Parteneriats Fructueux : L’Est ontarien, berceau d’entreprises de technologie dans lesquelles investor

Le 18 octobre 2016 — Ottawa (Ontario); Kingston (Ontario)

Photo du groupe à l'intérieur

Entrepreneurs de la deuxième cohorte de L-SPARK, en 2016. Au départ, les participants reçoivent les services de L-SPARK gratuitement, dans son incubateur et accélérateur SaaS. L-SPARK récupère sa mise par la suite quand les entreprises obtiennent du financement.

Après avoir mis sur pied 15 entreprises dont le revenu se chiffrait en centaines de millions de dollars et avoir procuré un emploi à de nombreux Canadiens, l'entrepreneur d'Ottawa Steve Cody sait exactement ce qu'il faut aux entreprises qui démarrent pour connaître le succès.

Son bébé actuel, The Better Software Company, a réuni en un clin d'œil deux millions de dollars d'investissements en 2015 et 1,6 million de plus l'année suivante. Dans l'intervalle, les effectifs de l'entreprise ont décuplé pour passer de quatre à quarante.

Mais M. Cody n'a pas réussi cet exploit en faisant cavalier seul. Ses partenaires de l'Est ontarien, appuyés par le Programme canadien des accélérateurs et incubateurs (PCAI), ont contribué à mettre The Better Software Company (TBSC) sur la piste d'envol.

Comment cette aide collective a-t-elle préparé l'entrepreneur? Investir Ottawa a réalisé une analyse de la concurrence, puis dressé une liste des partenaires potentiels. Ensuite, L SPARK Corporation a inscrit TBSC à son programme d'accélération, que l'entreprise a réussi avec brio en 2015. Finalement, l'Université Queen's et PARTEQ Innovations ont proposé à M. Cody de lui adjoindre des étudiants et des experts en affaires afin qu'ils se penchent sur sa stratégie de marketing. Parallèlement, le Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a déniché les relations qui donneront un coup de pouce à l'entreprise de M. Cody, au pays et à l'étranger.

« Voir que le gouvernement injecte des fonds dans l'innovation est rassurant. Et le PARI du CNRC ne ménage pas ses efforts quand il prête assistance à ses clients et partenaires. »

Petit train va loin

De Kingston à Ottawa, ces partenaires mettent leurs talents en commun pour bâtir un écosystème de l'innovation aussi inclusif que productif dans l'est de l'Ontario – un écosystème qui répondra aux besoins de jeunes entreprises comme celle de M. Cody et les encouragera à prendre de l'expansion sans pour autant quitter la région. « Parce qu'ils se serrent les coudes, ces partenaires multiplient les chances de succès de leur clientèle, et de plus en plus de gens en ont vent », explique Daniel Saikaley, le conseiller du PARI du CNRC qui a chaperonné le projet régional.

photo de groupe en avant du bâtiment

Steve Cody (première rangée, quatrième à partir de la gauche) et ses employés fêtent le succès de The Better Software Company, jeune entreprise SaaS qui a amassé son capital de risque avec l'assistance des partenaires du PCAI, dans l'est de l'Ontario.

Après avoir obtenu du PCAI les fonds nécessaires à l'extension de leurs activités, les partenaires ont commencé à élargir leur portée régionale, leur expertise, leurs principales ressources et l'infrastructure de soutien existante, composée notamment d'incubateurs et d'accélérateurs. Pour que les chefs d'entreprise profitent au maximum de l'écosystème, les partenaires mettent en commun leurs pratiques exemplaires, programmes, chercheurs et laboratoires (à l'Université Queen's ou à son parc d'innovation), mentors, et parfois même leurs clients.

Que fait le PARI du CNRC dans tout cela? Il supervise l'exécution du PCAI et a installé des conseillers dans les bureaux de l'université et d'Investir Ottawa. Souvent, les clients du partenariat sont aussi ceux du PARI. « Nous sommes convaincus que le PARI est le meilleur programme au Canada pour venir en aide aux entreprises qui innovent », a déclaré Patrick White, directeur général de L-SPARK.

Les entreprises au fort potentiel de croissance se battent pour s'inscrire aux programmes de l'incubateur et de l'accélérateur, qui donnent tous deux accès à d'autres partenaires et services grâce auxquels l'entreprise ira plus loin. Ces services vont des études de marché au développement des activités commerciales, sans oublier l'encadrement des ventes et des ateliers pratiques qui prépareront l'entrepreneur à exposer clairement sa proposition afin de séduire les investisseurs qualifiés lors d'événements organisés par les partenaires.

Une fois qu'il est inscrit à l'un des programmes, au fil de nombreux mois, le client reçoit des journées entières d'attention d'un entrepreneur en résidence ou d'un mentor, c'est-à-dire d'anciens cadres d'entreprise ou d'entrepreneurs en série qui ont forgé des sociétés florissantes avant d'en récolter le fruit. Quand le PARI du CNRC a commencé à travailler avec Investir Ottawa, en 2008, il n'y avait qu'un entrepreneur en résidence. À présent, Investir Ottawa en compte neuf auxquels s'ajoutent ceux de l'Université Queen's et de L SPARK.

« Nous faisons appel à nos collègues du PARI en raison de leur grande expertise technique et de l'envergure nationale qu'ils apportent à nos clients », affirme Janice Mady, directrice du service des partenariats industriels et du parc d'innovation de l'Université Queen's. Les entreprises sont rarement prêtes à engager du personnel à temps plein pour leurs opérations. En guise de remède, les partenaires utilisent les fonds du PCAI pour que ces entreprises accèdent plus facilement à des professionnels qui leur offriront une aide pratique temporaire : directeurs des finances, agents de brevets, conseillers en exportations, spécialistes en reconversion, avocats ou experts en marketing. PARTEQ Innovations les appelle des « services de gestion intégrés » parce que ces agents de brevets ou directeurs des finances virtuels n'hésitent pas à retrousser leurs manches pour alléger la gestion d'un aspect particulier.

De l'argent à gagner

En l'espace de deux ans, les clients et les diplômés du partenariat ont réussi à amasser d'impressionnants investissements de 80,8 millions de dollars.

Le financement du PCAI est accessible jusqu'en 2019. « Voir que le gouvernement injecte des fonds dans l'innovation est rassurant », confie Jon Milne, directeur de l'innovation à Investir Ottawa. « Et le PARI du CNRC ne ménage pas ses efforts quand il prête assistance à ses clients et partenaires. »

Ces partenaires ne se bornent pas aux programmes qui préparent une entreprise à trouver des investisseurs. Ils jettent les bases d'un système dont les retombées se feront longtemps sentir : un écosystème bien soudé qui créera des emplois et fera grossir les revenus mondiaux dans l'Est ontarien. Voyez dans cette association de bienfaiteurs un berceau prêt à accueillir les entreprises qui, à l'instar de The Better Software Company, marqueront la renaissance de la technologie.

Partenaires du PCAI dans l'est de l'Ontario

Investir Ottawa

Cet organisme sans but lucratif préside au développement économique et à l'entrepreneuriat dans la région d'Ottawa et ses environs. Investir Ottawa dirige l'accélérateur GrindSpaceXL et son équipe fournit des services qui vont de l'encadrement et de l'incubation d'entreprises au perfectionnement des compétences et au commerce international, sans oublier le reste.

L-SPARK Corporation (en anglais seulement)

La société d'investissement Wesley Clover, dont le conseil d'administration est dirigé par sir Terry Matthews, a créé L-SPARK Corporation pour servir de partenaire du secteur privé au PCAI. L-SPARK est le seul accélérateur au Canada à se concentrer exclusivement sur les logiciels en tant que service (SaaS) d'entreprise et sur les jeunes entreprises virtuelles. Grâce à de solides liens avec les grandes sociétés de capital de risque et les investisseurs en général, l'accélérateur entend engendrer un flux constant de jeunes entreprises spécialisées dans les SaaS qu'on pourra financer au Canada.

Université Queen's (en anglais seulement)

Le service des partenariats industriels et le parc d'innovation de l'Université Queen's orchestrent les collaborations entre l'université, l'industrie et des partenaires sans but lucratif. L'université propose des locaux pour l'incubation des entreprises; les programmes de l'accélérateur GrindSpaceXL; des services de jumelage qui rapprochent l'industrie, les chercheurs, les ressources techniques, les étudiants et les programmes de financement; ainsi que de l'aide sur le plan juridique. Launch Lab, l'un des principaux partenaires d'exécution de l'université, fournit des services d'encadrement et de consultation aux entrepreneurs.

PARTEQ Innovations (en anglais seulement)

PARTEQ dirige les activités de l'Université Queen's relatives au transfert de la technologie. Responsable de l'exploitation commerciale des innovations de l'université, PARTEQ a vu sa mission s'élargir avec le PCAI et propose désormais des services de gestion intégrés aux entrepreneurs en quête d'expertise et d'aide dans les domaines de la propriété intellectuelle, des brevets, des licences d'exploitation et du financement.

Restez branché

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Avis de confidentialité