ARCHIVÉ - Évaluation des initiatives de grappes technologiques du Centre et de l'Ouest

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sommaire

En 2001, on a octroyé au CNRC des ressources visant un certain nombre de domaines émergents en recherche et en technologie qui ont été cernés par des partenaires locaux en consultation avec le CNRC. Six initiatives ont été financées dans le cadre des initiatives de grappes technologiques du Centre et de l'Ouest (ICO), chacune se concentrant sur une technologie en particulier. Elles comprennent :

  • le développement du Centre des technologies de l'aluminium (CTA-CNRC) pour soutenir une grappe technologique en transformation de l'aluminium dans la région du Saguenay (Québec);
  • l'établissement du Centre canadien de fabrication de dispositifs photoniques (CCFDP-CNRC) pour soutenir une grappe technologique en photonique dans la région d'Ottawa (Ontario);
  • la création du Centre de commercialisation des technologies biomédicales (CCTB-CNRC) pour soutenir les technologies biomédicales à Winnipeg (Manitoba);
  • le lancement du programme de recherche Agriculture au service de la santé humaine (ASSH) à l'Institut de biotechnologie des plantes (IBP-CNRC), à Saskatoon (Saskatchewan), pour soutenir une grappe technologique en aliments fonctionnels et nutraceutiques;
  • la création de l'Institut national de nanotechnologie (INN) à Edmonton (Alberta) pour soutenir le développement d'une grappe technologique en nanotechnologie;
  • la création de l'Institut d'innovation en piles à combustible (IIFC-CNRC) à Vancouver (Colombie-Britannique), pour soutenir une grappe technologique en piles à combustible et en hydrogène.

Des évaluations de ces initiatives ont été entreprises en 2005. La Direction de la planification et de la gestion du rendement (DPGR) de la Direction générale de la stratégie et du développement (DGSD) de Services intégrés du CNRC ont mené ces évaluations. Voici les principales raisons justifiant ces évaluations :

  • réunir de l'information sur les progrès accomplis à ce jour dans le cadre des initiatives, et notamment sur les leçons tirées et les nouvelles méthodes, afin d'appuyer l'orientation stratégique du CNRC à contribuer à la viabilité socio-économique des collectivités du Canada, par le biais de grappes technologiques;
  • créer une occasion pour communiquer avec des parties intéressées aux initiatives dans les collectivités;
  • fournir au CNRC de l'information sur le rendement à ce jour, qui servirait à faciliter la prise de décisions au sujet du renouvellement du financement des initiatives, celui-ci venant à échéance à la fin mars 2007, après une période initiale de cinq ans.

Des rapports d'évaluation individuels, contenant les constatations, les conclusions et des recommandations, ont été préparés pour chacune des initiatives et présentés au Comité de la haute direction du CNRC en juin 2006. Ce Rapport d'évaluation sommaire, en tant que document de suivi de ces rapports, a pour but de souligner les conclusions principales des évaluations des six initiatives et contient une série de recommandations se rapportant à l'ensemble des initiatives, ou aux questions touchant l'ensemble du CNRC concernant sa stratégie relative aux grappes technologiques. On peut consulter les rapports individuels sur les initiatives pour de plus amples détails sur les constatations et recommandations des évaluations individuelles.

Conclusion générale

Les initiatives de grappes technologiques du CNRC sont fondées sur le principe selon lequel il est important d'appuyer la prospérité économique des collectivités par l'innovation scientifique. Les évaluations ont conclu que les initiatives de grappes technologiques sont un moyen légitime d'atteindre ces objectifs, et que ces objectifs sont pertinents pour le gouvernement et le CNRC. Les initiatives de développement de grappes technologiques ont augmenté la disponibilité des infrastructures de recherche-développement (R-D) et d'innovation, ainsi que l'accès à ces infrastructures. Elles ont également offert de nouvelles occasions pour rehausser le rôle du CNRC et du Canada dans le développement de nouvelles technologies.

Malgré les délais dans la construction des nouvelles installations requises, les initiatives de développement de grappes technologiques devront avoir un impact au niveau régional dans les années à venir. Cependant, l'élaboration de plans en fonction desquels on peut juger les progrès réalisés pourrait être améliorée de façon générale. Les initiatives ont mobilisé d'autres ressources, à part celles du CNRC, et ont permis d'augmenter les collaborations entre les intervenants dans la région. Ils ont permis au CNRC d'étudier de nouvelles façons rentables d'exécuter des initiatives de R-D et d'innovation, au moyen du partage des lieux avec les universités, des projets conjoints, de la coordination des programmes de recherche, des achats d'infrastructures, et des nominations croisées de personnel très compétent.

D'après les évaluations, la croissance de grappes technologiques dynamiques ne dépendra pas d'une seule organisation. La création de grappes technologiques est un processus de collaboration et d'itérations exigeant l'engagement de tous les intervenants. La difficulté est d'articuler ce que l'on peut raisonnablement s'attendre des instituts et programmes du CNRC, et de se concentrer sur ces objectifs. Les intervenants doivent également collaborer avec les membres d'autres grappes pour faire avancer les grappes technologiques de façon plus élargie. Les initiatives de création de grappes technologiques sont complexes et présentent de nombreuses facettes. Le CNRC doit donc soutenir ses instituts et programmes pour assurer leur réussite.

Sommaire des constatations et recommandations – Pertinence

La mise sur pied des initiatives de grappes technologiques du Centre et de l'Ouest du CNRC était compatible avec les priorités du gouvernement fédéral et du CNRC définies en 2002. Dans le Discours du Trône de 2002, on mentionnait que le gouvernement du Canada tenterait d'atteindre certains buts liés à l'économie du savoir, dont la majorité sont pertinents pour les initiatives de grappes technologiques du CNRC. Le gouvernement du Canada avait d'ailleurs élaboré une Stratégie d'innovation afin d'accroître l'innovation, et d'améliorer les compétences et l'apprentissage, en février 2002, selon laquelle on prévoyait la participation du gouvernement, du milieu universitaire et du secteur privé. Le but principal de cette stratégie était d'utiliser les forces existantes du Canada en recherche, en technologie et en innovation pour faire progresser le Canada au premier rang des pays les plus innovateurs au monde.

En ce qui concerne les priorités du CNRC, un des cinq piliers stratégiques de son ancienne Vision 2006 se rapporte au développement de grappes technologiques : « Le CNRC contribuera au développement de nouvelles grappes d'innovation viables et concurrentielles dans au moins dix collectivités canadiennes. » Les initiatives sont toujours compatibles avec les priorités du gouvernement fédéral et du CNRC. Les priorités majeures du gouvernement actuel sont exposées dans une déclaration de politique publiée en mars 2005. Ce document reconnaît l'importance de la science et des technologies pour l'accroissement de la compétitivité, et que les politiques de développement régional forment une partie importante d'une stratégie complète visant à aider les régions du Canada à profiter des occasions offertes par la nouvelle économie mondiale. D'après ce document, les initiatives de développement de grappes technologiques du CNRC semblent être compatibles avec les priorités fédérales actuelles.

Le document décrivant la Stratégie de renouvellement du CNRC, intitulé Une stratégie pour le Canada : La science à l'oeuvre pour le Canada, publié vers le début de 2006, souligne un des trois buts du CNRC : « Contribuer à la compétitivité de l'industrie canadienne dans des secteurs clés et à la viabilité économique des collectivités ». Selon ce but, les initiatives de développement de grappes technologiques sont un moyen efficace d'obtenir les résultats voulus.

Rôle légitime du gouvernement :Selon les constatations de l'évaluation, le CNRC peut jouer un rôle légitime dans le développement de grappes technologiques. Il existe beaucoup de documentation attestant au rôle légitime du gouvernement, et des organismes de recherche en particulier, dans l'accroissement de l'innovation et la formation et le développement de grappes. Les personnes interviewées pendant toutes les évaluations ont d'ailleurs noté en particulier la capacité du gouvernement à satisfaire aux besoins en R-D stratégique au moyen d'exercices de prévision, de programmes de R-D stratégique et en offrant du leadership pour l'établissement de réseaux régionaux et nationaux, la coordination, et le développement d'une infrastructure et d'initiatives de soutien.

Finalement, les initiatives de développement de grappes technologiques ont permis un meilleur accès à l'infrastructure nationale de R-D et d'innovation du Canada et ont offert des occasions pour le CNRC et le Canada de jouer un rôle de premier rang dans les nouvelles technologies.

Compatibilité avec d'autres priorités et besoins : Les initiatives de grappes technologiques du Centre et de l'Ouest du CNRC sont compatibles avec les priorités provinciales et locales, ainsi que d'autres priorités, et avec les buts généraux des organismes de développement régional. Dans certains cas, les cartes routières technologiques et les plans de développement de grappes technologiques ont été élaborés par des groupes d'intervenants, comprenant généralement des organismes de développement économique industriel locaux et régionaux, et des gouvernements provinciaux et municipaux; et on a conclu que les activités du CNRC étaient compatibles avec le contenu de ces documents.

Sommaire des constatations et recommandations – Résultats et premières incidences

Accès aux installations de recherche : L'accès aux installations de recherche, incluant les nouveaux laboratoires et le matériel perfectionné disponibles au personnel très compétent et aux entreprises faisant partie des grappes technologiques, a augmenté d'au moins 18 000 m2. Les installations de recherche additionnelles comprennent : la construction du Centre des technologies de l'aluminium de 3000 m2 sur le campus de l'Université du Québec à Chicoutimi; la construction d'un édifice de 15 000 m2 sur le campus de l'Université de l'Alberta, à Edmonton, pour loger l'Institut national de nanotechnologie; l'ajout d'approximativement 1 million de dollars en matériel spécialisé pour soutenir le programme de recherche Agriculture au service de la santé humaine, mis sur pied à l'IBP-CNRC à Saskatoon; et l'achat d'approximativement 5 millions de dollars de matériel neuf pour la recherche en piles à combustible et les essais à l'Institut d'innovation en piles à combustible, à Vancouver. Ces installations sont utilisées par le personnel du CNRC, les étudiants d'université, et les entreprises pour acquérir de nouvelles connaissances et augmenter leur compétitivité. Des 108 millions de dollars investis dans ces installations, un peu plus de 80 % des fonds versés pour soutenir les nouvelles capacités en recherche provenaient d'intervenants dans les régions. L'investissement d'un tel montant démontre le degré d'acceptation de la stratégie d'établissement de grappes technologiques du CNRC par les intervenants.

Ces installations sont déjà utilisées par les membres des grappes technologiques, et des liens à la collectivité de la recherche et au secteur privé sont visibles. Par exemple : l'utilisation de nouvelles technologies de soudage par des entreprises dans la région du Saguenay; l'utilisation d'un système d'analyse de métabolites végétaux pour soutenir le programme de recherche ASSH; l'utilisation des services de fonderie de catégorie commerciale du CCFDP-CNRC par des entreprises au Canada, dans les États-Unis et ailleurs, ainsi que par des universités canadiennes; et l'accès à des postes d'essai des piles à combustible à membrane échangeuse de protons et à oxydes solides, offrant au personnel et aux clients de l'IIPC-CNRC la capacité d'analyser les piles à combustible.

Attraction et perfectionnement de personnel hautement spécialisé : Le nombre d'employés hautement spécialisés dans les régions visées par les initiatives a augmenté, spécialement en raison de l'embauchage de nouveaux employés par le CNRC, mais aussi en raison du transfert de connaissances (p. ex., la formation d'étudiants). En bref, dans cinq des six initiatives, on a embauché du personnel hautement spécialisé durant les cinq premières années, contribuant ainsi à l'augmentation des capacités. On a cependant identifié certains obstacles au perfectionnement du personnel hautement spécialisé, incluant la difficulté de trouver et d'attirer des personnes ayant des compétences spécialisées en recherche; la difficulté d'attirer des personnes aux villes et régions éloignées, et les salaires qui ne sont pas suffisamment concurrentiels avec ceux du secteur privé ou des universités. En outre, l'évaluation a révélé qu'il y avait eu un manque de clarté concernant les objectifs et stratégies de dotation des postes au début de l'initiative. Ces facteurs ont contribué à un léger retard dans la dotation des postes.

Au chapitre des tendances de l'embauche, on a examiné lors de l'évaluation si le CNRC avait embauché des employés permanents ou des personnes nommées pour une période déterminée. On a posé cette question parce que le financement n'était offert que pour une période de cinq ans. L'évaluation a révélé que pour attirer ou retenir les meilleurs employés hautement spécialisés, on avait offert des postes permanents à la plupart des nouveaux employés du CNRC, ou convertit leur poste en emploi permanent plus tard afin de diminuer le risque de les perdre. La seule exception était le programme ASSH, pour lequel on a offert un poste de durée déterminée à presque la totalité des nouveaux employés.

Accès aux ressources technologiques et aux ressources de soutien à l'industrie du CNRC : Dans cette série d'initiatives de développement de grappes technologiques du CNRC, par comparaison aux Initiatives de l'Atlantique du CNRC qui avaient débuté un an plus tôt, le PARI-CNRC n'a pas reçu de fonds destinés aux activités de développement de grappes technologiques. Le PARI-CNRC a cependant reçu 5 millions de dollars en fonds de commercialisation en 2004-2005, qu'il a utilisé en grande partie pour soutenir le développement de grappes technologiques. Étant donné cet investissement, l'évaluation a révélé que, dans tous les cas, les initiatives ont des relations avec le PARI-CNRC qui soutiennent des éléments de développement de grappes technologiques. La nature et la portée des relations varient en fonction des initiatives. Par exemple, dans certains cas, les conseillers en technologie industrielle du PARI-CNRC on joué un rôle dans le développement de relations avec les firmes et les intervenants principaux de la collectivité avant de lancer l'initiative. Ces relations ont joué un rôle clé dans la réalisation de l'initiative en question. De plus, les contributions du PARI-CNRC aux firmes et organisations ont permis l'utilisation de nouvelles technologies par le secteur privé et une augmentation de l'établissement de réseaux et du transfert de connaissances parmi les intervenants des grappes technologiques(par les contributions aux organisations).

Bien que l'information sur les contributions du PARI-CNRC ait été disponible dans certaines circonstances, dans la plupart des cas il était difficile d'identifier les firmes avec lesquelles il avait travaillé, parce que traditionnellement, le PARI-CNRC n'a pas fait le suivi de ses contributions dans certains domaines technologiques (p. ex., la nanotechnologie, les aliments fonctionnels et les nutraceutiques). Le PARI-CNRC a donné peu d'exemples pour les autres domaines technologiques, peut-être parce que les ressources n'étaient pas consacrées au PARI-CNRC originellement pour soutenir les entreprises faisant partie de grappes technologiques.

Recommandation 1 : On devrait envisager la possibilité de donner du financement pour des grappes technologiques au PARI-CNRC pour soutenir les impacts sur les régions en collaboration avec les instituts du CNRC.

Recommandation 2 : Le PARI-CNRC devrait tenir compte de ses contributions au développement de grappes technologiques pour rendre compte de son utilisation de ressources et des résultats. Cela devrait comprendre le suivi des services consultatifs et des contributions aux firmes et organisations, par grappe.

En ce qui concerne l'accès à l'ICIST-CNRC, cette activité n'a pas reçu de fonds exclusifs et les évaluations n'ont pas cherché à mesurer son rendement. Néanmoins, nous avons décelé des liens aux initiatives de développement de grappes technologiques. Ces initiatives ont nécessité l'établissement de seulement un nouveau Centre d'information du CNRC, pour le CTA-CNRC dans la région du Saguenay. En raison d'une entente avec l'IMI-CNRC, 4 % du budget opérationnel annuel du CTA-CNRC est alloué à l'ICIST-CNRC pour exploiter un CIC sur les lieux. Les CIC existants ont fourni les services pour toutes les autres initiatives.

L'ICIST-CNRC a généralement fait des efforts pour répondre aux nouveaux domaines technologiques en modifiant et en bâtissant de nouvelles collections de documents. Cependant, c'était difficile pour certain CIC d'ajouter des documents appropriés à l'appui des thèmes de recherche clés en raison du manque de financement consacré à cette fin.

Un des mécanismes utilisés pour soutenir la fourniture d'information pour le développement de grappes technologiques est l'information sur les technologies concurrentielles (ITC), un service fourni par l'ICIST-CNRC au PARI-CNRC dans le cadre des services qu'il offre à ses clients.

Recommandation 3 : Examiner les besoins en renseignements des chercheurs du CNRC et des autres membres de la grappe afin de déterminer si des ressources appropriées sont disponibles de l'ICIST-CNRC et de ses CIC.

Niveau d'activité de recherche : Pour quatre des six initiatives (CTA-CNRC, ASHH, INN et IIPC-CNRC) la recherche fait partie des activités du programme. Le CCTB-CNRC a été créé pour soutenir les firmes et les lier, s'il y a lieu, à l'IBD-CNRC, mais pas pour faire des recherches. Le CCFDP-CNRC appui les activités de recherche de ses clients, mais ne fait pas de recherches pour lui-même. Ces initiatives n'ont toutefois pas le potentiel de contribuer aux activités de recherche dans la grappe en appuyant les clients ou en aidant les firmes à croître.

Il était difficile pour l'évaluation d'établir le niveau d'activités de recherche parce qu'on n'avait pas établi au départ des plans clairs pour les programmes et activités de recherche. L'évaluation a déterminé que les initiatives avaient employé différents mécanismes pour identifier les priorités en matière de recherche et choisir les projets de recherche. Une de ces approches est l'établissement de cartes routières technologiques, qui a joué un rôle clé pour déterminer l'orientation de certaines initiatives. L'établissement de cartes routières technologiques est à la base de l'établissement des priorités du CTA-CNRC et de l'ASSH. Les programmes de recherche de l'INN sont en voie de développement, et les résultats des évaluations laissent supposer qu'il a fallu plus de temps que prévu pour faire les activités de recherche en raison des limites imposées par les installations dans lesquelles les employés temporaires de l'INN étaient logés jusqu'en juin 2006. Pour sa part, l'ébauche du plan d'activités de l'IIPC-CNRC indiquait que l'Institut concentrerait ses recherches sur la prochaine génération de piles à combustible à membrane échangeuse de protons (PEM) et à oxyde solide (SOFC). Ces directives ont été établies par suite de consultations avec des entreprises locales et des réseaux nationaux.

Trois des quatre initiatives axées sur la recherche ont conclu des protocoles d'accord de R-D. Les quatre ont maintenant conclu des ententes de recherche collaborative. Les initiatives ont réussi à conclure des ententes avec différents intervenants, incluant des protocoles d'entente avec des universités (p. ex., l'Université de la Saskatchewan, l'Université du Québec à Chicoutimi, l'University of Western Ontario, l'Université Simon Fraser, l'Université de la Colombie-Britannique, l'Université de Victoria, l'Université de l'Alberta), des gouvernements provinciaux (p. ex., la Colombie-Britannique, le Saskatchewan Agriculture Development Fund), différents instituts de recherche (p. ex., l'Institut d'énergie appliquée), des services publics (p. ex., BC Hydro), ainsi que des petites et grandes entreprises (Alcan, Ballard Power Systems, Hewlett Packard, Nissan, Valent Biosciences, REMAC Innovateur Industriel).

Établissement de réseaux de grappestechnologiques : Le CNRC a généralement réussi à renforcer l'établissement de réseaux de grappes technologiques. En particulier, l'IIPC-CNRC a joué un rôle clé en rassemblant les entreprises dans un « espace neutre » et agit maintenant comme catalyseur pour la collaboration des entreprises sur des problèmes techniques communs. Dans la région du Saguenay, le CTA-CNRC est considéré comme un participant critique pour l'établissement de réseaux de grappes technologiques, en conjonction avec les associations industrielles TransAL et l'Aluminum Valley Society, et DEC. À Winnipeg, les intervenants se sont engagés à renforcer les sciences de la vie sur le plan régional, et considèrent que la haute direction de l'IBD-CNRC joue un rôle critique comme champion des grappes technologiques. Cependant, dans les grappes technologiques naissantes comme celles des aliments fonctionnels et nutraceutiques à Saskatoon et de la nanotechnologie à Edmonton, les intervenants aimeraient qu'il y ait plus de diffusion de renseignements. On a trouvé qu'à Edmonton, l'INN n'avait pas la capacité d'établir des réseaux de grappes technologiques pendant qu'il a mis sur pied le partenariat, et, à Saskatoon, l'accent sur la recherche signifiait que la diffusion de renseignements était limitée. Dans les grappes technologiques développées comme celles de la photonique à Ottawa et des piles à combustible et de l'hydrogène à Vancouver, les efforts faits par le CNRC au chapitre des grappes technologiques ont dépassé le niveau des grappes locales pour développer des liens nationaux et internationaux.

Recommandation 4 : Assurer des activités d'établissement de réseaux et de diffusion de renseignements adéquates au moyen d'initiatives de développement de grappes technologiques du CNRC dans les grappes naissantes.

Développement industriel : Les initiatives du CNRC n'ont pas eu le temps d'avoir des répercussions importantes sur l'industrie comme les entreprises dérivées, les nouveaux produits et les nouvelles entreprises parce que ces initiatives ne sont qu'à leur quatrième année, dont plusieurs visent la construction de nouvelles installations de recherche ou de développement industriel ainsi que l'établissement de nouveaux programmes de recherche, et la plupart sont dans de nouvelles domaines technologiques. Les initiatives de développement de grappes technologiques commencent néanmoins à contribuer au développement industriel et il semble qu'elles y contribueront davantage à moyen terme.

On a découvert que la création d'une infrastructure spécialisée (p. ex., les laboratoires sécuritaires pour l'hydrogène à l'IIPC-CNRC, de l'espace pour une installation de partenariat industriel à l'IIPC-CNRC, de l'équipement au CCFDP-CNRC, à l'IIPC-CNRC et au CTA-CNRC) est un facteur critique pour le développement industriel, la résolution de problèmes techniques et la facilitation du développement de produits.

Certaines personnes interviewées dans l'ensemble des initiatives ont indiqué que les politiques sur la propriété intellectuelle sont un facteur critique du potentiel du transfert de technologies des laboratoires publics à l'industrie, mais la plupart voient la politique sur la propriété intellectuelle du CNRC comme un moyen de dissuasion de l'adoption des technologiques ou applications du CNRC. Les entreprises reconnaissent et appuient le principe selon lequel la Couronne pourrait bénéficier de l'exploitation de la R-D subventionnée publiquement. Ils ont cependant trouvé que la politique du CNRC manquait de souplesse pour atteindre ce but, en raison de facteurs comme la disposition selon laquelle la Couronne doit toujours être le propriétaire de la propriété intellectuelle, que les paiements pour les licences semblent manquer de souplesse, et qu'il est parfois difficile d'obtenir une licence exclusive. Cependant, l'équipe d'étude a trouvé que tous n'avaient pas le même degré de compréhension de la politique sur la propriété intellectuelle du CNRC parmi les instituts et les intervenants des initiatives de développement de grappes technologiques. Certains ne semblent pas être conscients qu'on peut permettre une certaine souplesse dans les structures de paiements pour l'octroi de licences, tandis que d'autres interprètent la politique de manière trop large.

Les évaluations des initiatives de développement de grappes technologiques, et, en particulier, les études sur les grappes entreprises de pair avec les évaluations, ont souligné la conclusion que la réussite de l'établissement de réseaux parmi les grappes technologiques et du développement industriel ne dépendra pas seulement du CNRC. Le CNRC est un des joueurs dans ces systèmes d'innovation régionaux, dans lesquels d'autres entités, comme les fournisseurs de capital, les autres niveaux de gouvernement, les fournisseurs de services et les organisations de développement industriel, jouent également un rôle critique pour le soutien du développement des industries de grappes technologiques. La réussite ultime du développement de grappes dépend sur les activités coordonnées de tous les joueurs.

Recommandation 5 : Le CNRC devrait examiner la façon dont sa politique sur la propriété intellectuelle est appliquée dans l'ensemble des initiatives afin d'assurer que la politique est bien comprise et appliquée de façon constante. De plus, le CNRC devrait envisager la possibilité d'examiner sa politique sur la propriété intellectuelle afin d'analyser ses effets sur l'innovation.

Recommandation 6 : En tant que catalyseur pour le développement de grappes technologiques, le CNRC devrait continuer à encourager la participation des autres intervenants clés (p. ex., l'industrie, les gouvernements provinciaux et municipaux, les associations industrielles, et les autres ministères du gouvernement fédéral, etc.) envers la réussite de la grappe.

Autres résultats ou impacts à court terme : Quelques autres impacts à court terme clés ont été soulignés, notamment :

  • Une augmentation de l'activité horizontale dans l'ensemble du CNRC, spécialement entre les instituts et programmes du CNRC, mais aussi à travers les instituts du CNRC – Les initiatives de développement de grappes technologiques du CNRC ont facilité les activités coordonnées entre les instituts et programmes du CNRC, comme le PARI-CNRC, l'ICIST-CNRC, le Programme des piles à combustible du CNRC et le programme de nanotechnologie prévu, et d'autres instituts.
  • L'ajout d'installations à l'Institut de la technologie de l'information du CNRC à Ottawa – L'ajout d'installations à l'Institut de la technologie de l'information du CNRC (ITI-CNRC), à Ottawa, qui a eu lieu quand l'Institut s'est rendu compte de la possibilité de s'associer avec l'ISM-CNRC et d'ajouter de l'espace très recherché en construisant un troisième étage au CCFDP-CNRC. Les coûts additionnels pour faire cette construction, plutôt que de construire une nouvelle aile ou un nouvel édifice pour l'ITI-CNRC, étaient minimes (approximativement 1,5 million de dollars). À l'origine, on avait évalué les coûts de construction d'espace additionnel pour l'ITI-CNRC à environ 7 millions à 8 millions de dollars. Le CNRC a donc réalisé des économies importantes en ajoutant un troisième étage à l'édifice planifié plutôt que de construire de nouvelles installations pour l'ITI-CNRC.
  • La construction de nouvelles installations pour l'Institut d'innovation en piles à combustible, à Vancouver – La construction d'un nouvel édifice pour l'IIPC-CNRC ne faisait pas partie des plans d'origine de l'initiative. Cependant, en raison du changement de point focal du Centre aux piles à combustible et à l'hydrogène, l'IIPC-CNRC a commencé à stocker et à utiliser de l'hydrogène et d'autres gaz sur les lieux. L'Université de la Colombie-Britannique a par la suite demandé au CNRC de déménager à un autre endroit sur le campus qui ne dérangerait pas les plans d'aménagement résidentiel de l'université. Par conséquent, l'institut est déménagé dans de nouvelles installations en juin 2006.

Facteurs favorables et défavorables : Les facteurs suivants favorisent l'atteinte des objectifs de l'initiative :

  • Degré d'engagement et de participation des intervenants à la notion du développement de grappes technologiques Les évaluations ont révélé qu'un des facteurs clés de la réussite des initiatives de grappes technologiques du CNRC est la participation des intervenants des grappes et leur engagement envers la croissance de la grappe.
  • Disponibilité de personnel hautement spécialisé local – Dans la grappe de photonique d'Ottawa en particulier, un des facteurs contribuant à la réussite de l'initiative de grappes technologiques du CNRC était le nombre de travailleurs hautement spécialisés disponibles dans la région. Le marché évolutif de la technologie a permis au CCFDP-CNRC d'embaucher des travailleurs hautement spécialisés mis à pied par d'importantes entreprises de la région.

Les facteurs suivants peuvent empêcher la réussite des initiatives de développement de grappes technologiques.

  • Le manque de capital – Lors des entrevues, et dans un sondage mené dans le cadre des études sur les grappes, les intervenants et les entreprises considèrent de façon générale que le plus grand facteur gênant la croissance des entreprises de grappes techologiques était le manque de capital. Sans le capital nécessaire pour assurer la croissance des entreprises, la probabilité que des entrepreneurs lancent de nouvelles entreprises ou créent des entreprises dérivées, où qu'elles survivent, est potentiellement peu élevée.
  • Capacité de réception des entreprises – La capacité de réception est un autre problème important dans un certain nombre de grappes technologiques – celles de la nanotechnologie à Edmonton, de l'aluminium dans la région du Saguenay, des aliments fonctionnels et nutraceutiques à Saskatoon, et des appareils médicaux à Winnipeg. Dans chacune des grappes technologiques, la capacité limitée des entreprises à recevoir et à transformer les nouvelles technologies en produits augmente le risque que le transfert technologique, l'innovation et la croissance de grappes technologiques se fassent plus lentement que l'on avait prévu à l'origine.

Un certain nombre de problèmes opérationnels ont empêché la réussite des grappes technologiques : Dans le cas de l'INN, l'initiative conjointe de l'Université et de la province de l'Alberta ainsi que le CNRC , a réuni deux cultures très différentes, et l'évaluation a révélé que cette situation gênait la mise en oeuvre de l'initiative. Dans le cas de l'IIPC-CNRC, les tentatives de satisfaire à des besoins variés et changeants en R-D ont donné la perception que l'institut était incapable de se concentrer sur ses objectifs et qu'il essayait d'en faire trop. Finalement, dans le cas du CCTB-CNRC, la dépendance sur un organisme sans but lucratif pour exécuter les programmes et gérer efficacement l'installation de partenariat industriel pourrait augmenter le profil de risque du CNRC parce qu'il dépend d'une tierce partie pour atteindre les résultats voulus.

Sommaire des constatations et recommandations – conception, exécution et rentabilité

Mise en oeuvre des initiatives :En général, les initiatives comportaient un plan (comme un plan stratégique) dans lequel on définissait les objectifs de l'initiative. Cependant, elles ne comportaient pas de plan opérationnel contenant les attentes à l'égard des délais de mise en oeuvre, les installations prévues, la dotation en personnel et l'établissement de programmes pour l'initiative. Par conséquent, de façon générale l'équipe d'évaluation a eu beaucoup de difficulté à déterminer si les initiatives avaient été mises en oeuvre et conçues tel que prévu, si les fonds avaient été dépensés selon les plans initiaux, et si elles avaient été mises sur pied dans un délai raisonnable.

Recommandation 7 : Élaborer des plans de projet ou des plans opérationnels pour les initiatives de développement de grappes technologiques du CNRC dans lesquels on définit les attentes à l'égard des délais d'exécution de la construction, de l'embauchage, etc. Les plans devraient être mis à jour de façon continuelle en fonction de l'évolution des conditions (c'est-à-dire la modification des plans des édifices, l'obtention de nouvelles ressources, le changement dans les dates d'ouverture, la révision des attentes face à la dotation d'emplois, etc.)

Un certain nombre d'initiatives ont été retardées en raison du retard dans la construction résultant d'un manque de main-d'oeuvre, des conditions météorologiques et de changements dans les plans de l'initiative en raison de changements dans les conditions de la grappe. C'est ce qui s'est produit dans le cas de l'INN, du CCFDP-CNRC et du CCTB-CNRC.

Efficacité des pratiques de gestion : L'évaluation a révélé qu'on avait mis en place une certaine forme de structure de gouvernance dans les quatre premières années pour le CTA-CNRC, l'ASSH, le CCFDP-CNRC, l'IIPC-CNRC et l'INN. De plus, certaines initiatives comme celles du CTA-CNRC, du CCFDP-CNRC et de l'IIPC-CNRC ont bénéficié des premières structures de surveillance qui ont facilité la planification et les premières phases de l'élaboration de stratégies. Ces structures avaient principalement pris la forme d'un conseil consultatif offrant des conseils stratégiques sur les questions des programmes se rapportant à l'initiative, ou, dans le cas de l'INN, d'un conseil d'administration. Dans le cas des initiatives qui sont des sous-programmes d'instituts, comme l'ASSH, le CCFDP-CNRC et le CTA-CNRC, on a établi une forme de comité directeur, de comité de planification ou de comité consultatif exclusif. Cependant, même si l'accord entre le CCTB-CNRC et Biomedical Commercialization Canada pour le développement et l'exploitation du CCTB-CNRC exigeait la formation d'un comité mixte, l'évaluation n'a révélé aucune preuve de réunions formelles.

Bien que ces mécanismes de gouvernance soient en place pour les initiatives de grappes technologiques, les résultats des évaluations laissent supposer que leur efficacité varie en fonction de différents facteurs comme la clarté du but, la capacité à offrir des conseils clairs concernant l'orientation des programmes et les activités de recherche, la composition des conseils (c'est-à-dire la proportion et le type de participation du secteur privé) et leur degré d'utilisation.

Recommandation 8 : Familiariser les conseils consultatifs des instituts du CNRC avec les stratégies des grappes technologiques du CNRC et le rôle de leur institut à l'égard du soutien de la stratégie. Assurer la participation des représentants de l'industrie locale dans les conseils consultatifs pertinents des instituts.

Gestion du rendement : L'évaluation a révélé que quand un CGRR avait été établi dès le départ (c'est-à-dire le CTA-CNRC), quand des plans d'activités et des plans stratégiques avaient été élaborés (c'est-à-dire l'IIPC-CNRC) et quand il y avait un engagement et un intérêt pour le contrôle du rendement, les renseignements étaient disponibles pour faire l'évaluation et les résultats avaient tendance à être positifs. On a trouvé qu'il était plus difficile de définir le programme d'activité et de mesurer les résultats pertinents à court terme et les répercussions prévues à long terme quand les CGRR étaient élaborés plus tard ou quand peu d'efforts avaient été faits pour surveiller le rendement.

Recommandation 9:

  1. Les gestionnaires responsables des initiatives de développement de grappes devraient mettre à jour leurs CGRR existants pendant la première année du financement renouvelé. Les CGRR devraient clairement appuyer les comptes rendus annuels du rendement et comporter des indicateurs solides des impacts à moyen et à long terme.
  2. Le secrétariat de la grappe, avec la participation de la GRP, devrait encourager le développement d'un système commun de mesure et de comptes rendus du rendement.
  3. Ròle des instituts, programmes et directions du CNRC : Les évaluations ont révélé des niveaux mixtes de participation aux initiatives par les autres parties du CNRC. De façon générale, l'ICIST-CNRC, et en particulier le PARI-CNRC, ont joué un rôle important dans les initiatives de grappes technologiques. La participation des autres instituts de recherche était généralement limitée, mais les examens de la documentation de l'évaluation ont révélé qu'on avait mis relativement peu d'accent sur la collaboration au CNRC par l'entremise des initiatives de grappes technologiques. Cette conclusion n'était pas imprévue. La coordination était généralement bonne quand d'autres instituts participaient aux initiatives (p. ex., entre l'IIPC-CNRC et d'autres instituts participant au programme des piles à combustible, et entre l'IBP-CNRC et l'INS-CNRC pour l'initiative des AFN). La direction de l'INN a été reconnue en particulier pour avoir consulté d'autres instituts participant à la recherche en nanotechnologie, afin d'assurer la complémentarité des programmes de recherche.

    Initiatives conjointes : De façon générale, les initiatives de développement de grappes technologiques du CNRC ont mené à un nombre considérable d'initiatives conjointes avec d'autres intervenants des grappes technologiques. Les évaluations individuelles des initiatives del'ICO ont révélé une variabilité considérable à l'égard des initiatives conjointes et de la participation d'autres intervenants. À l'ASHH, aucune collaboration prévue ou actuelle n'a eu lieu. À l'IIPC-CNRC, au CTA-CNRC et à l'INN, un certain nombre d'ententes de collaboration ont émergé avec différents types d'organismes, ministères ou organisations. Les ententes conjointes avec les genres d'organisations suivantes étaient les plus communes :

    • Organismes fédéraux de développement régional – Contributions aux infrastructures et au matériel spécialisé.
    • Industries et associations industrielles – Collaboration pour de l'équipement spécialisé et des projets de démonstration, ainsi que des initiatives de développement de grappes technologiques.
    • Autres ministères du gouvernement fédéral et autres niveaux de gouvernement – Contributions aux infrastructures et au matériel spécialisé et projets de démonstration.
    • Établissements d'enseignement postsecondaire – Nominations mixtes, détachements et partage de bureaux.

    La coordination et l'orientation entre les intervenants et les initiatives de grappes technologiques sont généralement très bonnes, mais elles doivent être entretenues constamment et de manière proactive.

    Complémentarité des programmes : Les évaluations ont révélé des preuves claires que les initiatives de grappes technologiques du CNRC ont favorisé l'orientation et la complémentarité des programmes, en particulier les décisions concernant les nouveaux investissements en matériel de recherche, en infrastructures et en personnel hautement spécialisé. L'INN, l'IIPC-CNRC et le CTA-CNRC ont tous des investissements coordonnés dans des infrastructures et du matériel avec des universités et des organismes de développement régional. L'ASSH a orienté ses recherches avec la plupart des programmes de recherche majeurs sur les aliments fonctionnels et nutraceutiques dans l'ensemble du pays. Le CCTB-CNRC est l'une des trois installations d'incubation établies récemment dans la région, elle est différente de celle de l'université locale en n'exigeant pas une affiliation du CNRC aux entreprises, et de l'incubateur privé en n'exigeant pas un investissement en capital dans les entreprises.

    Leçons tirées et nouvelles méthodes : Le dernier sujet examiné lors des évaluations est celui des leçons tirées et des nouvelles méthodes. Les suivantes se démarquent des autres :

    Prévoir des retards lors de l'établissement de nouvelles infrastructures – Les résultats des évaluations laissent supposer que les projets de construction des initiatives du CNRC étaient bien gérés par la direction et le personnel clé des projets; cependant, des facteurs externes comme les changements dans les conditions des grappes technologiques, la disponibilité de la main-d'oeuvre et les conditions météorologiques ont eu des répercussions sur la date d'achèvement des projets, et, par conséquent, la capacité des initiatives à commencer leurs activités prévues.

    Soutenir la nouvelle direction supérieure du CNRC – Les évaluations ont révélé que la mise en oeuvre avait tendance à mieux se dérouler quand les instituts et la direction existants appuyaient le développement des initiatives de grappes technologiques. Les directeurs généraux, équipes de direction et employés nouvellement arrivés au CNRC ou situés à l'extérieur des locaux centraux à Ottawa avaient de la difficulté à se familiariser avec les systèmes et méthodes du CNRC.

    Les initiatives de développement de grappes technologiques offrent de nouvelles façons efficaces de réaliserr la stratégie et la vision du CNRC – Les initiatives de grappes technologiques ont offert des occasions pour essayer de nouvelles méthodes d'exécution des initiatives de R-D et d'innovation dans une région, par le partage des bureaux avec les universités, les initiatives mixtes avec les universités, la coordination de programmes de recherche et les achats d'infrastructures. Elles offrent un moyen de réduire le dédoublement et d'augmenter la coopération avec les autres intervenants. Il est cependant essentiel que les initiatives de grappes technologiques du CNRC bâtissent sur les forces et stratégies qui sont appuyées au niveau local et provincial.

    Gérer le risque en suscitant la confiance et en établissant des ressources documentaires appropriées – l'utilisation d'arrangements de financement et d'exécution innovateurs augmente le risque pour le CNRC, mais si ce risque est identifié et examiné dès le début, les arrangements peuvent être efficaces. Par exemple, l'INN a connu un bon succès jusqu'à présent, malgré des délais, en raison des relations, de la confiance et de l'engagement de toutes les parties, et parce que la relation était exprimée au moyen d'une série d'ententes formelles successives.

    En tant que participant aux systèmes d'innovations dynamiques, le CNRC ne peut avoir une influence que sur quelques aspects du développement de grappes technologiques – Les entrevues, les études de grappes technologiques, la littérature et les examens de documentation entrepris à l'appui des évaluations ont montré que le CNRC ne peut pas avoir une influence directe sur toutes les conditions au sein d'une grappe, et, par conséquent, il sera incapable d'avoir une influence sur tous les aspects du rendement d'une grappe. Cela a des implications sur la portée des plans et objectifs du CNRC relatifs aux grappes technologiques, et sur la nature des répercussions prévues. Le succès ou l'échec d'une grappe ne dépend donc pas entièrement du CNRC.

    Le rôle du CNRC dans le développement de grappes technologiques a varié en fonction de la grappe – Dans certains cas, les instituts du CNRC ont fait preuve de leadership en réunissant les intervenants des grappes technologiques au moyen de tables rondes, d'exercices d'établissement de cartes routières technologiques, de réunions régulières, etc. Dans d'autres cas, le CNRC s'est fait le champion de la grappe sans nécessairement en être le meneur. Dans les autres, le CNRC n'a pas fait beaucoup pour susciter l'engagement des intervenants.

    Ces constatations illustrent le besoin de partager de l'information parmi les instituts et programmes du CNRC concernant les attentes du CNRC à l'égard des initiatives de grappes technologiques, afin de partager les expériences en développement de grappes technologiques – les meilleures pratiques et les leçons tirées, et pour aider la direction de l'initiative à atteindre ses objectifs. L'utilisation du Secrétariat des grappes technologiques du CNRC offre l'occasion de faciliter l'échange d'information et d'aider les instituts et programmes de l'initiative à partager de l'information et à définir et mettre en oeuvre leurs initiatives de grappes, et de soutenir la planification stratégique au niveau des grappes avec les autres intervenants.

    Recommandation 10 : Les plans et mesures du rendement des initiatives de grappes technologiques du CNRC devraient articuler clairement les impacts réalistes que le CNRC peut avoir, et comment le CNRC travaillera avec les autres intervenants au niveau plus large des grappes technologiques, afin de réussir.

    Recommandation 11 : Le Secrétariat des grappes technologiques du CNRC devrait continuer à aider les instituts des grappes technologiques à partager de l'information et les meilleures pratiques, au niveau de la planification et de la mise en oeuvre continue, et à appuyer la planification stratégique au niveau des grappes technologiques.

    Date de modification :