Peptides contre le cancer (L-11627, 11964)

Survol

L'angiogenèse est essentielle à la croissance et à la progression des tumeurs malignes et sert d'indicateur du degré de malignité. La restriction de l'approvisionnement en sang des tumeurs par l'inhibition de l'angiogenèse s'est révélée une stratégie innovatrice permettant de maîtriser tant la croissance tumorale que les métastases. Les médicaments anti-angiogènes ciblent des stimulateurs uniques impliqués dans ce processus multifactoriel, mais ne parviennent pas à réduire la charge tumorale ni à prolonger la vie.

Le CNRC a mis au point des peptides dotés de propriétés anti-angiogènes qui sont efficaces contre plusieurs stimulateurs différents de l'angiogenèse. Ces peptides présentent des propriétés anti-tumorigènes contre différents types de tumeurs qui ont été validées in vivo. L'activité anti-angiogène contre des stimulateurs multiples, conjuguée à l'inhibition directe de la croissance tumorale, fait de ces peptides un traitement prometteur contre les tumeurs malignes.

Transfert de technologie

  • Licence pour l'exploitation commerciale
  • Entente de R-D pour développement

Applications de marché

  • Traitement des tumeurs malignes dans différents cancers

Comment ça fonctionne

Figure 1 : Diagramme linéaire avec volume de la tumeur sur l'axe Y et jours post-traitement sur l'axe X. La croissance de la tumeur contrôle est représentée avec une ligne bleu, et la croissance de la tumeur traitée avec les peptides du CNRC (CIBP-4) est représentée avec une ligne rouge. La tumeur de contrôle a atteint un volume d'environ 2500 mm3 25 jours post-traitement, tandis que la tumeur traitée avec les peptides du CNRC a atteint un volume d'environ 1250 mm3 25 jours post-traitement.

Les agents anti-angiogènes présentent des avantages par rapport aux traitements anticancéreux classiques, notamment l'accessibilité directe à partir de la circulation et le faible taux de résistance au médicament en raison de la stabilité génétique des cellules endothéliales. Bien que les essais précliniques de ces agents soient prometteurs, les études cliniques ont seulement démontré une stabilisation de la croissance tumorale, sans régression ou très peu. Les tumeurs à un stade avancé ont déjà activé diverses voies de signalisation qui leur permettent de surmonter facilement les restrictions angiogènes obtenues par un inhibiteur unique.

Les peptides du CNRC inhibent la réponse angiogène induite par plusieurs facteurs de croissance, notamment IGF-1, VEGF, PlGF, bFGF et S100A4. Ils présentent aussi des propriétés anti-tumorigènes directes contre différents types de tumeurs. Le CNRC a fait la preuve que l'activité anti-angiogène et anti-tumorigène est principalement située sur la séquence C-terminale de la protéine et est médiée en partie par l'inhibition de l'activité intracellulaire de la cathepsine B et L dans les cellules endothéliales/tumorales. L'efficacité anti-tumorigène de la protéine a été validées in vivo au moyen d'un modèle murin de xénogreffe sous-cutanée de glioblastome.

Bénéfices

  • Puissante action inhibitrice pléiotrope contre différents stimulateurs de l'angiogenèse, par opposition à un seul
  • Action puissante anti-tumorigène indépendante de l'angiogenèse
  • Mode d'action nouveau sur une voie enzymatique jouant un rôle dans l'angiogenèse et la tumorigenèse
  • Validation de principe in vivo

Brevets

  • CNRC dossier 11627 : brevets en instance aux États-Unis, au Canada et en Europe.
  • CNRC dossier 11964 : brevets en instance aux États-Unis, au Canada, en Europe et en Inde.

Personne-ressource

Guy Le Houillier, Chef, Relations avec les clients
Téléphone : 514-496-6374
Courriel : Guy.LeHouillier@cnrc-nrc.gc.ca