Le CNRC introduit la précision laser en agriculture et se tourne maintenant vers l’industrie minière

Le 01 décembre 2016 — Vancouver (Colombie-Britannique)

Des analyses du sol beaucoup plus rapides et précises

Technicienne qui ulitilise l'équipement LIBS

Pour les agriculteurs, il est d'une importance capitale de pouvoir effectuer des analyses du sol qui donnent des résultats précis. Les résultats de ces analyses aident en effet à déterminer la composition actuelle du sol et les nutriments qui devraient y être ajoutés pour assurer une croissance optimale des cultures. Cependant, les méthodes actuelles remontent aux années 1950 et des améliorations s'imposent.

Selon la méthode d'analyse la plus utilisée aujourd'hui, le technicien de laboratoire doit ajouter de puissants produits chimiques dans un échantillon de sol avant d'utiliser une méthode laborieuse d'extraction et d'analyse pour déterminer la composition détaillée du sol. Il s'agit d'un processus fastidieux et lent, qui comporte une grande marge d'erreur : le même échantillon analysé trois fois de suite peut mener à trois résultats différents.

L'entrée en scène du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et de Charles Nault, cofondateur d'une entreprise canadienne du nom de Logiag, a mené rapidement à la mise au point d'une solution prometteuse.

En 2010, Charles Nault est tombé par hasard sur un article qui traitait des travaux réalisés par le CNRC avec la technologie LIBS (spectroscopie d'émission de plasma induit par laser). Cette technologie permet aux utilisateurs de déterminer et de calculer rapidement, et avec précision, la concentration de divers éléments dans différents composés.

L'entreprise Logiag, basée au Québec, répond aux besoins de l'industrie agricole depuis 1999. « Cet article m'a fait réfléchir », déclare M. Nault. « Je me suis rendu au laboratoire du CNRC de Boucherville et j'ai demandé aux chercheurs si cette technologie pouvait être utilisée pour déterminer la composition du sol. Il s'est avéré que les chercheurs exploraient déjà cette possibilité; nous avons donc commencé à collaborer à la mise au point de la technologie. »

Commercialisation de la technologie

Équipement LIBS

Bien qu'il ait fallu un certain temps pour adapter la technologie LIBS aux analyses du sol et mettre au point les algorithmes informatiques nécessaires à l'interprétation des mesures obtenues par l'instrument, le résultat final a été impressionnant et a mené à une solution aux problèmes d'analyse du sol les plus courants.

L'analyse basée sur la LIBS élimine la fastidieuse étape de la préparation des échantillons et permet de déterminer la concentration d'une variété de nutriments dans un échantillon de sol, et ce, en quelques secondes et avec un niveau de précision presque parfait.

Sous licence du CNRC, Logiag commercialise la technologie LIBS sous la forme d'un nouveau service d'analyse du sol du nom de Laserag – et le laboratoire Logiag est devenu le premier au monde à obtenir la certification ISO 17025 pour un procédé utilisant la technologie LIBS.

Grâce au Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI) du CNRC, Logiag a également eu accès à des ressources indispensables – fonds de recherche et développement, conseils techniques et contacts avec le milieu des affaires – qui l'ont aidé à se tailler une place sur les marchés internationaux.

Que réserve l'avenir pour la technologie LIBS?

Au CNRC, Sevan Bedrossian, chef du programme Exploitation minière à haute efficacité qui investit également dans la technologie LIBS, est d'avis que ce type de partenariat de recherche et développement avec l'industrie offre un grand potentiel. « Notre collaboration avec Logiag illustre la manière dont le CNRC collabore avec des fournisseurs novateurs de services aux entreprises pour développer et mettre en place de nouvelles technologies. Nous avons déjà commencé à explorer d'autres applications pour la technologie LIBS dans l'industrie minière. »

Sevan Bedrossian dit espérer que la technologie LIBS pourra être utilisée pour analyser sur place des échantillons et transmettre les données à des instruments en ligne, afin de permettre un contrôle et une automatisation des processus « en temps réel ». « La technologie LIBS pourrait ainsi révolutionner autant l'industrie minière qu'elle a révolutionné l'agriculture », ajoute‑t‑il.

Pour Charles Nault, qui a vu de première main les possibilités qu'offre cette technologie, son potentiel ne fait aucun doute. Et il serait prêt à parier sa ferme là‑dessus!

Liens connexes

Restez branché

Abonnez-vous