ARCHIVÉ – L’utilisation de l’espace fermé solives-plancher comme conduit de reprise d’air affecte-t-elle la qualité de l’air intérieur? v4n4-11

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Une étude conjointe réalisée par l’IRC et la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) sur les effets de l’utilisation de l’espace fermé solives-plancher comme conduit de reprise d’air a permis d’obtenir des données qui déboucheront ultimement sur de nouvelles recommandations à l’intention des propriétaires et des constructeurs.

Le problème ?
De façon traditionnelle, on utilisait des conduits en tôle galvanisée pour distribuer l’air chaud des systèmes de chauffage à air pulsé dans nos maisons. Puis, les constructeurs ont entrepris de recouvrir d’une tôle métallique l’espace fermé entre les solives et le plancher pour pouvoir l’utiliser comme conduit de reprise d’air. Ce type de conduit était généralement fermé par des surfaces en bois sur trois côtés – le support de revêtement de sol et les deux solives – et par une tôle galvanisée en partie inférieure.

Au début des années 80, les constructeurs ont commencé à utiliser des panneaux de particules orientées (OSB) pour les supports de revêtement de sol et, plus récemment, des panneaux de contreplaqué et des panneaux OSB pour les solives elles-mêmes. Les chercheurs ont voulu savoir si cette nouvelle pratique contribuait à la diffusion, dans les maisons, d’émissions chimiques provenant des panneaux de contreplaqué et des panneaux OSB.

Le projet
Pour en savoir plus, l’IRC a mené une série d’essais pour mesurer les émissions de formaldéhyde et de composés organiques volatils (COV) dans neuf maisons utilisant quatre différentes méthodes de construction des conduits de reprise d’air :

Type 1 – un conduit rectangulaire comprenant, sur un côté, le support de revêtement de sol formé de panneaux OSB, sur deux autres côtés des solives en panneaux OSB et sur l’autre côté une tôle galvanisée;

Type 2 – un conduit rectangulaire comprenant le support formé de panneaux OSB, des solives en bois massif et une tôle galvanisée;

Type 3 – un conduit rectangulaire comprenant le support formé de panneaux de contreplaqué, des solives en bois massif et une tôle galvanisée;

Type 4 – un conduit rectangulaire en tôle métallique galvanisée sur les quatre côtés.

Les concentrations de formaldéhyde et de COV ont été mesurées à quatre endroits dans chaque maison : le conduit d’alimentation en air, le conduit de reprise d’air, la salle de séjour et à l’extérieur. Une variété d’autres facteurs, comme les conditions climatiques, la température de l’air intérieur et le taux de ventilation, ont aussi été enregistrés, et les conditions à l’intérieur de la maison ont été soigneusement contrôlées afin de garantir la validité des données.

Les résultats
Les chercheurs ont constaté que les maisons avec conduits de type 1 dégageaient des concentrations plus élevées de formaldéhyde, de COV, de terpènes et d’aldhéhydes (ces deux derniers étant les principaux composés volatils présents dans les produits du bois). Toutefois, les différences entre les différents types de conduits étudiés étaient minimes et pouvaient même être attribuables à d’autres facteurs, comme la relative nouveauté des maisons utilisant des conduits de type 1.

Les premiers résultats de cette étude suggèrent que l’utilisation de l’espace solives-plancher comme conduit de reprise d’air a peu d’effet sur la qualité de l’air intérieur, donc qu’elle constitue une solution acceptable pour la distribution de l’air dans nos maisons.