant sur le Plan d'action pour les langues officielles (PALO) et la Feuille de route, la présence au Canada d'une industrie langagière florissante est essentielle pour préserver la dualité linguistique canadienne. C'est donc pour vitaliser cette industrie que les deux programmes horizontaux y ont investi, notamment par la création du Groupe de TLI.

Plus précisément, la logique qui sous-tend l'existence du Groupe de recherche en TLI repose sur la notion que les technologies langagières sont essentielles pour maintenir la compétitivité de l'industrie langagière canadienne. Footnote 10 Cette logique a d'ailleurs été confirmée par toutes les parties intéressées consultées, y compris le BtB, le plus grand bureau de traduction au pays, ainsi que d'autres grandes entreprises de traduction. À cet égard, un participant a émis l'opinion que la réduction des frais de traduction pourrait accroître de manière importante la capacité du gouvernement et du secteur privé de travailler dans les deux langues officielles.

Il convient de souligner en terminant que l'industrie langagière fait face à d'autres défis que les avancées technologiques ne pourront suffire à résoudre. C'est pourquoi les problèmes liés à la fragmentation de l'industrie, au manque de PHQ disponible et à la faible visibilité du secteur sur le marché international sont pris en charge par d'autres programmes financés dans le cadre du PALO et de la Feuille de route. Footnote 11

4.2 Pertinence - Rôle du gouvernement fédéral

L'intervention du gouvernement fédéral dans le domaine des technologies langagières est justifiée par trois facteurs clés. Premièrement, son rôle de soutien à la dualité linguistique canadienne est inscrit dans la Loi sur les langues officielles. Deuxièmement, la masse critique et l'expertise de calibre mondial que possède le Groupe de TLI fait du CNRC l'organisation la mieux positionnée au sein de l'appareil public fédéral pour effectuer la recherche dans ce domaine. Troisièmement, il n'existe aucun autre système de TAS au Canada mis à part celui développé par le Groupe de TLI. En fait, d'autres systèmes de TAS étrangers sont offerts aux utilisateurs canadiens, mais ils présentent de sérieuses limites qui justifient l'intervention du gouvernement dans le développement de cette technologie.

4.2.1 Cadre légal et rôle du gouvernement fédéral dans le soutien des langues officielles

Préserver la dualité linguistique canadienne incombe au gouvernement fédéral, comme le stipulent la Charte canadienne des droits et libertés et la Loi sur les langues officielles.

La dualité linguistique du Canada est au cœur de la Charte canadienne des droits et libertés. Footnote 12 Sur le plan légal, l'intervention du gouvernement se justifie également par la Loi sur les langues officielles, qui prescrit les obligations et les responsabilités du gouvernement fédéral en matière de langues officielles. Footnote 13 La création du PALO et de la Feuille de route repose par conséquent sur un cadre législatif bien établi.

Le mandat du CNRC consistant à développer des technologies langagières et à les transférer à l'industrie découle directement du PALO et de la Feuille de route. En tant que laboratoire de R-D fédéral, le CNRC est l'instrument le mieux placé pour effectuer la recherche dans ce domaine compte tenu de son savoir-faire, de son infrastructure et de la réputation qu'il a acquise. En vertu du second programme horizontal, le CNRC partage la responsabilité de renforcer l'industrie langagière avec le BtB, qui a comme mission de créer un programme différent, mais complémentaire.

4.2.2 Rôle du CNRC comme catalyseur de la recherche dans le domaine des technologies langagières

Aucun autre joueur au Canada, tant du côté du secteur privé que des milieux universitaires, ne possède la capacité de développer et de transférer des technologies de TAS complexes comme le système PORTAGE. En tant que laboratoire gouvernemental fédéral, le CNRC est l'organisation la mieux placée pour effectuer ce genre de recherche.

Les participants à l'évaluation consultés en 2011, de même que les résultats d'examens menés par des experts dans le cadre de l'évaluation de 2008, ont fait état de la qualité des recherches et du savoir-faire de calibre mondial des chercheurs du Groupe de TLI. Ces résultats d'évaluation ont démontré qu'il n'existe aucun autre groupe semblable au Canada. Ils ont également démontré que les universités ne possédaient pas la masse critique du Groupe ni sa perspective sur les applications industrielles, et que le secteur privé n'avait ni l'expertise ni les ressources nécessaires pour mettre au point des technologies complexes.

4.2.3 Autres technologies offertes aux entreprises canadiennes

Même si d'autres systèmes de TAS sont accessibles aux entreprises canadiennes, le Groupe de TLI offre une solution plus efficiente et des services de qualité supérieure à ses collaborateurs.

Un examen environnemental des systèmes de TAS offerts aux entreprises canadiennes, de même que des entretiens avec des experts, ont démontré qu'un certain nombre d'options de rechange existaient, mais que le système PORTAGE présentait plusieurs avantages sur ses concurrents.

L'un des produits comparables offerts sur le marché est le système SDL Language Weaver, qui a été conçu à l'origine par un laboratoire de recherche californien rattaché à l'University of Southern California et commercialisé par une entreprise dérivée qui a été acquise par la suite par SDL Corporation. Footnote 14 Lorsque nous les avons interrogées au sujet de ce produit, les entreprises canadiennes qui étaient en mesure d'établir une comparaison entre les technologies ou les produits en cause ont souligné que le système PORTAGE produisait des traductions de meilleure qualité. Les clients consultés dans le cadre de l'évaluation ont également souligné la rapidité de réponse du Groupe lorsque des problèmes survenaient et la collaboration continue entre le CNRC et leur entreprise comme étant les principales différences qui distingues le Groupe des autres fournisseurs de services. L'un des clients interrogés qui détient une licence commerciale de PORTAGE a insisté sur le fait qu'il se sentait « davantage un partenaire qu'un client ».

Les entreprises et organisations qui désirent passer à la TAS peuvent également opter pour le système Moses, une technologie ouverte (ou logiciel) mise au point par une communauté de chercheurs universitaires à des fins de recherche. Diverses organisations internationales, dont les Nations Unies, qui ont de grands besoins de traduction, utilisent actuellement ce système. Selon les experts consultés dans le cadre de l'évaluation, Moses offre un niveau de rendement acceptable, mais il comporte plusieurs limites lorsqu'on le compare à PORTAGE, dont les principales mentionnées par les experts sont les suivantes :

  • Le développement et l'amélioration continus du système sont tributaires de l'enthousiasme de la communauté de recherche qui appuie le projet Moses. Un expert a déploré le fait que la technologie avait été négligée au cours des dernières années, ce qui pose un risque sérieux pour les organisations qui souhaitent investir ressources et efforts dans cette technologie ouverte. Par contraste, les chercheurs du CNRC sont rémunérés pour développer, améliorer et transférer la technologie PORTAGE pour le bénéfice des entreprises canadiennes, ce qui garantit l'amélioration continue de la technologie.
  • La communauté universitaire à l'origine de Moses n'offre aucun soutien à la mise en œuvre de sa technologie. Pour cette raison, les entreprises ou organisations qui possèdent des ressources en TI limitées ne peuvent adopter ce système. Peu d'entreprises ou d'organisations au Canada ont la capacité d'utiliser cette technologie, même si elle est offerte gratuitement. Le CNRC, au contraire, offre de la formation et du soutien à sa clientèle dans le cadre de toutes ses ententes de transfert commercial.
  • L'installation et l'intégration de Moses dans le système ou le réseau de TI d'une entreprise semblent plus complexes que dans le cas de la technologie PORTAGE. En fait, un des participants interrogés a mis en œuvre les deux technologies et était donc en position de comparer la complexité de l'opération. Dans son cas, la mise en œuvre de PORTAGE a nécessité trois jours, alors que celle de Moses a pris plus d'un mois. De plus, une fois qu'une entreprise ou une organisation est passée à la technologie Moses, la disponibilité et la vitesse de réponse de la communauté universitaire en cas de problème avec le système ne se comparent aucunement avec celles offertes par le Groupe de TLI. Cela s'explique par les obligations contractuelles du Groupe envers sa clientèle.

4.3 Pertinence - Conformité aux priorités du gouvernement et du CNRC

Même si les activités du Groupe de TLI cadrent avec la stratégie en sciences et technologie du gouvernement fédéral et les priorités du gouvernement du Québec, l'évaluation a mis au jour des possibilités d'amélioration de la conformité avec les programmes et priorités du CNRC à la suite de l'adoption de sa nouvelle stratégie.

4.3.1 Conformité avec la stratégie fédérale en sciences et en technologie

Les activités du Groupe concordent avec les trois avantages visés par la stratégie fédérale en sciences et en technologie (S-T).

De façon générale, les activités du groupe concordent avec les éléments clés de la stratégie fédérale en S-T. Footnote 15 Le Groupe de TLI est en phase avec l'Avantage entrepreneurial visé par la stratégie, puisqu'il établit des partenariats clés avec le secteur privé. La collaboration du groupe avec le CRTL, le milieu universitaire et d'autres partenaires afin d'accroître son incidence sur l'industrie reflète l'esprit de cet objectif. Les activités de recherche du Groupe appuient le secteur des TIC, un des secteurs prioritaires du gouvernement fédéral sous le volet Avantage du savoir de la stratégie. Finalement, l'effectif du Groupe de TLI contribue à l'Avantage humain en ce qu'il forme des étudiants grâce à des stages et à des cours donnés à l'UQO sur l'utilisation des technologies langagières.

4.3.2 Conformité avec les priorités des autres paliers de l'administration publique

Le Groupe de TLI évolue dans un écosystème où les administrations publiques locales et provinciales sont actives au moyen d'investissements de différente nature.

La présence à Gatineau du Groupe de TLI et du CRTL a stimulé les investissements locaux en soutien au système d'innovation local dans le domaine des technologies langagières. L'administration municipale de Gatineau a été le premier partenaire de l'initiative en réalisant un investissement de 250 k$ pour aider le CRTL à attirer des entreprises dans son incubateur industriel, situé dans l'immeuble du CRTL sur le campus de l'UQO. Une association régionale de représentants élus, la Conférence régionale des élus de l'Outaouais (CREO), a également investi 200 k$ pour appuyer le fonctionnement du CRTL.

Le gouvernement provincial investit également dans le centre de recherche par l'entremise de l'Université et du programme ACCORD. Footnote 16 Il a toutefois été mentionné que le gouvernement du Québec pourrait accroître sa participation dans le développement du système d'innovation local par l'intermédiaire du Programme de soutien à la valorisation et au transfert - Soutien aux regroupements sectoriels de recherche industrielle (PSVT). Malgré plusieurs tentatives effectuées au cours des dernières années pour profiter de ce programme, le CRTL n'a obtenu aucun financement. Il a néanmoins présenté une autre demande dans le cadre des octrois de financement en cours.

4.3.3 Conformité actuelle avec les programmes et priorités du CNRC

Comme tous les autres instituts du CNRC, le Groupe de TLI subit actuellement un recadrage de ses activités de recherche afin de les recentrer sur les nouveaux portefeuilles et programmes de recherche de l'organisation. Il a donc été difficile dans ce contexte d'établir le degré de conformité des activités du groupe avec les programmes et priorités du CNRC.

Le CNRC procède actuellement à la mise en place d'une nouvelle stratégie qui implique le changement de sa structure organisationnelle. Or, l'organisation vit présentement une période de transition. Pour cette raison, il y a peu d'information disponible sur les programmes qui seront créés à l'issue du processus de transition et qui constitueront les nouveaux portefeuilles de recherche du CNRC. Il n'a donc pas été possible d'établir avec certitude le degré de conformité des activités du Groupe de TLI avec les programmes et portefeuilles du CNRC. Les entretiens que nous avons eus avec les dirigeants du CNRC dans le cadre de l'évaluation indiquent toutefois que la transition en cours ne fera pas dévier les activités de recherche du Groupe des objectifs de la Feuille de route avant mars 2013, date d'échéance du programme horizontal. Après cette date, si le Groupe de TLI demeure une initiative financée par la nouvelle mouture de la Feuille de route, le cas échéant, il sera essentiel pour le CNRC d'assurer l'harmonisation entre les activités du Groupe et les objectifs de ses portefeuilles et programmes ainsi que les objectifs de la nouvelle Feuille de route.

Malgré l'incapacité des dirigeants du CNRC au moment de l'évaluation de donner une description précise du rôle que le Groupe est appelé à jouer dans la nouvelle structure de programme, il y a eu un consensus au sein des participants internes interrogés que les compétences, l'expertise et les technologies détenues par le Groupe de TLI pouvaient trouver des applications dans le domaine de la sécurité. Footnote 17 Les revenus substantiels que le Groupe a tirés de ses contrats de recherche avec des entreprises dans le domaine de la sécurité au cours des dernières années appuient cette allégation (voir la section 3.4). La décision de réorienter les activités du Groupe dans le domaine de la sécurité assurera donc l'harmonisation avec les portefeuilles Sécurité et technologies de rupture et Technologies de l'information et des communications.

Si le Groupe de TLI demeure une initiative financée par la nouvelle Feuille de route au-delà de 2012 2013, il sera alors nécessaire de déterminer si la recherche dans les technologies langagières à des fins de sécurité peut aider la croissance de l'industrie langagière en général. En fait, d'après les données collectées pour l'évaluation, la recherche en sécurité sera profitable pour l'industrie langagière canadienne dans la mesure où l'on s'efforcera de trouver des applications pour les besoins civils et que des efforts seront faits pour transférer les technologies au secteur privé. Le développement du système PORTAGE est un exemple de technologie générique pouvant servir à la fois à des applications civiles et militaires ou de sécurité. En fait, la recherche qui a été effectuée dans le cadre du projet PORTAGE avec le financement fourni par le DARPA a aidé à améliorer la technologie qui est aujourd'hui utilisée par les entreprises de traduction.

  • Recommandation 1 : Tant et aussi longtemps que le Groupe de TLI constitue une initiative relevant de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne, le CNRC doit s'efforcer de concilier la contribution de cette entité à la nouvelle structure de portefeuille/programme du CNRC et sa contribution à l'objectif stratégique de la Feuille de route (soit renforcer l'industrie langagière canadienne).

5.0 EFFICACITÉ ET RENDEMENT DU GROUPE DE TECHNOLOGIES LANGAGIÈRES INTERACTIVES

Le cadre de rendement du Groupe de TLI, développé à l'issue de l'évaluation de 2008, comportait trois résultats attendus de niveau intermédiaire. Le rendement du Groupe a donc été mesuré en fonction des progrès réalisés en regard de ces attentes. Plus particulièrement, les résultats attendus concernent la capacité de créer des technologies et du savoir novateurs, de transférer ces technologies aux entreprises canadiennes et, finalement, de soutenir la croissance d'un système d'innovation spécialisé en recherche sur les technologies langagières à Gatineau. Ces trois résultats visent à renforcer l'industrie langagière canadienne - la contribution attendue du Groupe de TLI en vertu de la Feuille de route.

5.1 Consolider la position canadienne dans les technologies langagières

Dans l'ensemble, l'évaluation a permis de constater que la création de technologies et de savoir novateurs par le Groupe de TLI a hissé le Canada parmi les chefs de file dans le domaine des technologies langagières, en particulier dans le domaine de la TAS. Toutefois, l'UQO et du BtB n'ont apporté qu'une contribution limitée la réalisation de cet objectif stratégique, alors que selon la présentation originale soumise au SCT, ces organismes étaient censés contribuer au développement de technologies langagières en collaboration avec le CNRC.

5.1.1 Contribution à la création et à la diffusion de savoir novateur

La présence du Groupe de TLI a des répercussions importantes sur la création de savoir novateur au Canada et sur la position de chef de file mondial du pays dans ce domaine.

La qualité des publications produites par le Groupe de TLI, son engagement envers la communauté scientifique et l'incidence des recherches de qualité effectuées dans les universités canadiennes ont contribué à renforcer la position du Canada dans le domaine des technologies langagières sur la scène internationale.

5.1.1.1 Publications, reconnaissance par les pairs et engagement auprès de la communauté scientifique et de recherche universitaire

Selon les données sur le rendement analysées dans le cadre de l'évaluation, le Groupe de TLI est bien positionné pour dépasser son objectif de rendement (50 publications au cours de la période de 2008 2009 à 2012-2013) en ce qui a trait au volume. De plus, les données révèlent également que les publications ont fait l'objet d'une abondance de citations parmi la communauté universitaire, ce qui témoigne de la qualité de la recherche effectuée. En tout, le groupe a publié 49 articles dans des revues à comité d'examen et dans des actes de conférences. Ces articles ont fait l'objet de 649 citations par des chercheurs au cours de la période visée par l'évaluation. En 2010, l'un des chercheurs du Groupe a notamment reçu une distinction pour avoir présenté la meilleure communication dans le cadre de la conférence sur le Traitement automatique des langues naturelles (TAN), un sommet international qui se tient à Montréal. Footnote 18

Les résultats des recherches produits par le Groupe de TLI ont été diffusés dans le cadre de conférences internationales et nationales et de présentations à des auditoires scientifiques et d'affaires, ce qui a contribué à positionner le Groupe de TLI et, par conséquent le Canada, comme l'un des chefs de file mondiaux dans les technologies langagières.

La qualité de la recherche produite par le groupe a également été confirmée par son engagement auprès de la communauté scientifique et universitaire. À cet égard, les données sur le rendement révèlent que les membres du groupe ont pris part à 16 comités de rédaction de revues scientifiques et dirigé 6 comités de programmes de conférences internationales. Par ailleurs, la présence du directeur du groupe comme représentant du Canada au sein du Groupe de travail de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord sur les technologies de la parole et du langage témoigne également des compétences et du savoir-faire que possède le Groupe, ainsi que de la qualité des recherches qu'il effectue.

5.1.1.2 Disponibilité d'une plateforme technologique pour faciliter la recherche fondamentale

Plusieurs universités canadiennes utilisent actuellement le système PORTAGE. En tout, huit universités canadiennes, à savoir l'Université McGill, l'Université Simon Fraser, l'Université de Montréal et l'UQO détiennent une licence PORTAGEshare, soit une licence conçue pour faciliter le transfert de PORTAGE à la communauté de recherche universitaire.

L'évaluation a révélé que le développement de la technologie PORTAGE, système de TAS stable se prêtant à la recherche fondamentale, avait un impact sur la qualité de la recherche produite par la communauté scientifique canadienne. À cet égard, un participant externe interrogé a indiqué avoir largement profité du système puisqu'il lui a permis ainsi qu'à son équipe de valider des modèles théoriques sans avoir à concevoir leur propre système de TAS. Le développement d'un tel système par un groupe de recherche de cette taille aurait été pratiquement impossible en raison du temps et des ressources qu'il aurait fallu investir. Le Groupe de TLI et ce groupe de recherche canadien ont publié des articles sur le fruit de leur collaboration, qui s'est avérée mutuellement profitable, puisque les travaux menés par les chercheurs universitaires ont permis d'améliorer le système PORTAGE.

5.1.1.3 Création de savoir novateur grâce à la recherche en collaboration et aux contrats de recherche

Le Groupe de TLI a participé à des projets de recherche stratégiques en collaboration avec des partenaires qui ont permis de rehausser les technologies qu'il avait mises au point en plus de générer des revenus pour le CNRC. Le fait que des clients internationaux aient conclu des ententes de recherche en collaboration avec le Groupe de TLI témoigne de la qualité de la recherche effectuée. Deux des trois projets entrepris, soit le programme GALE et le projet avec le National Virtual Translation Center (NVTC), ont été financés par les agences américaines de la défense et de la sécurité et visaient le développement d'applications dans le domaine de la sécurité. Ces deux projets ont représenté des revenus d'environ 1,5 M$ pour le CNRC. Le groupe a également fait partie du consortium SMART, consortium de recherche européen mené par Xerox. Dans ce dernier cas, le système PORTAGE a été utilisé par les partenaires comme point de référence pour l'évaluation de technologies issues de différents laboratoires de recherche européens. Grâce à ces trois ententes de collaboration, les chercheurs du CNRC ont eu la chance de côtoyer les meilleurs scientifiques et les technologies les plus perfectionnées sur la scène internationale, ce qui leur a permis d'améliorer le système PORTAGE.

Notons toutefois que la collaboration entre le CNRC et ses partenaires stratégiques, l'UQO et le BtB, sur le plan de la recherche a été limitée. En effet, selon la présentation originale soumise au CT, ces partenaires devaient mener des projets de recherche en collaboration. L'évaluation a toutefois démontré que sur le cours des huit ans d'existence du Groupe de TLI, seulement deux projets de recherche (Barça et LOPLT) avaient été entrepris en collaboration avec l'UQO et aucun projet avec le BtB.

En ce qui a trait à l'UQO, le peu de collaboration s'explique par l'absence de capacités de recherche solides de l'institution en technologies langagières. Autrement dit, un très petit nombre de membres du corps professoral (plus ou moins deux) effectuent de la recherche dans ce domaine. Quant au BtB, il devait servir de banc d'essai pour le développement des technologies du Groupe. L'organisme public a cependant fait preuve de réticence à l'idée de contribuer au développement d'un système de technologie pouvant profiter à la concurrence (les entreprises privées du secteur de la traduction). En conclusion, l'absence de synergie entre les partenaires est attribuable à une faille dans la conception du programme orignal, puisque les capacités de recherche de l'UQO on été surévaluées et que la position particulière du BtB en ce qui a trait à la concurrence privée n'a pas été prise en considération. Même si l'UQO a exprimé le souhait d'accroître ses capacités de recherche en technologies langagières, et malgré le fait que la technologie PORTAGE a été transférée au BtB, il y a peu d'indications quant à la conduite de projets de recherche en collaboration dans un avenir rapproché.

5.1.2 Contribution à la création de technologies novatrices

Les activités de recherche du Groupe de TLI ont amélioré l'accès des entreprises canadiennes à des technologies et à des outils novateurs considérés parmi les meilleurs du monde.

Le Groupe a créé des technologies novatrices dans le domaine des aides à la traduction, de la catégorisation et de la gestion de documents ainsi que de la terminologie. Même si la qualité de ces technologies a été confirmée par tous les participants consultés dans le cadre de l'évaluation, le système PORTAGE est généralement reconnu comme la principale des réalisations du Groupe à ce jour. Le rendement solide de ce système a également été démontré par les résultats obtenus par le Groupe lors d'évaluations internationales où des systèmes de TAS mis au point par différents laboratoires de recherche mondiaux étaient comparés entre eux.

5.1.2.1 Technologies novatrices mises au point

Au cours des trois dernières années, le Groupe a concentré ses principales activités de recherche au développement ou à l'amélioration de six technologies ou outils fondamentaux. Certaines de ces technologies ont atteint le degré de maturité nécessaire pour être transférées à l'industrie, mais d'autres étaient encore en cours de développement à l'époque de l'évaluation. Ces technologies et outils sont décrits sommairement au tableau 2 ci-dessous. Au cours de la même période, le Groupe de TLI a également déposé quatre demandes de brevet pour protéger la propriété intellectuelle (PI) dérivée de ces projets de recherche.

Technologies et outils mis au point par le Groupe de TLI, par domaine de recherche (de 2008 à 2012)
Technologies et outils Description Domaine de recherche État du projet Footnote 19
PORTAGE Système de traduction automatique Footnote 20 produisant des traductions de textes dans toute combinaison de deux langues, dans la mesure où un corpus de textes traduits existe pour cette combinaison de langues dans lequel le système PORTAGE peut extraire les connaissances traductionnelles nécessaires. Aide à la traduction Terminé
Sous
licence
WeBiText Outil en ligne permettant aux traducteurs de chercher rapidement sur le Web pour trouver des sites multilingues contenant la terminologie précisée dans les langues source et cible sélectionnées par l'utilisateur; l'utilisateur entre un mot ou une expression dans la langue source, et WeBiText affiche une série de pages Web bilingues contenant le mot ou l'expression de départ et l'équivalent dans la langue cible. Aide à la traduction Terminé
Sous
licence
Outils intégrés pour traducteurs (ITT) Développement d'outils pour aider les traducteurs à utiliser de manière plus efficiente les technologies d'aide à la traduction existantes. Les deux priorités actuelles sont : 1) l'utilisation de cotes de fiabilité pour les systèmes de traduction automatique et les mémoires de traduction pour proposer à l'utilisateur uniquement les choix les plus fiables; et 2) l'utilisation de techniques permettant de choisir automatiquement les références de traduction les mieux adaptées aux besoins d'un utilisateur particulier; cette capacité revêt de l'intérêt dans différentes technologies d'aide à la traduction : traduction automatique, mémoires de traduction et outils terminologiques. Aide à la traduction En développement
PROFACT Boîte d'outils technologiques pour la gestion automatisée de documents électroniques mettant en œuvre différentes approches adaptées aux besoins des utilisateurs et exploitant différents attributs de documents d'intérêt (contenu, format, étiquette, etc.). Les deux principales applications de cette technologie consisteront à établir la classification de documents lorsqu'il n'en existe aucune au départ et à classer de nouveaux documents dans une catégorie existante. Gestion de contenu En développement
Improving Translation Through Corpus Exploration (traduction améliorée par référencement à un corpus) (ITTCE) Ce projet de collaboration entre le National Virtual Translation Centre (NVTC) américain, service de traduction répondant aux besoins de la Défense et du Renseignement américains, met à profit les technologies à la base de PROFACT; il aide à choisir les documents les mieux adaptés à différents flux de traduction du NVTC pouvant faire appel à des technologies comme la traduction automatique ou les mémoires de traduction. Aide à la traduction et gestion de contenu En développement
TerminoWeb 2.0 Outil en ligne d'exploration du Web à partir de chaînes de données simples (un seul mot, tel que « vitamine ») et qui choisit les textes les plus pertinents et les plus riches en information correspondant à cette demande; une fois la recherche effectuée, l'utilisateur peut recourir à d'autres fonctions de TerminoWeb pour explorer la terminologie dans les textes proposés ainsi que les relations sémantiques qui s'y trouvent. Terminologie Terminé
5.1.2.2 Qualité des technologies mises au point par le Groupe de TLI

Un consensus a été observé au sein des participants externes interrogés voulant que toutes les technologies et tous les outils mis au point par le Groupe de TLI étaient hautement novateurs et possédaient un potentiel de commercialisation élevé. Le système PORTAGE en particulier a reçu les éloges des participants qui reconnaissent les occasions tangibles de développement d'un produit commercial apte à mettre la technologie à la portée du marché. Sur ce sujet, un spécialiste des technologies de traduction a déclaré que : « PORTAGE est une superbe technologie ».

Une des meilleures façons pour un laboratoire de recherche d'établir le rendement d'un système de traduction automatique (TA) est de participer à des épreuves comparatives internationales. Selon les données fournies par le Groupe de TLI, la technologie PORTAGE se serait bien classée dans huit des compétitions auxquelles elle a participé depuis 2005. Cela fut notamment le cas lors de la NIST MT Evaluation ainsi que dans d'autres évaluations comparables organisées par l'Université d'Édimbourg. Footnote 21 Lorsqu'ils ont été invités à se prononcer sur la qualité de la technologie mise au point par le Groupe, les participants interrogés ont généralement fait état du classement obtenu par PORTAGE dans ces événements comme une indication déterminante de la qualité du système.

5.2 Contribution à la croissance de l'industrie langagière canadienne

L'évaluation a permis de démontrer que le Groupe de TLI avait déployé des efforts importants pour transférer ses technologies à sa clientèle cible. Ces efforts ont toutefois produit des résultats limités, puisque seulement quatre licences commerciales ont été octroyées à des clients (organismes publics ou entreprises). Il fut également constaté que l'impact des technologies obtenues sous licence par les entreprises et les organismes d\xC3\xA9pendait du type de technologie transférée. Selon les données analysées, l'impact limité des travaux du Groupe quant à ce résultat attendu s'explique par les nombreux obstacles qu'il doit surmonter pour transférer les technologies.

5.2.1 Octroi de licences sur des technologies et impacts sur la clientèle

Au cours des trois dernières années, quatre licences d'exploitation commerciale ont été octroyées à des clients. Deux d'entre eux ont déclaré avoir ainsi accru leur compétitivité et leur chiffre d'affaires, mais les clients qui ont obtenu une licence de PORTAGE n'étaient pas en mesure au moment de l'évaluation de mesurer les répercussions de ce transfert technologique puisque l'implantation de la technologie n'était pas complétée. Ces clients ont toutefois reconnu le potentiel élevé de la technologie pour améliorer la productivité du personnel et la qualité des traductions.

Même si le Groupe a réussi à créer des technologies novatrices, il reste que son impact sur la croissance de l'industrie des technologies langagières est faible. En fait, seulement quatre clients, soit trois clients du secteur privé et le Bureau de la traduction du Canada (BtB), ont obtenu des licences sur des technologies mises au point par le Groupe. Footnote 22

Les impacts observés par les clients interrogés varient selon le type de technologies en cause. Dans le cas des technologies autres que PORTAGE, les clients ont non seulement signalé un accroissement de leur compétitivité et de leur chiffre d'affaires, mais aussi un degré élevé de satisfaction à l'égard des produits.

Les deux clients qui ont fait l'acquisition d'une licence de PORTAGE, soit CLS-Lexitech et le BtB, n'étaient pas en mesure de mesurer les répercussions du système, puisqu'ils étaient encore à l'étape de la mise en \xC5\x93uvre et de l'évaluation du rendement du système lorsque les entretiens ont eu lieu. Néanmoins, les deux organisations ont indiqué que les résultats préliminaires d'évaluations internes laissaient entrevoir un potentiel d'accroissement de la productivité. Sur ce point, un des clients a indiqué que le gain de productivité escompté aura un effet sur la compétitivité de l'entreprise devant l'utilisation croissance des systèmes de TA, qui semble devenir une tendance inévitable au sein de l'industrie. Footnote 23 Ces résultats préliminaires concordent avec ceux d'autres études qui démontrent que l'utilisation de systèmes de TA peut accroître la productivité des entreprises. Footnote 24 Ces études sont également en conformité avec les résultats d'un sondage commandé par le CRTL en 2011, où 97 % des répondants avaient déclaré que les technologies langagières accéléraient le travail de traduction et 90 % jugeaient que ces outils contribuaient à rehausser la qualité des traductions produites. Footnote 25

Le transfert de PORTAGE à deux des plus importants joueurs dans le domaine de la traduction au Canada, CLS-Lexitech et le BtB, constitue un accomplissement notable pour le Groupe en raison du nombre de traducteurs qui ont désormais accès à cette technologie. Par ailleurs, grâce à PORTAGE, le BtB pourra mieux s'acquitter de son mandat d'offrir des services de traduction aux ministères fédéraux tenus d'utiliser les deux langues officielles en vertu de la Loi sur les langues officielles. Cela constitue une contribution importante à l'objectif stratégique sous-tendant la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne.

Lors des entretiens au sujet du système PORTAGE, l'un des participants externes interrogés a résumé la situation du Groupe en ce qui a trait aux possibilités commerciales de la façon suivante : « Le CNRC est assis sur une mine d'or, qu'il ne sait malheureusement pas exploiter. Il lui manque une vision commerciale. Il faut un plan d'action pour commercialiser cet outil. » Un grand nombre de participants à l'évaluation ont en effet souligné les occasions de commercialiser les technologies sur les marchés étrangers.

  • Recommandation 2 : Le CNRC doit élaborer et mettre en œuvre une stratégie de commercialisation de la technologie PORTAGE et de la propriété intellectuelle qui y est rattachée, de manière à accroître ses répercussions sur l'industrie langagière. Le CNRC doit aussi explorer les débouchés commerciaux qui existent dans d'autres secteurs d'activité à la lumière des utilisations et applications possibles de la technologie recensées dans le cadre de la présente évaluation (p. ex. : dans le domaine de la sécurité et de la défense).

5.2.2 Pré-transfert dans le cadre de projets de collaboration

Le Groupe de TLI a adopté des stratégies de transfert souples pour surmonter l'un des principaux obstacles au transfert des technologies : le scepticisme général et la résistance des utilisateurs finaux envers les technologies langagières.

L'un des principaux thèmes qui est ressorti des entretiens avec les spécialistes de l'industrie des technologies langagières concerne la forte résistance des utilisateurs finaux des technologies, qui sont principalement des traducteurs. Pour surmonter cet obstacle, le Groupe de TLI a lancé des projets pilotes et facilité l'accès à ses technologies en mettant au point des licences d'évaluation à bas coûts pour les entreprises qui souhaitent évaluer le rendement et le potentiel de commercialisation des outils. Footnote 26 Les données sur le rendement fournies par le Groupe indiquent que 11 projets pilotes et licences d'évaluation ont eu lieu ou ont été accordées au cours des trois dernières années, d'une valeur totale de 772 k$. Le Groupe a, a titre d'exemple, travaillé avec le gouvernement de l'Ontario pour mettre en œuvre un outil de terminologie facilitant la traduction des offres d'emploi sur le site Web du gouvernement. Selon un participant interne, les licences d'évaluation et les projets pilotes permettent également au Groupe d'évaluer la capacité d'absorption de l'industrie.

5.2.3 Défis posés par le transfert de technologies

Malgré les nombreux obstacles qui se posent au transfert des technologies, les participants interrogés sont d'avis que le Groupe de TLI pourrait avoir des impacts plus grands sur l'industrie moyennant une stratégie de commercialisation adaptée.

Les défis nombreux et considérables auxquels fait face le Groupe de TLI expliquent les résultats mitigés de ses efforts de transfert de technologies et par conséquent, la faiblesse de son impact sur l'industrie. En fait, il y a consensus au sein des personnes interrogées sur le fait que de traiter avec le CNRC est une entreprise complexe et laborieuse. Paradoxalement, les participants à l'évaluation ont signifié un intérêt pour les technologies développées par le Groupe.

L'écosystème commercial dans lequel le Groupe évolue est illustré schématiquement à la figure 3 ci-dessous. Cette figure présente un aperçu des principaux obstacles au transfert des technologies.

Figure 3 - Résumé des principaux obstacles du transfert de technologies

Les principaux obstacles auxquels fait face le groupe de Technologies langagières interactives lors du transfert de technologies sont illustrés à la figure 3, qui reprend essentiellement le modèle de transfert décrit à la figure 2. La figure 3 présente les obstacles qui se rapportent à chacun des trois acteurs (c.-à-d. le groupe de Technologies langagières interactives, les entreprises de technologies langagières, les utilisateurs finaux) dans le contexte du processus de transfert technologique. Ces obstacles sont décrits de manière exhaustive dans le document.

Résumé des principaux obstacles du transfert de technologies

Les principaux obstacles cernés dans le cadre de l'évaluation sont expliqués ci-après : Footnote 27

  • Forte concurrence - L'industrie des technologies langagières compte un nombre très limité de joueurs (moins de dix entreprises) qui se disputent un petit marché. Cela est particulièrement vrai dans le cas des outils d'aide à la traduction; dans ce domaine, les entreprises protègent tout avantage concurrentiel qu'elles peuvent obtenir en faisant affaire avec le CNRC. Même si cela vaut pour toutes les entreprises dans n'importe quel secteur de l'économie, cela semble exacerbé dans le contexte des technologies langagières où les entreprises recherchent des droits exclusifs d'utilisation. L'évaluation a démontré que cela avait un impact considérable sur le processus de négociation entre le CNRC et ses collaborateurs.
  • Capacités de réception limitées des entreprises de traduction - Comme il a été mentionné précédemment, la technologie PORTAGE est complexe et son adoption nécessite de solides capacités de TI. Le nombre d'entreprises pouvant acquérir et mettre en œuvre un système de cette complexité se trouve donc limité. Par ailleurs, les entreprises de traduction doivent posséder un large corpus de textes traduits pour donner au système un cadre d'apprentissage approprié. Une fois son apprentissage terminé, le système s'avère plus efficace pour les clients qui ont des besoins de traduction importants.
  • Capacités financières des entreprises de technologies langagières - Dans son format actuel, le système PORTAGE ne peut être commercialisé. La mise au point d'une solution commercialisable pour le marché de la traduction nécessiterait des investissements considérables par une entreprise de technologies langagières. Or, les données de l'évaluation démontrent qu'un nombre limité d'entreprises ont les moyens financiers d'entreprendre un projet de cette envergure. De plus, toute entreprise candidate exigerait certainement une garantie de protection des risques financiers grâce à une licence d'exclusivité.
  • Résistance des traducteurs aux systèmes de traduction automatique - Un grand nombre de participants à l'évaluation ont fait état de la vive résistance opposée par un nombre important de traducteurs qui doutent que la traduction automatique puisse accroître leur productivité ou améliorer la qualité des traductions produites. En fait, les traducteurs, au cours de leurs études universitaires, ont rarement l'occasion de faire l'apprentissage des technologies langagières, ce qui peut expliquer cette culture de résistance.
  • Perception de complexité des relations d'affaires avec le CNRC au sein de la communauté - Les participants à l'évaluation, y compris ceux qui n'ont pas collaboré avec le CNRC au cours des dernières années, partagent le sentiment que de faire affaire avec le CNRC est un processus complexe et laborieux. Parmi les motifs invoqués par certaines parties intéressées internes et externes se trouvent l'importance pour le CNRC de réaliser un retour sur l'investissement à la hauteur des objectifs de sa nouvelle stratégie, le fait que les entreprises insistent généralement pour obtenir des clauses d'exclusivité à long terme sur les ententes de licence afin de protéger leur avantage concurrentiel et le processus d'approbation appliqué par l'ITI-CNRC pour tous les projets qu'il entreprend, y compris les ententes non commerciales.
  • Existence d'autres systèmes de TA - La concurrence représentée par d'autres solutions de traduction automatique constitue un obstacle pour les négociations entre le CNRC et ses clients éventuels. En fait, même si le système PORTAGE offre de nombreux avantages sur Moses, les clients peuvent être tentés d'opter pour ce dernier si le coût de la licence de PORTAGE est prohibitif.

5.2.4 Soutien du PARI-CNRC à l'industrie langagière

Le PARI-CNRC a appuyé la croissance de l'industrie des technologies langagières grâce à du financement et à des services conseils offerts par le conseiller en technologie industrielle (CTI) situé dans les bureaux mêmes du CRTL.

Le Programme d'aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC) joue également un rôle de soutien clé auprès de l'industrie des technologies langagières. Plus précisément, les participants externes ont dit apprécier grandement les services conseils et d'orientation fournis par les conseillers en technologie industrielle (CTI) du CNRC, de même que le financement accordé par le PARI-CNRC à des projets de R-D. Les données sur le rendement fournies par le PARI-CNRC indiquent que huit entreprises ont profité de services de consultation ou de financement offerts par l'organisation. Une des personnes interrogées qui a bénéficié des services du PARI-CNRC a indiqué que : « Le PARI-CNRC est un bon partenaire pour nous. C'est un bon outil de transfert de technologies. »

Le financement total fourni par le PARI-CNRC aux entreprises de technologies langagières depuis 2005, y compris le financement dans le cadre du Programme d'emploi jeunesse et des projets de R-D, se chiffre à un plus de 2,5 M$. Il convient de noter que ce montant ne comprend pas le salaire du CTI ni aucune autre forme de soutien offert par le Programme, comme l'embauche d'un spécialiste conseil pour évaluer et préparer des propositions de projets de R-D solides.

5.3 Contribution à la consolidation du système d'innovation canadien

Lorsque le PALO a été créé en 2003, l'un des axes de la stratégie du gouvernement pour le soutien de l'industrie des technologies langagières était la création d'un centre de recherche dans le domaine des technologies langagières. Cette responsabilité a été donnée à trois organisations : le CNRC, l'UQO et le BtB.Footnote 28 En 2004, les trois partenaires, en collaboration avec l'industrie, ont mis sur pied une organisation sans but lucratif appelée le CRTL.

L'une des principales observations tirées de l'évaluation concerne les changements importants survenus dans le CRTL depuis la dernière évaluation. Le CRTL est désormais une organisation sans but lucratif indépendante soutenue par différents partenaires, dont les trois partenaires fondateurs.

5.3.1 Contribution du CNRC au développement du système d'innovation local dans le domaine des technologies langagières

La contribution du CNRC à la croissance du système d'innovation local est reconnue par toutes les parties intéressées consultées.

Le CNRC, y compris le Groupe de TLI et le PARI-CNRC, est un joueur clé dans le système d'innovation local. En plus de contribuer au développement et au transfert de technologies novatrices, le CNRC a appuyé la croissance du système d'innovation local par les moyens suivants :

  • organisation d'événements et de séminaires ayant pour objet de rassembler la communauté scientifique;
  • attraction d'entreprises novatrices et d'investissements dans l'incubateur grâce à la proximité physique des chercheurs;
  • partage de connaissances et de savoir-faire formels et informels avec les chercheurs en milieu universitaire et les entrepreneurs;
  • formation de PHQ.

Outre ces contributions, la vaste majorité des parties intéressées consultées estiment que le CNRC constitue l'un des principaux piliers de la croissance et de la viabilité du CRTL. Les autres piliers mentionnés par les personnes interrogées sont la présence et la participation d'un secteur industriel fort et la formation de PHQ par l'UQO.

5.3.2 Évolution du CRTL en tant qu'organisation indépendante

La situation générale du CRTL a considérablement évolué depuis 2007, si bien que l'organisation peut aujourd'hui appuyer le CNRC dans le développement de l'industrie des technologies langagières.

La situation du CRTL s'est considérablement renforcée depuis la dernière évaluation. En 2007, le CRTL n'avait pas de directeur général, la participation de l'industrie dans sa structure de gouvernance était limitée, sa situation financière était incertaine, l'incubateur d'entreprises ne fonctionnait pas au maximum de sa capacité et l'organisation à proprement parler avait peu de projets en chantier. En contraste, le CRTL possède aujourd'hui tous les outils nécessaires pour contribuer à la croissance de l'industrie des technologies langagières. Plus précisément, le nouveau directeur général, en collaboration avec ses partenaires, a réussi à stabiliser la situation financière de l'organisme. Grâce à cette stabilité assurée, le CRTL est parvenu à :

  • établir un réseau de recherche avec différentes universités de toutes les régions du Canada;
  • attirer des entreprises de technologies langagières dans son incubateur;
  • développer un projet à grande échelle, Linguistech, pour accroître l'accès des utilisateurs finaux aux technologies langagières. Footnote 29

Au cours des trois dernières années, la structure de gouvernance du CRTL s'est transformée pour donner un rôle plus large à l'industrie dans le processus décisionnel de l'organisme sans but lucratif. Des changements apportés récemment à la réglementation concernant la participation des ministères fédéraux aux conseils d'administration d'organismes sans but lucratif ont été les principaux moteurs de ce changement. Le CNRC fait désormais figure d'observateur et ne participe plus aux décisions du CRTL. Outre les changements apportés à la composition du conseil d'administration du CRTL, tous les comités spéciaux qui existaient précédemment, tels que le comité scientifique, ont été abolis et remplacés par des réunions informelles entre le CNRC et le CRTL. Ces changements n'ont pas été identifiés comme des préoccupations majeures par les participants à l'évaluation.

6.0 ÉCONOMIE ET EFFICIENCE DU GROUPE DE TECHNOLOGIES LANGAGIÈRES INTERACTIVES

La façon dont le Groupe de TLI utilise ses ressources pour atteindre les résultats attendus a été examinée dans le cadre de l'évaluation. L'efficience se mesure à la quantité d'extrants produits par rapport à la somme des ressources mises à contribution, tandis que l'économie est une mesure des efforts déployés pour réduire le coût des intrants utilisés par le Groupe pour atteindre ses résultats.

6.1 Efficience

Le Groupe de TLI a fait un bon usage de ses ressources en mettant au point des technologies novatrices qui sont considérées comme étant parmi les meilleures du monde et sont appréciées de ses collaborateurs.

Selon les résultats de l'évaluation, le Groupe de TLI fonctionne de manière efficiente, en appliquant les pratiques et procédés administratifs établis par les directions centrales du CNRC et l'ITI-CNRC. Outre le degré de satisfaction élevé exprimé par la direction du CNRC à l'égard de ses réalisations, l'évaluation a permis de démontrer que le Groupe mettait à profit ses ressources pour produire des technologies novatrices considérées parmi les meilleures du monde. Étant donné les ressources limitées dont il dispose, cela constitue une réalisation importante.

L'évaluation n'a mis au jour qu'un seul risque important, à savoir la gestion des services des Technologies de l'information (TI) du CNRC par Services partagés Canada, qui pourrait réduire la capacité du Groupe d'atteindre les résultats attendus de manière efficiente. Considérant l'usage intensif des TI requis dans les activités de recherche menées par le Groupe de TLI, certains participants internes se sont dits préoccupés par le transfert des ressources de TI du CNRC à Services partagés Canada. En fait, pour maintenir son niveau de rendement, le Groupe doit disposer d'un niveau minimal de services et avoir accès à certains services de TI spécialisés ou sur mesure. Selon les participants interrogés, les chercheurs ont déjà signalé un arriéré de demandes de services non traitées. Bien que le risque potentiel pour le Groupe de TLI soit attesté, il n'a pas été possible de démontrer sans équivoque en janvier 2012 que ce risque s'était matérialisé.

6.2 Économie

Des économies supplémentaires pourraient être réalisées au titre des frais de location des locaux occupés par le Groupe de TLI.

Dans l'ensemble, nous avons constaté que le Groupe gérait ses ressources de manière économique. Ce constat, qui découle principalement d'entretiens avec les participants à l'évaluation, repose également sur le fait que les coûts d'exploitation du Groupe ont diminué au cours des trois dernières années (voir la figure 1 du rapport). L'évaluation n'a permis de trouver que deux possibilités d'améliorer le bilan économique, les deux ayant trait aux ententes de bail conclues avec l'UQO. Plus précisément, certains participants internes à l'évaluation ont indiqué que le loyer chargé par l'UQO était supérieur à ce qu'il en coûterait au CNRC pour accueillir le Groupe dans des locaux actuellement vacants dans ses installations du chemin Montréal, à Ottawa. Footnote 30 Des répondants de l'externe ont toutefois exprimé leurs appréhensions quant aux effets négatifs d'un déménagement sur les partenaires du CRTL, puisque le Groupe de TLI forme le noyau du CRTL sur le plan de la recherche. Soulignons également que le BtB a quitté les installations en 2011 pour réduire ses coûts de fonctionnement dans le cadre du programme de compressions budgétaires du gouvernement. Dans ces circonstances, le départ d'un autre membre fondateur clé du Centre nuirait très certainement à la crédibilité et à la viabilité du CRTL.

L'évaluation a également démontré que le Groupe louait des locaux d'une superficie dépassant ses besoins. Selon les entretiens que nous avons eus avec les participants à l'évaluation, environ 25 % de la superficie louée par le Groupe n'était pas utilisée à l'époque où l'évaluation a eu lieu.

  • Recommandation 3 : Le CNRC doit s'assurer que les locaux loués correspondent aux besoins effectifs du Groupe et, dans l'éventualité où le Groupe de TLI demeure dans ses installations actuelles, négocier les futures conventions de bail en conséquence.

7.0 CONCLUSION

La création du Groupe de TLI a permis le développement de savoir, de technologies et d'outils novateurs appréciés par la communauté universitaire, l'industrie langagière et tous les principaux collaborateurs du CRTL. Les technologies mises au point par le Groupe de TLI, considérées parmi les meilleures à l'échelle mondiale, ont été transférées à un nombre limité d'entreprises canadiennes. Même si les deux plus grandes entreprises de traduction au Canada utilisent actuellement le système PORTAGE, ce qui devrait atténuer la résistance des traducteurs envers les systèmes de TAS, plusieurs entraves nuisent encore à la capacité du Groupe de renforcer l'industrie langagière canadienne. Sur ce plan, l'évaluation a démontré que le recours à une stratégie de commercialisation appropriée permettrait au Groupe de TLI d'avoir une forte incidence sur la croissance de l'industrie langagière. L'établissement de partenariats judicieux et de stratégies adaptées garantira la rentabilité des investissements réalisés par le CNRC dans le domaine des technologies langagières pour appuyer les langues officielles au Canada.

Après huit années à faire avancer les technologies langagières, des facteurs de changement internes et externes obligent le Groupe de TLI à repenser l'orientation de ses activités de recherche futures. D'une part, le développement du système PORTAGE, le cœur des activités de recherche du Groupe, ne nécessite plus le même niveau d'investissement que par le passé, puisqu'il a atteint un degré de maturité et de stabilité suffisant. Le Groupe de TLI a donc la possibilité d'entreprendre des recherches dans de nouveaux domaines ou d'explorer de nouvelles applications pour le système PORTAGE dans d'autres secteurs. Quant aux perspectives de transfert de technologie, l'évaluation a démontré que l'absence d'une capacité de réception importante au sein de l'industrie de la traduction limitait grandement les occasions commerciales dans ce secteur au Canada. La commercialisation de PORTAGE à l'étranger ou le développement d'autres applications recèlent toutefois un potentiel commercial important pour les entreprises de technologies langagières et le CNRC.

D'autre part, la nouvelle stratégie adoptée par le CNRC oblige les groupes de recherche à réaligner leurs activités sur les nouveaux programmes et les nouvelles priorités de l'organisation. Dans ce contexte, les participants internes et externes à l'évaluation ont fait état de possibilités dans le domaine de la sécurité, une orientation compatible avec les objectifs des portefeuilles Sécurité et technologies de rupture et Technologies de l'information et des communications. Au moment où l'évaluation a eu lieu, l'élaboration des programmes n'était pas terminée, mais les résultats d'évaluation ont confirmé que la technologie PORTAGE avait un réel potentiel pour des applications dans le domaine de la sécurité et de la défense. Le succès dans ce créneau dépendra toutefois de la capacité du Groupe d'attirer des partenaires clés issus des secteurs de la défense et de la sécurité, et notamment d'autres ministères ainsi que des entreprises du secteur privé.

Malgré la nécessité pour le Groupe de TLI de réaligner ses activités sur les nouveaux programmes et les nouvelles priorités du CNRC, il demeure responsable de certains des objectifs stratégiques de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne. Il sera donc essentiel pour le CNRC de maintenir un équilibre entre les deux mandats de ce groupe de recherche pour assurer sa pertinence.

L'évaluation a confirmé que le Groupe était un bon investissement (tant sur le plan de la pertinence que du rendement), mais a aussi démontré qu'il existait des possibilités d'amélioration. Plus précisément, trois recommandations ont été formulées en ce qui a trait à l'alignement stratégique du Groupe sur la stratégie du CNRC, à sa contribution au transfert de technologie et à l'utilisation efficiente de ses ressources. Ces recommandations sont présentées à la section suivante.

8.0 RÉPONSE DE LA DIRECTION

Recommandation 1 :

Tant et aussi longtemps que le Groupe de TLI constitue une initiative relevant de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne, le CNRC doit s'efforcer de concilier la contribution de cette entité à la nouvelle structure de portefeuille/programme du CNRC et sa contribution à l'objectif stratégique de la Feuille de route (soit renforcer l'industrie langagière canadienne).

Réponses :

Acceptée

Mesures prévues :

Le Groupe de TLI concentre ses activités sur le développement d'outils informatisés pour le traitement d'information orale et écrite en plusieurs langues, conformément au mandat établi dans le Plan d'action pour les langues officielles et la Feuille de route pour la dualité linguistique. Il est attendu que les technologies langagières continuent de jouer un rôle stratégique de premier plan dans les Technologies de l'information et des communications-CNRC (TIC-CNRC) ainsi que dans la Sécurité et les technologies de rupture (STR CNRC), notamment par le développement d'applications de veille commerciale et de sécurité. Le CNRC compte continuer d'appuyer le développement des industries langagières canadiennes tout en harmonisant sa contribution aux besoins de l'industrie et du Canada et à ses propres orientations stratégiques.

Responsable proposé :

Vice-président, Division des technologies émergentes

Échéance :

Mars 2013

Indicateur de rendement #1 :

Le CNRC remplit ses obligations quinquennales au titre de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008 2013.

Indicateur de rendement #2 :

Les stratégies des portefeuilles de TIC CNRC et de STR-CNRC sont en place et reflètent le rôle des technologies langagières; les capacités du Groupe de TLI sont déployées de manière efficace à l'intérieur de ces programmes.

Recommandation 2 :

Le CNRC doit élaborer et mettre en œuvre une stratégie de commercialisation de la technologie PORTAGE et de la propriété intellectuelle qui y est rattachée, de manière à accroître ses répercussions sur l'industrie langagière. Le CNRC doit aussi explorer les débouchés commerciaux qui existent dans d'autres secteurs d'activité à la lumière des utilisations et applications possibles de la technologie recensées dans le cadre de la présente évaluation (p. ex. : dans le domaine de la sécurité et de la défense).

Réponses :

Acceptée en partie

Mesures prévues :

Il existe déjà un plan de commercialisation formel pour la technologie PORTAGE. Ce plan sera mis à jour dans le cadre de l'élaboration de la stratégie du portefeuille des TIC du CNRC, de manière à tenir compte de la nouvelle démarche commerciale du CNRC, de la capacité de réception de l'industrie canadienne des technologies langagières et des possibilités offertes dans d'autres secteurs d'activité, comme le domaine de la sécurité.

Responsable proposé :

Directeur général, Portefeuille des TIC

Échéances :

Mars 2013 pour indicateur de rendement #1 :

Mars 2015 pour indicateur de rendement #2 :

Indicateur de rendement #1 :

Le plan de commercialisation mis à jour est intégré à la stratégie du portefeuille des TIC.

Indicateur de rendement #2 :

Deux nouvelles licences commerciales de PORTAGE sont accordées.

Recommandation 3 :

Le CNRC doit s'assurer que les locaux loués correspondent aux besoins effectifs du Groupe et, dans l'éventualité où le Groupe de TLI demeure dans ses installations actuelles, négocier les futures conventions de bail en conséquence.

Réponses :

Acceptée

Mesures prévues :

Nous évaluerons les besoins en locaux du Groupe à la lumière des besoins du CNRC, des principes d'efficacité opérationnelle, de la stratégie du portefeuille des TIC et des directives du Conseil du Trésor.

Responsables proposés :

Directeur général, Portefeuille des TIC

Directeur général, DSAGI

Échéance :

Mars 2013

Measure of Achievement:

L'examen des besoins en matière d'installations a été effectué.

Les locaux occupés par le Groupe de TLI sont optimisés afin d'atteindre les objectifs commerciaux et d'efficience opérationnelle, en conformité avec les nouvelles directives du Conseil du Trésor et de la stratégie du portefeuille des TIC.

ANNEXE 1 - ENJEUX ET QUESTIONS D'ÉVALUATION

Pertinence

P1. Maintien de la nécessité du programme

Le Groupe de TLI-ITI continue-t-il de répondre à un besoin démontrable?

P2. Conformité avec les priorités de l'administration fédérale

Le Programme est-il harmonisé avec les priorités de l'administration fédérale et les nouvelles stratégies et priorités du CNRC?

P3. Conformité avec les rôles et responsabilités de l'administration fédérale

Le r\xC3\xB4le actuel du CNRC dans la prestation du Programme est-il approprié et conforme aux rôles et responsabilités de l'administration fédérale? Rendement

Rendement

R1. Réalisation des résultats attendus

Dans quelle mesure le Groupe de TLI-ITI a-t-il renforcé la capacité de l'industrie langagière canadienne?

Dans quelle mesure le CNRC a-t-il contribué à renforcer le système d'innovation canadien par sa participation au développement d'un centre de recherche en technologies langagières (CRTL)?

Dans quelle mesure le Groupe de TLI-ITI a-t-il contribué à renforcer la position du Canada dans le domaine des technologies langagières sur la scène internationale?

R2. Démonstration de la rentabilité et de l'efficience

L'utilisation des ressources de Groupe de TLI-ITI démontre-t-elle un souci d'économie?

Le Groupe de TLI-ITI fait-il l'objet d'une administration efficace?

Quels facteurs (internes ou externes) ont une incidence sur le ratio coûts-efficacité du GTLI-ITI?

BIBLIOGRAPHIE

Conseil national de recherches du Canada (2008), Évaluation du groupe des Technologies langagières interactives (groupe de TLI) - Rapport final

Conseil national de recherches du Canada (2010), Projet : PORTAGE - Plan de transfert de technologie

Conseil national de recherches du Canada (2010), Rapport ministériel de rendement - Section III, Renseignements supplémentaires

Gouvernement du Canada (2003), Plan d'action pour les langues officielles

Gouvernement du Canada (2007), Réaliser le potentiel des sciences et de la technologie au profit du Canada

Gouvernement du Canada (2008), Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013 : agir pour l'avenir

Ministère de la Justice, Charte canadienne des droits et libertés, site consulté le 10 janvier 2012 : Charte canadienne des droits et libertés, site consulté le 10 janvier 2012

Ministère de la Justice, Loi sur les langues officielles, site consulté le 10 janvier 2012

Masselot F. & M., Plitt (2010). A Productivity Test of Statistical Machine Translation Post-Editing in a Typical Localisation Context, The Prague Bulletin of Mathematical Linguistics, No 93, p. 7-16

Centre de recherche en technologies langagières (2011), Rapport sommaire et préliminaire sur les résultats de l'enquête menée auprès des utilisateurs de technologies langagières

Footnotes

Note de bas de page 1

À moins d'indication contraire, toute mention du CRTL dans le présent rapport renvoie à l'organisme sans but lucratif.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Les documents publics à propos de la Feuille de route de même dans les documents internes de Patrimoine canadien font références au CRTL chaque fois qu'il est question des investissements effectués par le CNRC en appui à la recherche dans les technologies langagières.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Conseil national de recherches du Canada (2008), Évaluation du Groupe de technologies langagières interactives - Rapport final, p. 9-14 (version anglaise)

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Gouvernement du Canada (2008), Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013 : agir pour l'avenir, p. 13

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Renseignements additionnels sur le CRTL à l'adresse suivante : Conseil national de recherches du Canada (2008), Évaluation du Groupe de technologies langagières interactives - Rapport final, p. 9-14 (version anglaise)

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Le financement, qui a l'origine a été accordé à titre temporaire (crédits temporaires), a été converti en financement permanent (services votés) du CNRC.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Conseil national de recherches du Canada (2010), Rapport ministériel de rendement - Section III, Renseignements supplémentaires, p. 28 (version anglaise)

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

La valeur de la contribution du Groupe d'information interactive de l'ITI-CNRC est indiquée à la figure 1.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Ce total ne tient pas compte de la contribution en nature du CNRC incluse dans la valeur totale du projet ou de l'entente.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Gouvernement du Canada (2003), Plan d'action pour les langues officielles, p. 59

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Gouvernement du Canada (2008), Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013 : agir pour l'avenir, p. 13

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Ministère de la Justice, Charte canadienne des droits et libertés, site consulté le 10 janvier 2012

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Ministère de la Justice, Loi sur les langues officielles, site consulté le 10 janvier 2012

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

On trouvera des renseignements sur le SDL Language Weaver à cette adresse, site consulté le 12 janvier 2012 :

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Gouvernement du Canada (2007), Réaliser le potentiel des sciences et de la technologie au profit du Canada, p. 12

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Le programme ACCORD octroie du financement pour soutenir le développement de secteurs d'activité stratégiques dans des régions données.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Le programme Information et sécurité était en cours d'élaboration à l'époque où l'évaluation sur laquelle porte ce rapport a été effectuée.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

CNRC, Une chercheure de l'ITI-CNRC reçoit un prix de la Meilleure Communication à la conférence Traitement automatique des langues naturelles, site consulté le 11 janvier 2012

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

L'état d'avancement du projet, fourni par le Groupe de TLI, indique si des ressources internes sont utilisées pour poursuivre le développement de la technologie et/ou si la technologie a le degré de maturité nécessaire pour être transférée à l'industrie.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Renseignements supplémentaires et aperçu des rudiments de fonctionnement des systèmes de TAS disponibles aux endroits suivants, sites consultés le 11 janvier 2012

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Pour une description complète du classement du système PORTAGE dans des évaluations comparatives de systèmes de traduction automatique, consulter le site Web suivant

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Pour des raisons de confidentialité, il n'a pas été possible d'obtenir d'information sur les modalités particulières des accords de licence.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

CNRC, Annonce de l'ITI-CNRC, site consulté le 12 janvier 2012

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Masselot F. & M., Plitt (2010). A Productivity Test of Statistical Machine Translation Post-Editing in a Typical Localisation Context, The Prague Bulletin of Mathematical Linguistics, No 93, p. 7-16.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Note de bas de page 25

Centre de recherche en technologies langagières, idem, p. 10.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Note de bas de page 26

Centre de recherche en technologies langagières (2011), Rapport sommaire et préliminaire sur les résultats de l'enquête menée aupr\xC3\xA8s des utilisateurs de technologies langagières, p. 10

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Note de bas de page 27

La plupart des ces obstacles sont propres à la technologie PORTAGE.

Retour à la référence de la note de bas de page 27

Note de bas de page 28

Les responsabilités particulières incombant aux trois partenaires en ce qui a trait au soutien de l'industrie langagière sont énoncées dans la présentation au SCT.

Retour à la référence de la note de bas de page 28

Note de bas de page 29

Pour en savoir davantage sur le projet Linguistech, consulter le site suivant

Retour à la référence de la note de bas de page 29

Note de bas de page 30

Cette information n'a pas été validée par une analyse de coûts rigoureuse. Il est donc difficile de quantifier les économies que pourrait réaliser l'Institut en déménageant le Groupe.#

Retour à la référence de la note de bas de page 30

Date de modification :