Observatoire ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)

Personne-ressource

Gerald Schieven
Téléphone: 250-363-6919
Courrielgerald.schieven@nrc-cnrc.gc.ca

Renseignements :

Aperçu de l’installation de recherche

Source : ALMA (ES/NAOJ/NRAO)

L’Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) est le plus grand projet d’astronomie jamais entrepris et le plus puissant télescope du monde consacré à l’étude de l’Univers dans les longueurs d’ondes millimétriques et submillimétriques. Constitué de 66 antennes haute précision reconfigurables, l’ALMA est installé sur le plateau Chajnantor dans les Andes chiliennes, à une altitude de 5000 mètres au-dessus du niveau de la mer.

L’ALMA offre une sensibilité et des capacités d’imagerie inégalées, ce qui permet aux astronomes de créer des images très détaillées de sources de rayonnements dans les ondes millimétriques et submillimétriques. Des phénomènes qui étaient autrefois hors de notre portée peuvent maintenant être observés. En outre, il nous est maintenant possible de sonder les toutes premières étoiles et galaxies à s’être formées dans le cosmos. L’ALMA est un appareil d’imagerie et de spectroscopie complet fonctionnant dans les longueurs d’ondes millimétriques/submillimétriques qui fournit aux scientifiques des capacités de pointe.

Ce que nous offrons

Le réseau principal compte 50 antennes de 12 mètres de diamètre fonctionnant à l’unisson en qualité d’interféromètre. Un réseau compact supplémentaire de quatre antennes de 12 mètres et de douze antennes de 7 mètres complète le réseau principal. Les antennes de l’ALMA peuvent être configurées de différentes façons, ce qui confère au réseau une puissante capacité de zoom à grossissement variable et une résolution jusqu’à 10 fois supérieure à celle du télescope spatial Hubble. Pour traiter les signaux captés, l’ALMA exploite deux sous-systèmes corrélateurs : un pour le réseau principal et un autre pour le réseau compact.

Toutes les antennes de l’ALMA fonctionnent de concert et peuvent être programmées pour faire des clichés instantanés du ciel ou se braquer sur des objets astronomiques pour les observer pendant de longues durées. Les ondes millimétriques émises par ces objets frappent la coupole des antennes et sont concentrées par réflexion vers le sous-réflecteur qui surplombe le foyer de l’antenne. De là, les ondes sont acheminées vers des récepteurs sensibles refroidis à -269 °C. Les récepteurs amplifient ces signaux des millions de fois avant de les numériser et de les acheminer le long de câbles optiques vers l’imposante unité de traitement des signaux, c’est à dire le corrélateur. Ce dispositif les combine pour générer des données qui serviront à produire des images de qualité remarquable. Entièrement déployé, le réseau permet de réaliser des images présentant un niveau de détail comparable à celui qu’offrirait un radiotélescope de 14 km de diamètre.

Accès et utilisation

L’ALMA a été conçu pour tous les astronomes, planétologues, astrophysiciens et autres scientifiques travaillant dans le domaine spatial. Les scientifiques tentent d’obtenir du temps d’observation en soumettant des propositions. Une fois soumises, celles-ci sont jugées à la lumière de leur mérite scientifique. Les chercheurs principaux canadiens peuvent formuler des demandes sans restriction pour obtenir du temps d’observation réservé à l’Amérique du Nord, fourchette qui représente 37,5 % du temps d’observation total.

Des propositions sont sollicitées environ une fois par année dans le cadre de « cycles » et elles sont soumises à l’approbation du Comité de l’Observatoire conjoint ALMA. Pour recevoir des avis concernant les futurs appels de propositions, inscrivez-vous sur le Portail scientifique de l’ALMA (disponible en anglais seulement) afin de vous brancher sur votre Centre ALMA régional (ARC). Les astronomes travaillant dans des institutions canadiennes sont appuyés par le North American ALMA Science Center (NAASC) établi à Charlottesville, en Virginie, ainsi que par une équipe installée à l’Observatoire fédéral d’astrophysique (OFA) à Victoria, en Colombie-Britannique.

Demandes de temps d’observation :

Les informations à jour sur tous les récents appels de propositions sont affichées sur le Portail scientifique de l’ALMA (disponible en anglais seulement). Le portail contient également des ressources additionnelles, dont le Guide d’initiation à l’ALMA (disponible en anglais seulement) produit par le CNRC à l’intention des partenaires de l’ALMA.

Processus d’allocation de temps

Pour se prévaloir des services du Bureau de dépannage de l’ALMA, ou pour soumettre (ou cosigner) une proposition, les utilisateurs doivent s’inscrire au Portail scientifique de l’ALMA (disponible en anglais seulement).

Toutes les propositions sont assujetties à une révision par des pairs sous l’égide d’un comité international et sont évaluées à la lumière de leur mérite scientifique. Les observations planifiées doivent être conformes aux capacités disponibles et elles doivent être justifiées sur le plan technique.

Personne-ressource

Gerald Schieven
Téléphone : 250-363-6919
Courriel : gerald.schieven@nrc-cnrc.gc.ca