Rapport annuel du CNRC 2017-2018

Rapport annuel 2017-2018 (PDF, 5,2 Mo)

L'innovation est le processus qui consiste à concrétiser de nouvelles idées.

Elle commence peut-être par l'inspiration, mais il faut beaucoup plus pour croiser le fil d'arrivée, soit l'expérience, l'expertise et les capacités techniques avancées.

C'est ce que nous offrons au Conseil national de recherches du Canada. Nous fournissons, en collaboration avec nos partenaires, une plateforme nationale pour l'innovation. Nous faisons de la recherche, nous soutenons les PME pour les aider à prendre de l'expansion et à être concurrentielles. Nous mettons les innovateurs canadiens en contact avec des capacités de R‑D de pointe et favorisons également les partenariats et la collaboration intersectoriels ici au pays.

De toutes ces façons, nous promouvons de nouvelles initiatives audacieuses qui font progresser les connaissances scientifiques et générons de nouvelles technologies qui profitent au Canada et qui sont d'une grande utilité partout dans le monde.

Message du président

Iain Stewart

À l'automne 2016, nous avons entrepris au Conseil national de recherches du Canada (CNRC) une initiative pluriannuelle de renouvellement, qui a commencé par la mise en place d'un processus de consultation élargi baptisé Dialogue CNRC. Il a été gratifiant au cours du dernier exercice de voir cette initiative se transformer en plans et en actions concrètes, ainsi que de recevoir du gouvernement du Canada la confirmation de notre nouvelle orientation avec un engagement à l'égard du CNRC de 1,24 milliard de dollars sur cinq ans, dans le budget de 2018.

Des progrès ont été réalisés tout au long de l'exercice 2017‑2018 dans la réalisation de la première vague de mesures découlant de Dialogue et certains résultats importants ont été atteints. Nous avons commencé à regrouper nos 37 programmes de recherche en 26 programmes plus ciblés, qui auront de plus amples répercussions sur l'ensemble de nos activités. Nous terminons actuellement l'élaboration d'une stratégie visant à aider les entreprises novatrices à accéder aux marchés internationaux pour appuyer leur croissance et nous embauchons davantage d'étudiants postdoctoraux de haut calibre pour asseoir notre propre réussite à long terme. Les visions que nous nourrissons pour l'avenir de nos centres de recherche et du Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI) mettent encore davantage l'accent sur l'excellence en recherche. Et nous planifions l'amélioration de nos installations en vue d'en assurer de façon continue la qualité et la pertinence, ainsi que leur capacité à répondre à nos priorités.

La nouvelle orientation établie pour le CNRC au cours du processus Dialogue a été clairement articulée au début de 2017 dans une mission renouvelée, des valeurs redéfinies et une nouvelle vision, soit de contribuer à bâtir un Canada et un monde meilleurs par l'excellence en recherche et en innovation.

Je crois que la clé de cette excellence repose sur la réalisation de projets collaboratifs avec des entreprises de toutes tailles, des universités, des collèges et des gouvernements provinciaux d'ici et d'ailleurs. Au nombre de ces collaborations, notons notre participation à l'Initiative des supergrappes d'innovation du gouvernement du Canada, notre volonté à mettre sur pied des programmes de R‑D qui soutiendront les cinq propositions de supergrappes retenues, notre appui au lancement, par un regroupement d'universités, d'un radiotélescope unique en Colombie-Britannique et notre partenariat avec l'Agence de la santé publique du Canada pour la mise au point d'un vaccin contre une maladie infantile courante dans le Nord canadien, sans compter les conseils et l'aide financière que nous fournissons aux PME du Canada.

Ces initiatives soulignent notre rôle en tant que plateforme nationale d'innovation pour l'ensemble du Canada.

Nous avons réalisé d'immenses progrès et beaucoup d'autres résultats demeurent à venir. Les activités de Dialogue CNRC réalisées en 2017‑2018 ne constituaient que la première des trois vagues de mesures prévues. Nous poursuivons nos efforts, et ce, avec une confiance renouvelée grâce au financement stable qui nous a été alloué par le gouvernement dans le budget de 2018, qui nous permettra en outre de réaliser notre plein potentiel pour soutenir des priorités telles que celles inscrites au Plan pour l'innovation et les compétences.

Ceux et celles qui ont contribué à notre succès durant le dernier exercice sont malheureusement trop nombreux pour les nommer tous. Je tiens cependant à remercier personnellement le président sortant de notre Conseil, Tom Jenkins, et le président de notre comité consultatif ministériel, Richard Dicerni, pour leur leadership, leur orientation, leurs conseils et leur soutien.

J'aimerais aussi remercier Carolyn Cross, Stephen Mooney, Karimah Es Sabar et Raymond Leduc, qui ont terminé durant le dernier exercice leur mandat à titre de membres du Conseil.

Finalement, je ne peux terminer ce message sans remercier tous les gens du CNRC : le personnel, les scientifiques, les ingénieurs et les conseillers en technologie industrielle qui se sont investis sans relâche dans ce renouvellement et qui, par leurs actions, font du CNRC un collaborateur tout choisi pour nos partenaires.

Le président,
Iain Stewart

Le CNRC en bref 2017‑2018

Lancées en mars 2018, notre vision, notre mission et nos valeurs mises à jour ont été élaborées en consultation avec les employés du CNRC :

  • 22 séances de discussion ouverte
  • 1 200 participants
  • 640 réponses au sondage en ligne

Notre vision

Un Canada et un monde meilleurs grâce à l'excellence en recherche et en innovation.

Notre mission

Apporter une contribution tangible en générant de nouvelles connaissances, en exploitant des technologies de pointe et en travaillant avec d'autres acteurs de l'innovation pour trouver des solutions créatives, pertinentes et durables aux enjeux socioéconomiques et environnementaux actuels et futurs du Canada.

Nos valeurs

Intégrité - Agir en tout temps de manière éthique, honnête et objective; faire preuve d'impartialité et de transparence auprès de nos collègues, de nos collaborateurs, de nos clients, des autres intervenants et de la population canadienne; et assurer une saine intendance de nos ressources.

Excellence - Viser l'excellence dans tout ce que nous faisons : en recherche scientifique et en innovation, dans nos collaborations, dans l'exécution de nos programmes, dans le soutien que nous accordons aux entreprises, et dans la prestation de nos services centraux.

Respect - Valoriser et respecter le savoir, les compétences et la diversité de nos collègues ainsi que notre lieu de travail, nos collaborateurs, nos intervenants et nos clients, de manière à générer des retombées pour le Canada et le monde entier.

Créativité - Exploiter pleinement notre imagination et nourrir notre passion pour l'excellence, l'exploration scientifique, les technologies et l'innovation afin de générer de nouvelles connaissances, de nouvelles technologies, de nouvelles façons de faire et de nouvelles collaborations, pour un CNRC et un monde meilleurs.

PARI et les installations de recherche

  • 173 immeubles sur 22 sites
  • 564 000 m2 d'installations du CNRC d'un bout à l'autre du pays
  • 3 700 scientifiques, ingénieurs, techniciens et autres spécialistes, y compris 255 conseillers en technologie industrielle
  • 1 020 000 000 $ en dépenses annuelles, y compris 192 300 000 $ en financement pour les PME

Domaines de recherche

  • Technologies émergentes
    • Électronique et photonique avancées
    • Astronomie et astrophysique
    • Technologies numériques
    • Métrologie
    • Technologies de sécurité et de rupture
    • Nanotechnologie
  • Génie
    • Construction
    • Énergie, mines et environnement
    • Génie océanique, côtier et fluvial
  • Sciences de la vie
    • Développement de cultures et des ressources aquatiques
    • Thérapeutique en santé humaine
    • Dispositifs médicaux
  • Transports et Fabrication
    • Aérospatiale
    • Automobile et transports de surface

Partenariats

Nos partenaires l'an dernier :

  • 288 PME (financement et conseils)
  • 1 000 entreprises (contributions à la R‑D)
  • 152 hôpitaux
  • 72 universités et collèges
  • 34 ministères et organismes fédéraux
  • 39 gouvernements provinciaux et municipaux
  • 36 pays

Une source d'excellence scientifique

Une réputation internationale en science

En 2017‑2018, les chercheurs du CNRC ont publié 940 fois dans d'influents périodiques à comité de lecture comme Nature Communications, Nature Physics, Nature Astronomy et Advanced Materials.

Chaque année, la Royal Society of London remet à seulement trois scientifiques une médaille royale (la Royal Medal), un prix qui, depuis 1826, reconnaît « les plus grandes contributions au développement des connaissances dans le domaine des sciences naturelles ». L'un de ces trois scientifiques choisis en 2017, Paul Corkum (Ph. D.), du CNRC, a été honoré pour ses indéniables contributions à la physique du laser et son role de pionnier dans le domaine de la science de l'attoseconde.

Une attoseconde est pour une seconde conventionnelle ce que cette seconde représente dans l'âge de l'univers. Elle mesure la vitesse à laquelle les électrons naviguent dans des dimensions subatomiques et moléculaires, un monde exploré par Paul Corkum et l'équipe de physique quantique dans les laboratoires au laser ultrarapide d'Ottawa du CNRC. S'appuyant sur la plateforme du CNRC, Paul Corkum est l'un des rares scientifiques canadiens ayant reçu la Royal Medal et il ajoute ainsi son nom à une liste de médaillés qui inclut des génies scientifiques tels que Charles Darwin et Michael Faraday.

« Je crois que cette médaille est attribuée à un sujet, et non à une personne », explique Paul Corkum. « Quand elle a été attribuée à Darwin, c'est en fait sa vision de l'évolution par sélection naturelle qui l'a gagnée. Cette médaille souligne l'importance grandissante de prendre des mesures très rapides et d'examiner la réaction des matériaux à une lumière intense. Il s'agit d'un effort collectif, et je suis celui qui a été choisi pour le personnifier. »

Cet effort collectif est mené au Laboratoire mixte pour la science de l'attoseconde (JASLab), administré conjointement par le CNRC et l'Université d'Ottawa. Ce laboratoire héberge certaines des technologies laser les plus avancées au monde, utilisées par les chercheurs pour créer des impulsions lumineuses qui peuvent mesurer les processus les plus rapides se produisant dans les atomes et les molécules. Il attire au Canada les meilleurs scientifiques internationaux dans le domaine de la physique du laser, désireux de travailler avec le « père » de la science de l'attoseconde et d'établir les fondements d'une nouvelle théorie en physique. À titre d'exemple, l'équipe du JASLab cherche actuellement à déterminer si une lumière très intense peut contrôler le mouvement des électrons, découverte qui aurait d'incroyables répercussions dans les domaines de l'informatique, du génie et de la médecine.

Ce partenariat avec l'Université d'Ottawa donne aux jeunes chercheurs et aux étudiants postdoctoraux l'exceptionnelle possibilité de recevoir une formation dans un laboratoire de photonique de calibre mondial, participant simultanément à bâtir les capacités de recherche futures du Canada. Ce partenariat a en outre été enrichi en 2014 avec l'ouverture du Complexe de recherche avancée de l'Université d'Ottawa (conception à laquelle le CNRC a participé), créant dans la région de la capitale nationale encore plus de possibilités de collaboration entre le CNRC et le milieu universitaire dans le domaine de la photonique quantique.

« Le Canada peut difficilement soutenir la concurrence avec les grands laboratoires des États-Unis ou de l'Allemagne quand il est question de financement », indique Paul Corkum. « Par l'établissement de ces laboratoires conjoints, le CNRC ne garde pas seulement le Canada dans la course, mais maintient aussi son rôle de premier plan dans ce nouveau champ scientifique. Pour moi, c'est le parfait exemple du CNRC en tant que plateforme. »

NRC specialists

Spécialistes du CNRC ayant contribué au projet du kilogramme. De gauche à droite : Richard Green, Carlos Sanchez et Barry Wood.

Des calculs de grande précision pour une mesure plus précise du kilogramme

En octobre 2017, le Conseil international pour la science proposait une nouvelle définition plus précise du kilogramme, à laquelle des scientifiques du CNRC ont contribué par l'établissement d'une valeur clé pour le calcul de cette « nouvelle » mesure. La nouvelle définition, qui sera adoptée lors de la Conférence générale des poids et mesures de 2018, s'inscrit dans un effort international visant à ce que toutes les mesures du Système international d'unités s'appuient sur des lois fondamentales de la nature plutôt que sur des artefacts physiques imprécis.

Les spécialistes de l'équipe de Métrologie du CNRC ont fourni une valeur de constante de Planck (mesure de l'action utilisée en mécanique quantique pour déterminer la masse) d'un degré d'incertitude inférieur à tout ce qui n'avait jamais été atteint auparavant, soit de 9,1 parties par milliard. Ce qui équivaut, en matière de précision, à compter les cheveux de 1 100 personnes à un cheveu près. Pour arriver à ce degré de précision, l'équipe a dû prendre en compte de minuscules effets imperceptibles pouvant modifier le réglage de sa balance de Kibble (qui mesure le poids à l'aide de la force électromagnétique), y compris des changements gravitationnels attribuables à la lune et aux volumes d'eau souterraine issue de la fonte des neiges.

Analyse comparative entre les sexes plus

Au CNRC, nous travaillons actuellement à adopter officiellement notre cadre d'analyse comparative entre les sexes Plus (ACS+) ainsi que nos mécanismes de responsabilisation et de production de rapports, ce qui comprend entre autres :

  • l'établissement d'un centre de responsabilité pour l'ACS+ à la Division des politiques et de la gouvernance du CNRC;
  • la prestation de conseils à nos vice-présidents, qui seront responsables de l'inclusion et de la mise en œuvre des engagements en matière d'ACS+ dans les programmes du CNRC comme élément du processus de planification opérationnelle en 2018-2019;
  • la mise en place d'un mécanisme de suivi et de production de rapports pour les engagements en matière d'ACS+ et leur mise en œuvre par les programmes du CNRC.

Là où les innovateurs canadiens accèdent aux technologies et à des installations de pointe

Le CNRC, avec ses laboratoires et installations d'essais spécialisés répartis dans l'ensemble du pays, offre aux entreprises et aux établissements universitaires un accès à une infrastructure de recherche unique et à des capacités techniques inégalées. Cet accès contribue à réduire les risques associés à la recherche et crée des possibilités de R‑D tous azimuts pour concrétiser d'incroyables idées d'ici.

Des installations complètes d'innovation en photonique

Le Centre canadien de fabrication de dispositifs photoniques (CCFDP) d'Ottawa, l'une des plus grandes installations au monde consacrées à l'ingénierie, au prototypage et à la production à l'échelle pilote de dispositifs photoniques, de puces et de circuits intégrés pour les réseaux avancés de télécommunications optiques, accélère la commercialisation par des entreprises canadiennes de nouveaux produits et solutions, et ce, à moindre coût et avec des risques réduits.

Le CCFDP conçoit, met à l'essai et fabrique des puces hautement spécialisées ne pouvant faire l'objet d'aucune rétroconception, des capacités qui ont valu au CNRC le prix 2017 de fournisseur de l'année de MACOM, leader mondial des technologies des semi-conducteurs. Depuis 2005, le CCFDP a créé plus de 170 emplois de grande valeur et contribué par millions au produit intérieur brut du Canada en aidant les entreprises à concevoir de meilleurs dispositifs photoniques et à les fabriquer de façon rentable.

Une technologie pour résoudre les mystères de l'univers

Certains de nos partenariats sont très spécialisés, tels que le nouveau radiotélescope CHIME (pour Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment) installé près de Penticton, en Colombie-Britannique, en collaboration avec l'Université de la Colombie-Britannique, l'Université McGill et l'Université de Toronto.

Composé de quatre réflecteurs cylindriques et d'un corrélateur puissant, CHIME est l'un des plus grands instruments de recherche astronomique au monde. Avec sa nouvelle conception caractérisée par l'absence de pièces mobiles, il ne ressemble à aucun autre radiotélescope et son fonctionnement est unique.

En 2017, les chercheurs ont commencé à utiliser CHIME pour recenser la plus grande partie de l'univers jamais mesurée, cartographiant de faibles signaux radiocosmiques afin de mieux comprendre l'expansion de l'univers. La plateforme utilisée pour cette collaboration est l'Observatoire fédéral de radioastrophysique du CNRC qui, en raison de son emplacement dans une zone à l'abri des ondes radio parasites et donc libre d'interférences causées par les radiofréquences ou la pollution électromagnétique, procure aux chercheurs un outil qui leur permet d'acquérir de nouvelles informations sur la nature de l'énergie sombre et des ondes gravitationnelles, ainsi que de mettre à l'essai de nouvelle façon la théorie de la relativité d'Einstein.

Une plateforme de capacités techniques

Établissement des fondements de la collaboration

En 2017, nous avons mis la dernière main à une série d'accords avec plusieurs universités en vue de créer des centres de collaboration spécialisés axés sur des thèmes de recherche d'intérêt commun. Ces collaborations faciliteront l'établissement d'un programme de recherche commun par le CNRC et ses partenaires universitaires, menant à de nouvelles découvertes, à de nouveaux brevets et à la commercialisation de nouveaux produits.

De l'aide financière et des conseils pour bâtir la capacité d'innovation des entreprises du Canada

De gauche à droite : Jerome Kashetsky, CTI du PARI CNRC et Eugene Suyu, PDG de Tinkerine Studios.

Le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC) facilite l'accès des PME aux technologies et aux compétences dont elles ont besoin pour bâtir leur capacité d'innovation et accélérer leur croissance. Établi il y a plus de 70 ans, le PARI CNRC est l'un des plus anciens programmes de soutien à l'innovation du gouvernement fédéral. Il fournit chaque année de l'aide financière ou des services-conseils à plus de 8 280 PME.

Aider les petites entreprises à saisir leur chance

En 2017‑2018, le PARI CNRC a fourni un total de 192,3 millions de dollars de financement pour soutenir plus de 2 000 PME de l'ensemble du Canada. Ces fonds ont contribué en partie à la création de plus de 6 500 emplois dans le cadre de projets débutés au cours du dernier exercice, dont 2 140 emplois pour des jeunes répondant à notre engagement à l'égard de la Stratégie emploi jeunesse du gouvernement fédéral.

En vue d'encourager encore plus d'entreprises à profiter des installations et de l'équipement du CNRC, le PARI CNRC a lancé un programme pilote dans le cadre duquel il assume 75 pour cent des frais d'utilisation des laboratoires du CNRC par des PME à potentiel élevé. Un total de cinq millions de dollars de réduction a ainsi été accordé à plus de 87 entreprises. La rétroaction a été très positive et le programme se poursuivra en 2018.

Sur la somme allouée au CNRC dans le budget de 2018, un montant de 12,4 millions de dollars vise à réduire les frais d'accès pour les PME, les universités et les collèges – une étape importante pour renforcer les capacités d'innovation du Canada.

Orienter les entrepreneurs dans le processus d'innovation

Certains entrepreneurs ont besoin d'un soutien additionnel en supplément de l'aide financière reçue. Nous sommes fiers d'offrir des services expérimentés d'orientation et de mentorat pour aider ces entrepreneurs à faire passer leurs innovations au prochain échelon. Les 255 conseillers en technologie industrielle (CTI) du PARI CNRC offrent aux PME des conseils d'affaires et techniques spécialisés, les aident à effectuer des recherches dans la documentation existante ou les brevets et les mettent en contact avec d'autres programmes et services d'innovation canadiens. En 2017‑2018, les CTI ont fourni des services-conseils à 19 000 entreprises.

Le PARI CNRC a aussi mis son expertise à la disposition de l'Initiative des supergrappes d'innovation du gouvernement fédéral, laquelle rassemble des entreprises, des universités et des établissements de recherche en vue de proposer des stratégies d'innovation et de création d'emplois. Cette participation du PARI CNRC a entre autres pris la forme d'un soutien technique à Innovation, Sciences et Développement économique Canada pour l'examen et la sélection des propositions de projet et la définition des objectifs stratégiques des supergrappes.

Une plateforme de financement et de services consultatifs

Utiliser la chaîne de blocs pour un gouvernement plus ouvert

En janvier 2018, le PARI CNRC a lancé le premier essai en direct jamais réalisé par le gouvernement d'une technologie de chaîne de blocs, soit un grand livre public numérique sécurisé et inaltérable. Dans le cadre du Programme d'innovation Construire au Canada, le PARI CNRC utilise un logiciel de chaîne de blocs fabriqué au Canada pour publier en temps réel des données sur ses accords de contribution avec des PME, explorant simultanément le potentiel de la chaîne de blocs pour l'administration ouverte et transparente des marchés gouvernementaux.

Fournir du mentorat à une entreprise immobilière de haute technologie

Le PARI CNRC contribue au développement de certaines des entreprises numériques les plus innovatrices du Canada. En 2015, des CTI ont fourni du mentorat à l'entrepreneure Lauren Haw pour l'acquisition d'un service immobilier de Toronto appelé Zoocasa. Le PARI CNRC lui a de plus accordé une aide financière pour aider son entreprise à acheter la meilleure technologie possible pour soutenir ses outils en ligne. Zoocasa a grandi, passant d'une équipe de cinq à un effectif de plus de 50 employés, et planifie investir dans d'autres grands marchés canadiens.

Mettre les entreprises en contact avec les services qui les aident à prendre leur essor

Le PARI CNRC continue à travailler en partenariat avec plus d'une douzaine de ministères pour la mise en œuvre de divers programmes d'innovation. Il est l'un des dix organismes qui participent au Service de croissance accélérée, lequel dirige les entreprises vers les services et le soutien gouvernementaux dont elles ont besoin pour croître et étendre leurs marchés. Le PARI CNRC exécute aussi conjointement avec Affaires mondiales Canada le programme CanExport, qui facilite pour les PME la gestion de leurs coûts de développement des exportations, tels les frais de déplacement ou d'étude de marché.

Combler le fossé entre le laboratoire et le marché

Nous donnons aux organisations le moyen de transformer leurs idées novatrices en solutions réelles et en produits concrets, au profit de la population canadienne et du monde entier. Grâce à des activités de recherche concertée et à des démonstrations en situation réelle, les projets génèrent plus rapidement des données et des résultats. Ce mouvement convergent donne à son tour de la crédibilité, ainsi que de meilleures chances d'attirer des investisseurs qui aideront ces entreprises à prendre non seulement leur essor, mais aussi de l'expansion.

Du projet pilote au lancement de la première bioraffinerie algale commerciale au monde

En décembre 2017, Stelco Steel signait un accord pour l'implantation d'une innovation mise au point par Pond Technologies, soit un procédé d'absorption d'émissions de dioxyde de carbone industrielles par des algues qui peuvent ensuite être transformées en produits biologiques de grande valeur, comme des aliments pour animaux, des biocarburants ou des engrais. Ce premier accord en a rapidement entraîné un second dans le cadre duquel Markham District Energy utilisera la technologie de Pond pour la mise en œuvre à l'intention de son marché international de divers projets axés sur le client.

L'efficacité de la solution de Pond a été démontrée dans le cadre d'un projet pilote de deux ans mené en collaboration avec la cimenterie St Marys, dans le sud-ouest de l'Ontario. Les ingénieurs de l'entreprise et les chercheurs du CNRC ont travaillé de concert pour mettre cette technologie de conversion du carbone à l'essai à l'échelle industrielle. Maintenant une solution commerciale – et première de ce type – la techno­logie de bioraffinerie algale de Pond pourrait révolutionner la gestion des émissions industrielles de gaz à effet de serre.

Des partenariats pour sauver des vies dans le Nord canadien

Nos chercheurs travaillent à donner aux résidents du Nord canadien l'accès à une innovation vitale pour lutter contre l'Haemophilus influenzae A (Hia), infection bactérienne qui peut causer la méningite ou d'autres affections mortelles, en particulier chez les enfants.

Bien que l'Hia se répande dans le Nord, le marché demeure trop restreint pour les sociétés pharmaceutiques. Par conséquent, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) nous a demandé d'établir avec elle un partenariat en vue de trouver une solution.

Ensemble, nous avons mis au point un procédé qui permet de stimuler la croissance de la bactérie Hia, d'isoler la portion requise pour le vaccin et de l'attacher à une protéine porteuse afin que le vaccin soit reconnaissable par le système immunitaire. En 2017, notre vaccin a été octroyé sous licence à InventVacc Biologicals de Vancouver pour la production et les essais cliniques, étape clé pour protéger les enfants vulnérables du Nord canadien et d'ailleurs dans le monde.

Une plateforme pour la mise en marché des découvertes canadiennes

Une percée dans le domaine des bioplastiques

En vue de régler le problème environnemental croissant associé aux déchets plastiques, Bosk Bioproducts travaille à créer un plastique biologique décomposable produit par la fermentation des déchets de l'industrie des pâtes et papiers. Aux prises avec les modernisations technologiques nécessaires, l'entreprise s'est tournée vers notre équipe des bioproduits de polymère. En nous appuyant sur notre expérience d'une décennie avec les bioplastiques, nous avons au cours des deux dernières années aidé Bosk à mettre au point la formulation de plusieurs produits de plastique écoefficaces que l'entreprise prévoit de commercialiser sous forme de produits d'emballage, de contenants et de filaments pour l'impression 3D.

Appel public pour des traitements novateurs contre le cancer

Grâce à notre aide financière et à notre soutien, Zymeworks, entreprise de Vancouver, est devenu un leader mondial dans la mise au point de thérapeutiques à base d'anticorps et de protéines pour le traitement du cancer et d'autres maladies. Outre le fait que son effectif soit passé de sept en 2009 à 175 en 2018, Zymeworks a l'an dernier ouvert son propre laboratoire de pointe, recueilli 58,5 millions de dollars dans le cadre de son premier appel public à l'épargne (PAPE) et signé un contrat de licence avec Johnson & Johnson.

Un pont à la recherche internationale

Les partenariats internationaux accélèrent le rythme de l'innovation. En travaillant étroitement avec des organisations homologues du monde entier, nous relions les capacités de R‑D canadiennes et internationales en vue de non seulement relever des défis scientifiques mondiaux, mais aussi donner aux entreprises canadiennes innovantes un accès à des marchés étrangers ainsi qu'à des possibilités cruciales pour leur croissance au-delà de nos frontières.

L'établissement de partenariats clés avec l'Allemagne et le Royaume‑Uni

L'Allemagne est considérée comme l'un des pays les plus novateurs au monde, ce qui fait de ce pays un partenaire prio-ritaire pour notre stratégie internationale. En janvier 2018, nous avons respectivement signé un protocole d'entente (PE) avec le Centre aérospatial allemand (DLR) et l'Alliance bavaroise pour la recherche – des accords qui renforceront la collaboration scientifique entre le Canada et l'Allemagne.

Nous avons aussi lancé un appel de propositions dans le cadre du nouveau programme 2+2, administré conjointement par le PARI CNRC, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie et le ministère fédéral de l'Enseignement et de la Recherche de l'Allemagne (par l'intermédiaire de l'Agence de gestion de projets DLR). Ce programme est axé sur la mise au point de technologies pour l'industrie 4.0 et le « 2+2 » réfère à la composition des consortiums de projet, qui doivent inclure au moins une PME et un établissement universitaire ou de recherche du Canada et de l'Allemagne. Les projets financés dans le cadre de ce programme doivent offrir un solide potentiel de marché aux deux pays et recourir à la robotique, l'infonuagique, l'intelligence artificielle ou d'autres technologies pour transformer radicalement les procédés de fabrication.

Nous avons en outre joué un rôle clé dans la signature d'un PE entre le Canada et le Royaume-Uni sur la science, la technologie et l'innovation, aidant Affaires mondiales Canada et Innovation, Sciences et Développement économique Canada à préparer le terrain de négociation et à négocier l'accord. Signé en septembre 2017, le PE définit plusieurs priorités alignées sur les investissements du CNRC, dont la fabrication de pointe, les technologies agricoles, les technologies propres et les technologies quantiques.

De l'équipe GOCF, de gauche à droite : David Murrin, Ph. D., Jungyong (John) Wang, Ph. D., et Dr. Jim Millan, Ph. D.

Une collaboration transfrontalière pour la construction d'un brise-glace plus performant — Concevoir des navires capables de se frayer un chemin à travers des ondins glaciels pouvant atteindre jusqu'à 20 mètres de profondeur requiert des compétences et de l'expertise.

Depuis avril 2017, des chercheurs des États-Unis et du CNRC travaillent ensemble à notre installation de bassin à glace de St. John's pour construire des maquettes de bateaux et les mettre à l'essai dans une vaste gamme de conditions de glace afin d'évaluer leurs capacités de propulsion, leur résistance à la glace et leur manœuvrabilité. Les résultats de ces recherches permettront à la garde côtière américaine d'établir les exigences de base d'un nouveau brise-glace. Ces travaux ont en outre donné à une nouvelle génération de chercheurs une expérience pratique de la modélisation de navires en mesure de créer des voies navigables sécuritaires pour approvisionner les collectivités du Nord ou étudier les changements climatiques.

Une plateforme de connexions internationales

Ouvrir les portes aux marchés étrangers

Le Bureau national canadien du réseau EUREKA fournit un premier point de contact aux innovateurs canadiens qui désirent accéder à des chaînes de valeur mondiales ou à des marchés étrangers par l'intermédiaire de collaborations transnationales avec l'un (ou plusieurs) des quelque 40 pays membres d'EUREKA. En 2017‑2018, un total de 28 innovateurs canadiens (principalement des PME) ont lancé de nouveaux projets EUREKA avec 42 partenaires étrangers, d'une valeur totale de 28,94 millions €. Le PARI CNRC a fourni du soutien à 43 PME canadiennes participant à des projets EUREKA nouveaux ou en cours.

Là où les partenaires de l'innovation collaborent pour relever de nouveaux défis

La collaboration est essentielle à la réalisation de travaux de recherche de pointe dont les résultats toucheront de multiples secteurs. Nous collaborons chaque année avec des milliers d'organisations privées et publiques, offrant aux universités, à l'industrie et à tous les ordres de gouvernement une plateforme unique pour nous réunir et bâtir l'innovation en nous appuyant sur nos expertises respectives. Nous tirons ainsi parti de nos capacités respectives et nous nous complétons mutuellement.

Contribuer aux percées d'un consortium de R‑D industriel

Le CNRC coordonne les activités de plusieurs groupes de R‑D industriels qui réunissent des intervenants du secteur privé, du gouvernement et du milieu universitaire en vue de s'attaquer à des défis communs.

L'an dernier, ALTec — qui compte parmi ses plus de 20 membres et partenaires Rio Tinto, Cosma International, Ford, Bombardier, Ressources naturelles Canada et le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec — a réalisé des progrès importants dans le domaine de l'estampage à chaud de l'aluminium, un procédé qui permet de fabriquer les prototypes de pièces automobiles et de les valider plus rapidement et à moindre coût. ALTec a aussi mis au point un outil infonuagique qui permettra à ses membres de vérifier la résistance à la corrosion d'assemblages de véhicules qui contiennent des alliages d'aluminium de haute résistance et de voir comment pourrait être améliorée l'intégrité structurale des véhicules afin d'accroître leur résistance au difficile climat canadien.

En collaboration avec le Centre technologique en aérospatiale et huit partenaires industriels, le groupe eSTAMPage Composites a été lancé en juillet 2017. Ce groupe travaille à la mise au point et à la démonstration d'un procédé d'estampage à l'aide de composites thermoplastiques de haute résistance, une solution rentable pour l'allégement des véhicules qui permettrait de réduire la durée du cycle de production et de produire en série des pièces de structure en composite.

Jouer un rôle de premier plan en électronique imprimable

L'électronique imprimable permet d'imprimer de manière rapide et abordable des circuits électriques sur des imprimantes ordinaires, des imprimantes à jet d'encre ou des machines à sérigraphie, et le CNRC fait œuvre de pionnier dans ce domaine émergent. Durant le dernier exercice, nos chercheurs ont travaillé en collaboration avec l'entreprise GGI Solutions de Montréal pour mettre au point une encre conductrice hautement performante pour l'électronique imprimable. En 2017, GGI Solutions a octroyé la licence de ce produit au plus important fabricant mondial d'encre moléculaire, Sun Chemical, pour qu'il produise cette encre, laquelle sera utilisée dans les minces éléments conducteurs requis pour les antennes, les affichages et les composants photovoltaïques imprimés.

La réussite de ce projet mené en collaboration avec GGI Solutions prend sa source dans la création du Consortium de l'électronique imprimable, établi en 2013 afin d'assurer le rôle clé du Canada dans ce secteur. Il réunit l'expertise en R‑D des secteurs public et privé afin d'aider les entreprises canadiennes à accéder plus rapidement aux marchés et aux possibilités de licence.

Une plateforme de collaboration intersectorielle

La génomique sous le microscope

Le CNRC est l'un des huit organismes fédéraux qui participent à l'Initiative de recherche et développement en génomique (IRDG), laquelle soutient la collaboration avec des universités et le secteur privé pour la réalisation de recherche en génomique (étude des séquences d'ADN) dans les secteurs de l'agriculture, de la santé et d'autres domaines qui apporteront des bénéfices à la population canadienne. En 2017, nous avons contribué à la mise au point d'un outil analytique permettant de prédire les phénotypes de résistance aux antimicrobiens, outil qui améliorera de façon notable la capacité des décideurs à évaluer les risques de propagation des gènes résistants aux antibiotiques. L'équipe de l'IRDG a également réalisé divers travaux en vue de normaliser la surveillance et l'analyse de la qualité des sols et de l'eau douce afin de faciliter une gestion environnementale et des décisions relatives à la mise en valeur des ressources fondées sur des faits probants.

L'intelligence artificielle (IA) au service de l'analyse des tendances en santé publique

Nous poursuivons notre travail pour la revitalisation du Réseau Mondial d'Intelligence Santé Publique, outil utilisé par l'Organisation mondiale de la Santé pour analyser les sources médiatiques mondiales et en tirer des informations sur les crises de santé publique. À l'aide de techniques avancées d'intelligence artificielle et de traitement du langage, il devient possible de suivre les changements et les moments décisifs des évènements en cours, telles les épidémies de maladie infectieuse.

La préservation des langues autochtones à l'aide de la technologie

En étroite collaboration avec des organisations communautaires autochtones, nous mettons au point des technologies de reconnaissance de la parole et du texte pour faciliter la revitalisation et la préservation des langues autochtones du Canada. Les outils créés par nos spécialistes en linguistique informatique et en génie logiciel appuieront les enseignants et les étudiants de langues autochtones, ainsi que les traducteurs, transcripteurs et autres professionnels de langues autochtones.

Renforcer notre engagement auprès du milieu universitaire

Stagiaires de recherche postdoctorale, de gauche à droite : Frank Billy Djupkep Dizou, Jeongwan Jin, Sharif Sadaf, Darin Bleomberg et Jalal Norooz Oliaee.

Nos relations et notre engagement avec les universités sont essentiels pour bâtir et renforcer les capacités de recherche actuelles et futures du Canada. Nous avons au cours du dernier exercice rétabli notre programme de stagiaires de recherche postdoctorale, qui offre à de jeunes scientifiques prometteurs un accès à nos installations ainsi que la possibilité de travailler au sein d'équipes multidisciplinaires de chercheurs et de techniciens spécialisés. Dix stagiaires de recherche postdoctorale se sont joints au CNRC en 2018, renforçant notre capacité de recherche, tout en formant la prochaine génération de chercheurs.

En 2017‑2018, le CNRC a signé plus de 200 accords avec des universités, y compris le renouvellement de notre collaboration de longue date avec l'Université de l'Alberta dans le domaine de la nanotechnologie. Pour soutenir à l'avenir cette collaboration, nous avons conjointement lancé une initiative en nanotechnologie visant à accélérer et élargir le développement de l'expertise et de la capacité du Canada pour accroître les percées et les découvertes dans ce domaine. De plus, le CNRC a entrepris d'établir des centres de collaboration en R‑D avec plusieurs universités canadiennes, dans le cadre de partenariats qui seront prochainement annoncés.

Prix et distinctions

De gauche à droite : Alan Steele, Ph. D. et Andrew Sachrajda, Ph. D.

Des membres de la communauté scientifique du CNRC ont été reconnus au cours du dernier exercice pour leurs réalisations scientifiques et technologiques et ont reçu certains des prix nationaux et internationaux les plus prestigieux, illustrant l'impact positif de notre plateforme sur le renforcement de l'innovation dans l'ensemble du Canada et du monde.

Deux de ces prix ont été décernés en septembre 2017 par la Société royale du Canada, qui reconnaît les chefs de file dans divers domaines et souligne le travail qu'ils accomplissent afin de les soutenir dans la construction d'un avenir meilleur pour le Canada et le reste du monde.

Alan Steele, Ph. D., métrologue en chef du CNRC, a été nommé membre élu à titre spécial pour ses contributions fondamentales à l'élaboration et à la mise en œuvre d'une stratégie visant à répondre adéquatement aux besoins de mesures scientifiques du Canada.

Andrew Sachrajda, Ph. D., agent de recherche principal du CNRC en physique quantique, a été nommé membre pour ses contributions fondamentales à la nanoscience et à la nanotechnologie.

L'esprit du CNRC

Isabelle Gingras, vice-présidente aux Ressources humaines, a pris sa retraite au cours du dernier exercice après plus de trois décennies au CNRC.

Arrivée au CNRC dans le cadre d'un emploi étudiant pour l'été, où sa principale tâche consistait à répondre au téléphone, elle a ensuite occupé une succession de rôles, joué un rôle clé dans la conception et la mise en œuvre de notre programme interne de planification des ressources, dirigé en 2010 le projet de renouvellement de la classification et reçu un Prix pour réalisations exceptionnelles pour ses contributions à la fonction des ressources humaines.

Félicitations, Isabelle, et mille mercis de la part de tous vos collègues.

Leadership au CNRC Leadership au CNRC

Membres du Conseil

Iain Stewart
Président, Conseil national de recherches Canada, Ottawa (Ontario)

P. Thomas (Tom) Jenkins
Président du Conseil du CNRC et président du Conseil d'administration, Société Open Text, Waterloo (Ontario)

Stephen Mooney
Directeur, Cold Climate Innovation Centre, Yukon College, Whitehorse (Yukon)

Karimah Es Sabar
Chef de la direction et partenaire, Quark Venture Inc., Vancouver (Colombie-Britannique)

Lois Scott
Ex-cadre dans le secteur de la santé, Shediac Cape (Nouveau-Brunswick)

Raymond Leduc
Président, Nova Bus et Prevost, Saint-Eustache (Québec)

Jay Josefo
Conseiller juridique, Ricketts Harris, Toronto (Ontario)

Carolyn Cross
Fondatrice, présidente du conseil d'administration et chef de la direction, Ondine Biomedical Inc., Vancouver (Colombie-Britannique)

Senior Executive Committee

Iain Stewart
Président

Michel Dumoulin
Vice-président, Génie

Dale MacMillan
Vice-présidente, Services corporatifs, et Chef de la direction financière

Geneviève Tanguay
Vice-présidente, Technologies émergentes

Maria Aubrey
Vice-présidente, Services professionnels et d'affaires

Emily Harrison
Vice-présidente (intérimaire), Ressources humaines

Roger Scott-Douglas
Secrétaire général

François Cordeau
Vice-président, Transports et Fabrication

David Lisk
Vice-président, Programme d'aide à la recherche industrielle

Roman Szumski
Vice-président, Sciences de la vie

Date de modification :