Libération contrôlée d’adjuvants chimiques

Faits saillants

On peut concevoir une formulation à libération contrôlée pour une composition à base de ciment en ajoutant un adjuvant (comme un accélérateur, un retardateur de prise ou un superplastifiant) à cette composition dans un matériau minéral stratifié. Une composition à base de ciment contenant un matériau comme du ciment, du mortier ou du béton et une formulation à libération contrôlée possède une meilleure malléabilité, notamment en ce qui concerne la perte d’affaissement. Avec une telle formulation, on peut contrôler la libération d’un adjuvant dans une composition à base de ciment.

Transfert de technologie

Cette technologie est disponible pour l’octroi de licences ou pour plus de développement via une entente de recherche en collaboration avec le CNRC. Référence pour cette opportunité commerciale : ID CNRC 11353.

Applications commerciales

Cette innovation est particulièrement intéressante pour les fabricants de ciment et de produits chimiques spécialisés et peut servir à concevoir des produits en béton efficaces et de nouveaux matériaux bon marché pour le contrôle et la libération programmée d’adjuvants dans les compositions à base de ciment.

Autres domaines d’application très intéressants pour cette innovation : l’agriculture, en tant que support agrochimique pour la croissance de plantes et les herbicides contre les champignons et autres agents pathogènes, ainsi que le domaine pharmaceutique/médical pour la création de médicaments bioactifs.

Fonctionnement

Les adjuvants, comme les accélérateurs, les retardateurs de prise ou les superplastifiants, sont souvent ajoutés aux compositions à base de ciment afin d’améliorer les propriétés du béton. Les adjuvants sont le plus souvent ajoutés au moment du mélange, ce qui n’est pas forcément le meilleur moment pour les effets chimiques désirés. Il est parfois souhaitable de retarder la libération de ces composants pour contrôler la malléabilité du mélange.

Auparavant, on utilisait des procédés d’encapsulation pour retarder la libération des adjuvants, mais ces méthodes étaient chères et prenaient beaucoup de temps. Cette innovation permet la conception de nouveaux matériaux bon marché pour un contrôle et une libération programmée des adjuvants dans les compositions à base de ciment.

Cette technologie comprend une méthode permettant de contrôler la libération d’un adjuvant dans une composition à base de ciment. La méthode consiste à insérer d’abord l’adjuvant dans un matériau minéral stratifié pour créer une formulation à libération contrôlée, puis à ajouter cette formulation à un matériau à base de ciment. La composition à base de ciment fait aussi partie de l’invention. Une méthode pour contrôler la libération d’un adjuvant dans une composition à base de ciment est finalement décrite.

Cette technologie représente une approche nanothechnologique pour contrôler la libération d’adjuvants dans des compositions à base de ciment. La libération de l’adjuvant peut être programmée activement en faisant appel à la chimie, par exemple, par le type de matériau minéral stratifié utilisé, la densité de charge, la concentration et/ou le pH.

Cette méthode permet grâce à la libération in situ, en temps réel, des adjuvants dans les compositions à base de ciment d’améliorer la performance des adjuvants et des produits à base de ciment qui les contiennent, comme la modulation améliorée de la perte d’affaissement.

Avantages

Matériaux moins chers pour la libération programmée et contrôlée des adjuvants dans les compositions à base de ciment, donnant un béton avec des propriétés telles que malléabilité, perte d’affaissement, résistance à la corrosion ou résistance aux cycles de gel et de dégel, améliorées.

Brevets

Dossier du CNRC n°11353 : https://www.google.com/patents/CA2554347A1

Brevets sont délivrés au Canada, aux E.-U.

Renseignements

Tony Jenkins, Conseiller aux affaires du portefeuille
Téléphone : 613-990-8084
Courriel : Tony.Jenkins@nrc-cnrc.gc.ca