ARCHIVÉ - Évaluation de l'Institut des sciences nutritionnelles et de la santé (ISNS-CNRC)

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Résumé

En 2003-2004, le CNRC a reçu 30 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer deux nouvelles initiatives de développement de grappes technologiques communément désignées comme la « série III ». Les initiatives de la série III ciblent deux disciplines de recherche et de technologie en émergence qui ont été définies par les partenaires en consultation avec le Conseil national de recherches du Canada (CNRC). Voici quelles sont ces initiatives :

  • le Centre de recherche sur les infrastructures durables (CRID-CNRC) à Regina (Saskatchewan), qui relève de l'Institut de recherche en construction du CNRC;
  • l'Institut des sciences nutritionnelles et de la santé (ISNS-CNRC) à Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard), une composante de l'Institut des biosciences marines du CNRC (IBM-CNRC).

En novembre 2006, le Comité de la haute direction du CNRC (CHD) a approuvé le mandat d'évaluation de ces initiatives de « la troisième série ». Les deux initiatives ont fait l'objet d'une évaluation distincte qui a donné lieu dans chaque cas à un rapport d'évaluation comprenant des conclusions et des recommandations. Ces évaluations ont été menées par le groupe de la Planification et de la gestion du rendement (PGR) de la Direction de la stratégie et du développement (DSD) des Services corporatifs du CNRC.

Ces évaluations ont été réalisées à la demande du Comité de la haute direction du CNRC (CHD) conformément au cycle d'évaluation du CNRC et dans le respect des politiques du Secrétariat du Conseil du Trésor. Les principales raisons motivant ces évaluations à ce moment sont les suivantes :

  • Collecter de l'information sur les progrès accomplis à ce jour, notamment sur les leçons tirées et les pratiques exemplaires élaborées afin d'appuyer la planification stratégique des programmes du CNRC et la gestion continue de sa stratégie horizontale de développement de grappes technologiques.
  • Ouvrir des canaux de communication avec les parties intéressées au sein de la collectivité.
  • Diffuser de l'information pertinente dans le cadre du renouvellement du financement versé aux initiatives de développement des grappes technologiques qui arrivent au terme de leur cycle quinquennal de financement (en 2007-2008).

Le présent rapport résume le contexte, les résultats et les conclusions des évaluations, de même que les recommandations formulées quant au développement d'une grappe technologique autour de l'Institut des sciences nutritionnelles et de la santé (ISNS-CNRC).

L'évaluation couvre la période comprise entre 2003-2004 et le milieu de 2006-2007 inclusivement. Elle porte sur des enjeux liés à la pertinence, sur les premiers résultats de la grappe et leurs retombées, sur le concept, la prestation des services et la rentabilité ainsi que sur les leçons tirées et les nouvelles pratiques mises au point.

Les méthodologies clés utilisées comprenaient un examen de la documentation, un examen des données administratives et des données de rendement, des entrevues avec des informateurs de premier plan et une étude des résultats de la grappe.

Aperçu de l'Institut des sciences nutritionnelles et de la santé

Le projet de l'ISNS-CNRC découle d'un concept original mis de l'avant en 2000 qui visait à mettre sur pied un centre d'innovation du CNRC sur le campus de l'Université de l'Île‑du‑Prince‑Édouard (UPEI). Se concentrant sur cet objectif, le CNRC, de concert avec d'autres organismes fédéraux et provinciaux, l'UPEI et des entreprises locales, a commencé à sonder la faisabilité de bâtir une grappe technologique en bioressources dans cette province. Il a alors été décidé que la meilleure façon d'analyser la viabilité du projet était de dresser une carte routière technologique.

En 2001, le Comité directeur de la Carte routière technologique dans le secteur des bioressources de l'Île-du-Prince-Édouard a été convoqué pour étudier les possibilités de croissance durable d'une grappe industrielle dans le secteur des bioressources dans la province. L'élaboration de la carte routière technologique a culminé en 2002 avec le dépôt d'un rapport qui recommandait de concentrer les recherches dans le domaine des composés bioactifs et recensait plusieurs voies possibles : recherche et dépistage de composés bioactifs; évaluation de leur efficacité et modélisation de la viabilité de leur exploitation commerciale.

Sur la foi des résultats de la carte routière et de la stratégie de développement de grappes technologiques du CNRC, le Parlement a octroyé au CNRC des crédits de 20 millions de dollars sur cinq ans en février 2003 pour établir un centre de recherche du CNRC à l'Î.-P.-É. Ce centre serait voué à la promotion de la santé et mettrait à profit les atouts des milieux universitaires et industriels locaux. Après cette annonce, le projet d'ISNS-CNRC a été lancé à Charlottetown (Î.-P.-É.) sous la forme d'un programme de recherche de l'Institut des biosciences marines du CNRC (IBM-CNRC), qui se trouve à Halifax. Pour la première fois, un solide contingent de scientifiques du CNRC travaillerait à l'Île-du-Prince-Édouard. Avant la création de l'ISNS-CNRC, la présence du CNRC dans la province était infime, et se résumait à une poignée d'employés de l'ICIST-CNRC et du PARI-CNRC.

Les scientifiques de l'ISNS-CNRC s'efforcent d'établir comment certains composés bioactifs présents dans la nature peuvent être utilisés pour améliorer la santé humaine et animale. Leurs recherches se concentrent sur le rôle des composés naturels dans trois domaines clés : les troubles neurologiques (par exemple, maladie d'Alzheimer); les troubles liés à l'obésité (par exemple, le diabète) et les problèmes d'infection et d'immunité (par exemple, les infections virales).

Les études menées de novembre 2006 à mai 2007 ont conduit aux conclusions et recommandations suivantes.

Conclusions générales

Fondamentalement, le CNRC s'est lancé dans le développement de ces grappes technologiques pour favoriser la prospérité des collectivités. Les évaluateurs en sont venus à la conclusion que l'initiative de développement d'une grappe technologique à l'ISNS-CNRC était complémentaire aux activités de promotion de la croissance économique. De plus, l'initiative cadre avec les priorités et les besoins des ministères fédéraux, du gouvernement provincial ainsi que des milieux scientifiques et industriels régionaux. Pour l'industrie et les autres intervenants, la mise sur pied d'un programme de recherche s'appuyant sur les atouts locaux et établissant un pont entre la recherche fondamentale et les activités commerciales était primordiale.

À ce jour, l'ISNS-CNRC a recruté ses propres chercheurs en plus de contribuer à attirer d'autres personnes hautement qualifiées dans la région. Les crédits alloués au CNRC ne prévoyaient cependant pas de ressources pour acquérir de nouveaux locaux pour héberger le programme de recherche. L'Agence de promotion économique du Canada atlantique, l'Université de l'Île‑du‑Prince‑Édouard et les autorités provinciales se sont donc unies pour financer la construction d'un nouvel immeuble qui abrite actuellement l'ISNS-CNRC. Même si le programme n'occupe les lieux que depuis octobre 2006, plus de 40 % des locaux de l'installation de partenariat industriel de l'ISNS-CNRC sont déjà loués à des entreprises privées.

Les employés de l'ISNS-CNRC n'ont pas tardé à nouer des liens avec d'autres organismes de la région et à s'engager dans des projets de recherche avec des intervenants des milieux universitaires et industriels. Plusieurs entreprises ont récemment déménagé dans la province, attirées par l'effervescence dans le secteur des biosciences. L'ISNS-CNRC a su s'imposer comme un participant clé aux activités de développement de la grappe technologique et sa contribution aux efforts globaux est considérée comme cruciale.

Sommaire des conclusions et recommandations – Pertinence

Les évaluateurs en sont venus à la conclusion que l'initiative de développement d'une grappe technologique autour de l'ISNS-CNRC est conforme aux priorités du gouvernement fédéral établies en vertu de la stratégie fédérale d'innovation de 2002, des politiques annoncées par le nouveau gouvernement du Canada et des priorités du Conseil national de recherches du Canada. Le gouvernement fédéral a un rôle légitime à jouer dans les initiatives de développement de grappes technologiques et, plus précisément, l'ISNS-CNRC est parfaitement justifié de participer à la recherche sur les biosciences. Le développement d'une grappe technologique autour de l'ISNS-CNRC est conforme aux priorités et aux besoins des autres ministères fédéraux et plus particulièrement ceux d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA), du gouvernement provincial ainsi que des milieux régionaux de la recherche et de l'industrie locale.

Recommandation 1 : Le CNRC devrait s'efforcer d'obtenir le renouvellement des crédits à l'appui de l'initiative de développement d'une grappe technologique autour de l'ISNS-CNRC.

Réponse de la direction et mesures proposées : La recommandation est acceptée. Le Cadre de gestion et de responsabilisation axé sur les résultats (CGRR) de l'ISNS-CNRC devra être examiné dès la première année de financement afin de garantir que les compétences de base de l'ISNS-CNRC et les indicateurs sont conformes aux besoins de la grappe. Le rapport d'évaluation de l'ISNS-CNRC a donné les grandes orientations du plan d'activité de la grappe. Les indicateurs de rendement permanents de la grappe en biotechnologie de l'Î.-P.-É doivent être harmonisés avec ceux du CNRC actuellement élaborés par le Secrétariat du Conseil du Trésor.

Sommaire des conclusions et recommandations – Premiers résultats et retombées

L'évaluation s'est intéressée aux résultats initiaux et aux premières retombées de l'initiative en tenant compte que celle-ci en est seulement à ses premières années. Les évaluateurs se sont penchés sur les succès relatifs à ce jour de l'initiative de développement d'une grappe technologique autour de l'ISNS-CNRC dans les domaines définis comme susceptibles d'engendrer des résultats immédiats dans le modèle logique de l'ISNS-CNRC

Accès aux installations de recherche : L'accès aux installations de recherche et au matériel spécialisé a été facilité par le financement obtenu. L'ISNS-CNRC est installé dans un immeuble neuf de quatre étages dont la construction a pris fin en mai 2006. Cet immeuble appartient à l'UPEI, mais l'APECA et la province de l'Î.-P.-É ont contribué à son financement. L'ISNS-CNRC a par ailleurs investi plus de 4,3 millions de dollars à ce jour dans les pièces d'équipement majeures et le matériel connexe nécessaires à la mise sur pied de son programme de recherche. Une bonne partie de cette infrastructure était auparavant inexistante dans la région et est essentielle à la découverte et à la diffusion de composés bioactifs.

Recrutement et perfectionnement de personnes hautement qualifiées (PHQ) : Dans le cadre de l'initiative de développement d'une grappe technologique autour de l'ISNS-CNRC, les responsables ont réussi à attirer des PHQ dans la région. Si l'on fait exception des quelques employés du PARI-CNRC et de l'ICIST-CNRC, le CNRC ne comptait aucun employé à l'Île-du-Prince-Édouard avant l'ouverture de l'ISNS-CNRC. Les six agents de recherche de l'ISNS-CNRC ont tous été recrutés à l'extérieur de la province, deux d'entre eux venant même de l'étranger. Trois des six AR de l'ISNS-CNRC viennent directement de l'industrie. L'ISNS-CNRC a aussi joué un rôle important dans le recrutement et le perfectionnement d'autres PHQ dans la région. L'Institut a notamment réussi à obtenir plusieurs chaires de recherche du Canada pour l'UPEI.

Intensité des activités de recherche : L'ISNS-CNRC a intensifié les activités de recherche en biosciences dans la région, plus particulièrement dans le cadre d'accords de recherche conjointe. Grâce aux quelque 1,3 million de dollars investis par l'ISNS-CNRC dans ces accords, on a réussi à obtenir d'autres organismes du CNRC, des universités, de la province et de l'industrie qu'ils investissent de leur côté 3,4 millions de dollars. Le projet conjoint le plus important auquel participe l'ISNS-CNRC est mené de concert avec le UPEI Atlantic Veterinary College (AVC). Il s'agit de la création du Atlantic Centre for BioProducts Valuation (ACBV) dont l'inauguration a eu lieu en mars 2006.

Accès aux ressources de Soutien technologique et industriel du CNRC : Ni l'ICIST‑CNRC, ni le PARI-CNRC n'ont reçu de crédits spéciaux pour appuyer l'ISNS‑CNRC. L'ICIST-CNRC offre ses services dans la région au moyen des sommes reçues dans le cadre des Initiatives de l'Atlantique. Un spécialiste de l'information de l'ICIST‑CNRC travaille dans les locaux de l'ISNS-CNRC. Le PARI-CNRC participe à la grappe des biosciences et contribue au succès des entreprises et organisations de ce secteur à l'Île‑du‑Prince‑Édouard. L'ISNS-CNRC collabore actuellement avec trois des 30 entreprises qui ont reçu le soutien du PARI-CNRC.

Réseautage au sein de la grappe : L'ISNS-CNRC s'est imposé lui-même comme un participant clé aux activités de création de la grappe et est considéré comme un acteur crucial dans le cadre de cet effort global. De plus, les employés de l'ISNS-CNRC participent à un certain nombre d'activités de réseautage et de sensibilisation au sein du milieu des biosciences et de l'ensemble de la population.

Recherche industrielle et développement : La question de la propriété intellectuelle (PI) est d'une grande importance en ce qui concerne le développement industriel créé pour une grappe. Dans l'industrie, on a parfois l'impression que la politique du CNRC en matière de propriété intellectuelle empêche les entreprises privées de détenir la propriété intellectuelle issue des travaux conjoints. La question des locaux d'incubation est un autre enjeu lié au développement industriel. Même s'il a emménagé dans ses locaux actuels il y a six mois seulement, l'ISNS-CNRC a déjà attiré quatre entreprises locataires dans son installation de partenariat industriel.

Autres retombées : L'ISNS-CNRC est bien considéré et le savoir et l'infrastructure qu'il apporte à la région sont considérés comme un ajout favorable au paysage bioscientifique de l'Île‑du‑Prince‑Édouard.

Recommandation 2 : L'ISNS-CNRC devrait s'assurer que ses collaborateurs et clients ont une compréhension claire et uniforme de la politique du CNRC sur la gestion de la propriété intellectuelle, et plus particulièrement des possibilités d'en devenir propriétaire.

Réponse de la direction et mesures proposées : L'agent de développement des affaires de l'ISNS-CNRC organisera en 2007 un atelier à l'intention des agents de recherche afin de dissiper tous les malentendus possibles sur la politique de gestion de la propriété intellectuelle du CNRC. L'agent de développement des affaires de l'ISNS-CNRC s'attaquera à cette tâche avec l'aide de son homologue de l'IBM-CNRC et du service des communications internes. Ensemble, ils élaboreront à l'interne des documents de marketing qui serviront à expliquer la politique de gestion de la propriété intellectuelle du CNRC aux clients. Dès que le CNRC aura mis à jour la politique en question (qui fait actuellement l'objet d'un examen), l'ISNS-CNRC communiquera la version révisée de la politique aux parties intéressées et aux clients dans la collectivité. Afin de mesurer l'effet de cette nouvelle politique, l'ISNS-CNRC analysera l'acceptation par les clients des nouvelles dispositions en matière de propriété intellectuelle et l'intérêt suscité par cette nouvelle politique au sein de la collectivité (2008 à 2010).

Sommaire des conclusions et recommandations – Conception, prestation et rentabilité

Les évaluateurs ont cherché à établir si les moyens mis en oeuvre pour atteindre les objectifs de l'initiative de développement d'une grappe technologique autour de l'Institut des sciences nutritionnelles et de la santé étaient les plus appropriés et les plus efficaces dans les circonstances.

Mise en oeuvre de l'initiative : L'ISNS-CNRC s'appuie sur la carte routière technologique établie en 2002 en collaboration avec les milieux bioscientifiques.

Efficacité de la gestion et des pratiques administratives : L'ISNS-CNRC a été créé en s'appuyant sur des méthodes de gestion et des pratiques administratives saines. L'ensemble de la collectivité a par ailleurs participé aux activités de planification. Un important effort de communication externe a été déployé et s'est poursuivi de manière constante en évitant toute redondance. Les communications internes entre l'ISNS‑CNRC et les autres instituts du CNRC pourraient être améliorées. L'ISNS-CNRC a utilisé ses ressources financières efficacement et a su mobiliser des fonds d'autres sources.

Responsabilités et obligations de rendre compte : Les responsabilités et les obligations de rendre compte sont bien comprises au sein de l'ISNS-CNRC et de l'IBM-CNRC. Toutes les personnes qui travaillent au sein de la grappe comprennent leur rôle.

Rôle des autres instituts et programmes du CNRC : Les chercheurs de l'ISNS-CNRC collaborent avec les autres instituts du CNRC selon les besoins. À ce jour, l'IBP-CNRC est l'institut avec lequel l'ISNS-CNRC collabore le plus étroitement. Il est possible que l'ISNS-CNRC collabore aussi à l'avenir avec l'Institut du biodiagnostic du CNRC, l'Institut de recherche en biotechnologie du CNRC et l'Institut des sciences biologiques du CNRC. Toutefois, comme l'initiative en est encore à ses premiers balbutiements, on n'a pas encore eu le temps d'explorer entièrement toutes les possibilités d'accord formel avec ces autres instituts.

Complémentarité des programmes : L'évaluation a permis de conclure que ISNS-CNRC a pris les mesures requises pour faire en sorte que son savoir-faire, son infrastructure et son équipement neuf viennent compléter ceux des autres intervenants de la région. Il a donc été établi que les activités de l'ISNS-CNRC sont complémentaires aux autres activités en cours dans la région.

Solutions de rechange : L'initiative de développement d'une grappe technologique autour de l'ISNS-CNRC s'appuie sur un « nouveau genre » d'arrangements qui favorisent une intensification de la collaboration et une utilisation plus efficace des ressources.

Recommandation 3 : L'ISNS-CNRC devrait maintenir le caractère inclusif de ses méthodes de planification, tant à l'interne qu'à l'externe. Une importance particulière devrait être accordée à la recherche de points communs avec le PARI-CNRC ainsi qu'à la recherche de possibilités de collaboration avec d'autres instituts du CNRC. Pour mieux consolider l'ensemble de la grappe dans le secteur des biosciences, l'ISNS-CNRC devrait continuer de se poser en champion de la participation des intervenants (de l'industrie, des gouvernements provinciaux, des ministères fédéraux, etc.) à l'ensemble des efforts de planification de la grappe.

Réponse de la direction et mesures proposées : L'ISNS-CNRC entend harmoniser sa stratégie de recherche et le plan d'activité de la grappe au plan d'activité global de l'IBM-CNRC (fin 2007). L'ISNS-CNRC entend faire preuve d'efficacité dans son travail et rechercher activement des occasions de collaborer avec les autres instituts du CNRC actifs dans le secteur des sciences de la vie ainsi qu'avec les instituts du CNRC du Canada atlantique actifs dans d'autres secteurs (ITI-CNRC) de manière à offrir un guichet unique de services dans la région et de mettre ainsi en valeur ses compétences de base. L'Institut y arrivera en organisant des rencontres entre les directeurs de recherche de la région (directeurs de recherche de l'ISNS-CNRC, de l'IBM-CNRC et de l'ITI-CNRC), en saisissant les occasions qui se présentent de collaborer avec des clients de la région et en intensifiant les interactions avec les autres instituts du CNRC actifs dans le secteur des sciences de la vie (IRB-CNRC, ISB-CNRC, IBD-CNRC). L'ISNS-CNRC s'assurera aussi d'établir des liens avec les grappes en émergence à l'extérieur du Canada dans le secteur des produits nutraceutiques et des produits naturels. Les efforts déployés en ce domaine ont récemment mené à la conclusion de protocoles d'entente avec des organisations de la Floride (composés bioactifs marins) et avec le campus de recherche de Caroline de Nord (produits nutraceutiques). Le développement de ces contacts sera favorisé. Les résultats seront mesurés en s'appuyant sur le CGRR renouvelé et sur le tableau de bord prospectif.

L'ISNS-CNRC collaborera étroitement avec le PARI-CNRC afin d'offrir des services intégrés et améliorés de marketing et de veille concurrentielle aux organisations locales et régionales du secteur des biosciences. Cette nouvelle unité (qui sera baptisée BioAccess Atlantic) reprendra le modèle d'une organisation analogue récemment créée à Saskatoon. En bref, elle offrira des services de commercialisation améliorés aux organisations locales et régionales appartenant à la grappe par l'entremise d'agents de développement des affaires (ISNS‑CNRC), des agents de communications (ISNS-CNRC), des conseillers en technologie industrielle (PARI-CNRC) et des services de veille concurrentielle (PARI-CNRC et ICIST-CNRC).

L'ISNS-CNRC réévaluera ses compétences de base au fil de l'expansion de la grappe des biosciences de l'Î.-P.-É. Il s'assurera ainsi que ses programmes demeurent pertinents pour les principales parties intéressées (industrie, université et gouvernement provincial). Une réévaluation des compétences sera effectuée en 2009 avant le renouvellement des crédits. L'ISNS-CNRC collaborera étroitement avec PEI BioAlliance à l'élaboration d'une stratégie à long terme pour la grappe de l'Île‑du‑Prince‑Édouard dans le secteur des bioproduits.

Recommandation 4 : L'ISNS-CNRC devrait poursuivre ses efforts de communications en s'efforçant plus particulièrement d'établir des liens avec des collaborateurs de l'extérieur de la région immédiate de l'Î.-P.-É.

Réponse de la direction et mesures proposées : L'ISNS-CNRC renouvellera son plan de communications en 2008 en mettant plus particulièrement l'accent sur les communications externes. L'ISNS-CNRC maintiendra sa dynamique méthode de communications au sein de la grappe de l'Î.-P.-É et misera sur les relations de travail étroites qu'elle entretient avec l'industrie, l'administration publique et les milieux universitaires. Une stratégie renouvelée de communications sera appliquée. Cette stratégie sera harmonisée aux activités de BioAccess Atlantic afin d'offrir des services améliorés à l'industrie. Les indicateurs de rendement des communications (internes et externes) décrits par le Secrétariat des grappes technologiques seront mesurés au cours des évaluations subséquentes de l'ISNS-CNRC qui viseront à obtenir le renouvellement du financement de la grappe (en 2009).

Leçons tirées et nouvelles pratiques

Les leçons tirées et les nouvelles pratiques mises en oeuvre constituaient le dernier sujet de l'évaluation. Les conclusions mettent en évidence les principales leçons tirées qui pourraient être appliquées ou adoptées dans le cadre d'autres initiatives lancées par le CNRC à l'appui de ses efforts de développement de grappes technologiques.

Leçons tirées :

  • Élaboration d'une carte routière technologique – L'exercice d'élaboration d'une carte routière technologique en guise d'entrée en matière à cette initiative a facilité l'adhésion de toutes les parties intéressées tôt dans le processus et a permis d'éviter que l'initiative ne s'éparpille dans toutes les directions.
  • Participation de la collectivité – Il était essentiel de s'assurer que les bonnes personnes participent au processus dès le départ et continuent d'y participer par la suite. La participation de la collectivité aux efforts initiaux est considérée comme un facteur qui a contribué à maintenir l'élan.
  • Répartition des crédits sur la période de cinq ans – Il était irréaliste de penser que des crédits substantiels seraient dépensés au cours des premières années, soit au moment où on s'efforçait de lancer cette initiative entièrement nouvelle et que par conséquent, il fallait se concentrer sur le recrutement. Il faut du temps avant qu'une initiative de ce genre atteigne sa vitesse de croisière et, comme l'effectif était minimal dans la première année, les charges salariales, les loyers et les frais d'acquisition de matériel ont été limités.

Pratiques nouvelles :

  • Concept de l'immeuble – Le choix de l'emplacement à proximité de l'UPEI et le « concept ouvert » de l'immeuble occupé par l'ISNS-CNRC sont deux éléments dont on estime qu'ils rehaussent la qualité de l'initiative. L'aménagement physique des laboratoires et l'intégration dans ces laboratoires des salles de réunion créent une ambiance chaleureuse qui favorise les interactions et la collaboration entre les différents locataires issus du secteur public, de l'université et de l'industrie.
  • Accord de coopérative de recherche et développement (CRADA) – La rédaction de ce document qui décrit les conditions de la collaboration entre l'ISNS-CNRC, AAC et l'UPEI avant même que les organisations n'aient commencé à travailler ensemble évitera les contestations dans l'avenir et permettra une collaboration plus efficace.
  • Utilisation de locaux temporaires – Comme il a fallu plusieurs années pour concevoir et construire les locaux actuellement occupés par l'ISNS-CNRC, les mesures prises afin de trouver des locaux temporaires pour l'Institut ont permis de lancer le programme de recherche avant l'achèvement des travaux de construction de l'installation.
Date de modification :