ARCHIVÉ – Consommation énergétique et environnement intérieur des atriums au Canada : le parfait équilibre v1n3-12

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Atrium à l’étude dans le cadre d’un projet de l’IRC

L’IRC est à la tête d’un consortium d’organismes provinciaux, fédéraux et de services publics mis sur pied pour identifier de nouveaux outils qui permettront de réduire les coûts d’énergie des édifices à atriums tout en améliorant les paramètres de l’environnement intérieur de ces constructions, comme l’éclairage naturel de l’atrium et des locaux adjacents, et leur performance acoustique.

Les atriums, qu’ils soient d’origine ou ajoutés à des édifices existants, sont très populaires dans les immeubles résidentiels ou commerciaux au Canada parce qu’ils ajoutent à leur valeur marchande grâce à un éclairage naturel suivant le cycle de la nature. Avec le ralentissement de la construction de nouveaux bâtiments, les atriums représentent une solution idéale pour connecter, agrandir ou donner une nouvelle image à des bâtiments âgés ou historiques. Leurs coûts énergétiques élevés et leur conception relativement complexe mettent toutefois un frein à l’enthousiame des propriétaires.

Pour réduire ces coûts, il nous faut mieux comprendre l’influence des facteurs suivants sur la consommation d’énergie :

  • le type et la superficie des vitrages de couverture
  • les stratégies de chauffage, de refroidissement et de ventilation
  • les systèmes de commande de l’éclairage en fonction de la lumière du jour.

En outre, la réduction des coûts d’énergie ne doit pas se faire aux dépens de la performance acoustique de l’atrium et des espaces avoisinants. On doit aussi tenir compte des mesures de contrôle des fumées, puisque certaines exigences des codes pour les bâtiments traditionnels ne s’appliquent pas aux atriums.

Cette étude multidisciplinaire, qui s’appuie sur l’expertise des laboratoires de performance du bâtiment et d’acoustique et du Laboratoire national de l’incendie de l’IRC, permettra d’élaborer des lignes directrices pour aider les concepteurs à choisir :

  • des systèmes de vitrage qui maximisent l’éclairage naturel et réduisent les charges de chauffage et de refroidissement
  • une stratégie de chauffage, de refroidissement et de ventilation qui satisfait aux exigences de contrôle des fumées dans l’atrium
  • des matériaux appropriés pour optimiser les caractéristiques acoustiques de l’atrium et réduire la propagation du son aux espaces avoisinants.

Les membres du consortium comprennent CANMET, Hydro-Québec, la Société immobilière du Québec et Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. D’autres organismes sont invités à se joindre au consortium.