La soufflerie de givrage en altitude du Conseil national de recherches du Canada permet aux fabricants de certifier des pièces d’aéronef et des sondes

Le 15 juin 2017 — Paris (France)

Simulation d’accrétion de glace en « queue de homard » sur une voilure en flèche dans la soufflerie de givrage en haute altitude.

Les accidents d’avion sont des catastrophes qui donnent parfois des indices importants sur les risques qui compromettent la sécurité en vol. Les enquêtes et les études qui ont porté sur deux accidents aériens récents ont révélé des menaces jusqu’alors inconnues provenant des nuages de glace : les grosses gouttelettes d’eau en surfusion et les mélanges de cristaux de glace et de givre en phase mixte. En 2015, ces découvertes ont amené les organismes nord-américains et européens de réglementation de l’aviation à mettre en place de nouvelles exigences pour certifier les aéronefs dans ces conditions atmosphériques.

Afin de s’adapter aux nouveaux règlements, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a mis à niveau sa soufflerie de givrage en altitude, l’une des rares souffleries au monde capable de simuler des conditions de givrage en altitude et de mettre à l’épreuve la surface des aéronefs, leurs composantes et leurs sondes.

« L’expansion des capacités de notre soufflerie nous permet de collaborer avec des avionneurs qui doivent suivre l’évolution de la réglementation afin de prouver la navigabilité de leurs produits », commente Jerzy Komorowski, gestionnaire principal, Aérospatiale, au CNRC. « Cette nouvelle capacité améliorera la sécurité aérienne et assurera des voyages plus sûrs. »

Capable de simuler des altitudes pouvant aller jusqu’à 40 000 pieds et des températures descendant jusqu’à 40 °C, la soufflerie de givrage en altitude du CNRC peut tester des sections et des maquettes d’avions, ainsi que des composantes et des sondes de moteur qui avertissent les pilotes de conditions de givrage particulières. Le nouveau système de génération de cristaux de glace permet à la soufflerie de produire des concentrations élevées de cristaux et de givrage en phase mixte (combinaison de cristaux de glace et de gouttelettes d’eau) similaires à celles que rencontrent les aéronefs dans les cellules d’orages de convection en haute altitude. D’autres mises à niveau du système de vaporisation de la soufflerie permettent de projeter de grosses gouttelettes d’eau surfondue sous la forme de crachin verglaçant (gouttes d’un diamètre inférieur à 0,5 mm) et de pluie verglaçante (gouttes d’un diamètre supérieur à 0,5 mm).

Pour les avionneurs lancés dans la course à la certification pour se conformer à la nouvelle réglementation, les avantages qu’offre la soufflerie de givrage en altitude sont clairs: un meilleur rapport coût-efficacité des essais comparés aux essais en vol et des conditions d’essais uniformes et reproductibles.

Pour des renseignements sur le Conseil national de recherches du Canada, ses programmes en aérospatiale, ses capacités et ses installations, nous vous invitons à cliquer sur le lien ci-bas.

Lien connexe

Renseignements

Équipe des relations avec les médias
Conseil national de recherches du Canada
1-855-282-1637 (au Canada)
1-613-991-1431 (ailleurs en Amérique du Nord)
001-613-991-1431 (international)
media@nrc-cnrc.gc.ca
Twitter: @nrc_cnrc

Restez branché

Abonnez-vous