Adjuvant AMVAD pour vaccins muqueux (L-11561)

Survol

Un grand nombre d'agents pathogènes microbiens envahissent leur hôte mammalien par les surfaces muqueuses des voies respiratoires, gastro-intestinales et urogénitales. La majorité des vaccins approuvés sont administrés par voie générale et ne réussissent pas à induire une immunité muqueuse efficace. Il existe donc un besoin d'adjuvants et d'agents vaccinaux administrés par voie muqueuse qui soient sans danger, efficaces et non répliquants, et qui permettraient de prévenir les infections respiratoires telles que la tuberculose, la pneumonie à streptocoque et la grippe, ainsi que les infections transmissibles sexuellement, comme l'infection à VIH et la chlamydiose génitale. Le CNRC a mis au point un nouvel adjuvant vaccinal à base de lipides d'archaebactéries administré par voie muqueuse (AMVAD) pouvant générer une réponse immunitaire muqueuse et systémique contre une vaste gamme d'agents pathogènes infectant les surfaces des muqueuses ou les utilisant pour pénétrer dans l'organisme.

Transfert de technologie

  • Licence pour l'exploitation commerciale
  • Entente de R-D pour développement

Applications de marché

  • Vaccins contre des agents bactériens et viraux infectant l'appareil respiratoire, comme la tuberculose, la pneumonie à streptocoque et la grippe
  • Vaccins contre des infections transmissibles sexuellement, comme l'infection à VIH et la chlamydiose génitale

Comment ça fonctionne

Les vaccins administrés par voie muqueuse actuellement offerts sur le marché font tous appel à des cellules d'agents pathogènes vivants atténués ou entiers inactivés, auxquels sont liées certaines craintes. Pour remédier à ce problème, le CNRC-TSH a mis au point la méthode AMVAD, qui fournit un auto-adjuvant capable de stimuler l'immunité muqueuse contre une vaste gamme d'agents pathogènes. Pour produire les vaccins AMVAD, des cations multivalents sont ajoutés à une suspension d'antigènes et d'archéosomes (liposomes préparés à partir de lipides polaires provenant d'archées). L'interaction avec les cations transforme les petits archéosomes sphériques individuels en structures sphériques plus grandes qui s'agglomèrent pour former des grappes. En contact avec la surface des muqueuses, ces grappes induisent une réponse immunitaire muqueuse et systémique, alors que les antigènes-archéosomes qui n'ont pas été en interaction avec des cations ne génèrent pas de réponse muqueuse.

Figure : Petits archéosomes sphériques individuels vs structures sphériques plus grandes des vaccins AMVAD agglomérées en grappes par suite de l'interaction avec des cations.

archéosomes sphériques individuels

Archaeosomes

AMVAD agglomérées en grappes

AMVAD

Figure : Petits archéosomes sphériques individuels vs structures sphériques plus grandes des vaccins AMVAD agglomérées en grappes par suite de l'interaction avec des cations.

Après avoir administré à des souris, par voie nasale, des antigènes formulés selon la méthode AMVAD, on a obtenu des réponses anticorps IgA spécifiques aux antigènes qui étaient fortes, soutenues et anamnestiques localement (nez et appareil respiratoire) et distalement (appareil gastro-intestinal, vagin). On a également obtenu des réponses anticorps systémiques spécifiques aux antigènes (IgG1 et IgG2a sériques) et des lymphocytes T cytotoxiques (LTc) CD8+ qui étaient robustes. L'administration intranasale de vaccins expérimentaux avec adjuvant AMVAD a eu un effet protecteur dans le modèle murin de tularémie respiratoire où l'on avait fait appel à des souches vaccinales vivantes de Francisella tularensis, ainsi que dans le modèle d'infection génitale de chlamydiose faisant appel à Chlamydia muridarum.

Bénéfices

  • Administration du vaccin par voie muqueuse (p. ex. nasale) ou générale (p. ex. sous-cutanée)
  • Méthode de libération faisant appel à un auto-adjuvant
  • Réponses immunitaires (muqueuse et générale) fortes et soutenues (humorale, LTc)
  • Réponse immunitaire anamnestique
  • Faible dose antigène/adjuvant
  • Bon profil d'innocuité préclinique (pas de toxicité ou d'anticorps anti-lipidiques)
  • Excellente stabilité, avantages marqués sur le plan de la distribution/conservation : moins de 5 % de libération d'antigène en 12 mois à 5 °C
  • Validation de principe au moyen de modèles murins de tularémie respiratoire et de chlamydiose

Brevets

  • CNRC dossier 11561 : Brevets émis en Europe, en instance aux États-Unis, au Canada et en Inde.

Personne-ressource

April Luong, Chef, Relations avec les clients
Téléphone : 514-496-2745
Courriel : April.Luong@cnrc-nrc.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Avis de confidentialité