Conseil national de recherches Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Vancouver 2010 : l'atout CNRC

Avertissement L'information sur cette page a été archivée et n'est conservée qu'aux fins de référence, de recherche ou de tenue de dossiers. Visitez le nouveau site du CNRC pour y trouver les informations les plus récentes.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.


Hé! Psitt! Savais-tu qu’une mission ultrasecrète a été confiée aux scientifiques du CNRC?

La mission : Faire grimper plus d’athlètes canadiens que jamais sur le podium des Jeux olympiques de 2010, à Vancouver.

Les agents : L’équipe ultrasecrète « À nous le podium » et ses agents d’infiltration – les experts en aérodynamique des installations d’essai de calibre mondial du CNRC, à Ottawa.

Le résultat : Des athlètes olympiques canadiens mieux préparés que jamais, prêts à livrer bataille et à remporter les Jeux d’hiver cette année. Et le meilleur de la recherche et de la technologie canadiennes, mis au point ici même, au CNRC, pour les aider à atteindre ce but. Allez Canada!

Les agents secrets du CNRC sortent enfin de l’ombre!

Les scientifiques clandestins sortent enfin de l’ombre! Guy Larose et l’étudiante au doctorat Annick D’Auteuil brisent le silence et narrent l’histoire des recherches ultrasecrètes poursuivies au CNRC

Les scientifiques clandestins sortent enfin de l’ombre! Guy Larose et l’étudiante au doctorat Annick D’Auteuil brisent le silence et narrent l’histoire des recherches ultrasecrètes poursuivies au CNRC.

Guy Larose, agent de recherche à l’Institut de recherche aérospatiale du CNRC (IRA-CNRC), se spécialise dans l’aérodynamique des corps non profilés. Il travaille avec les athlètes olympiques canadiens depuis le début de leurs préparatifs pour les jeux de Turin, en 2005. Lui aussi raffole des sports d’hiver, dont le ski et le hockey.

Annick D’Auteuil. Cette étudiante du doctorat en génie mécanique et aérospatial de l’Université Carleton (Ottawa, Canada) s’intéresse à l’aérodynamique du corps humain. Pour ses travaux, elle a analysé l’aérodynamisme des patineurs de vitesse canadiens et de leur combinaison de course. Inscrite au Programme de supplément de bourses d’études supérieures du CNRC, elle est persuadée que cet organisme est l’endroit idéal pour effectuer des expériences en aérodynamique. « Je n’aurais pu réaliser mes recherches nulle part ailleurs, s’exclame Annick. Ici, c’est magique. »

Ces deux scientifiques ont utilisé la soufflerie du CNRC dans le plus grand secret pour vérifier l’aérodynamisme des athlètes d’exception et de leur équipement.

À nous le podium 2010 est l’initiative mise sur pied en 2005 pour recenser et financer les projets de recherche-développement susceptibles de rehausser la performance des athlètes canadiens de haut niveau. Avec le concours du CNRC et des universités, un plan de quatre ans a été élaboré pour aider le Canada à remporter un maximum de médailles en 2010 et à figurer parmi les trois pays qui remporteront le plus de médailles aux Jeux paralympiques d’hiver.

Qu’est-ce que l’aérodynamique des corps non profilés?

Cette science étudie l’aérodynamisme des automobiles, des bâtiments et des ponts, ainsi que du corps humain. Qu’ont-ils tous en commun? Dans le vent, leur forme engendre de gros tourbillons derrière eux, en raison de la division du flot d’air à certains endroits.


Le projet — destination 2010

La recherche en aérodynamique met la science au service de l’athlétisme en appuyant nos champions dans plusieurs compétitions sportives, dont le patinage de vitesse.

La recherche en aérodynamique met la science au service de l’athlétisme en appuyant nos champions dans plusieurs compétitions sportives, dont le patinage de vitesse.

« La science et la technologie font désormais partie de l’équation qui crée les champions. Grâce à la recherche, l’athlète réussit à glisser quelques secondes dans sa manche. » Guy Larose, CNRC

Dans les sports où la vitesse détermine le vainqueur, athlètes et entraîneurs cherchent constamment des moyens de rogner quelques centièmes de seconde avant la ligne d’arrivée. La friction engendrée par la glace et la neige, ainsi que la résistance du vent sont leurs pires ennemis. En effet, ces forces freinent le mouvement. C’est ici que la recherche sur l’aérodynamique du corps humain entre en jeu pour procurer un avantage aux athlètes canadiens.

Aux Jeux olympiques d’hiver de 2002, l’équipe canadienne craignait d'être désavantagée. L’entraînement et les exercices ne suffisaient pas pour produire les résultats souhaités. C’est alors qu’À nous le podium a été créé et qu’a débuté la planification du programme ultrasecret du Canada. L’objectif? Introduire la science et la technologie dans l’équation pour transformer les 4e et 5e places en médailles.

Quatre ans plus tard, Turin (Italie). La science et la technologie entrent en scène. Les scientifiques du CNRC travaillent avec les athlètes canadiens durant les huit mois qui précèdent les Jeux olympiques. Le bilan est positif : le Canada décroche des médailles comme jamais auparavant.

En prévision des Jeux de 2010 de Vancouver, les scientifiques du programme ultrasecret se concentrent sur quatre aspects susceptibles de rehausser la performance des athlètes dans les sports d’hiver : la friction de la neige, la friction de la glace, l’aérodynamique et la performance humaine. Le Canada étant le pays où l’on patine le plus au monde, nos patineurs ont fait l’objet de recherches intensives qui leur permettront d’atteindre leur rendement maximal.

Les essais poursuivis à l’Institut de recherche aérospatiale du CNRC portaient sur 11 sports d’hiver :

le bobsleigh, le skeleton, la luge, le ski alpin, le skicross (un sport de compétition qui fera son entrée pour la première fois aux Jeux de Vancouver), le ski para-alpin, le ski de fond/biathlon, le ski para-nordique, le ski acrobatique, le surf des neiges, le snowboardcross et le patinage de vitesse.


La recette de la meilleure combinaison de course pour le patinage

En patinage de vitesse, bien savoir comment l’air circule autour de soi n’aide pas seulement l’athlète à adopter la meilleure posture et à réduire la friction de l’air. Cette connaissance est indispensable si l’on veut analyser la performance de la combinaison de course qu’enfile le patineur.

La soufflerie de 2 mètres par 3 mètres du CNRC est une

La soufflerie de 2 mètres par 3 mètres du CNRC est une
véritable « bête de somme ».


Située à Ottawa, elle a été bâtie en 1942 pour tester l’aérodynamisme des avions. Aujourd’hui, 70 % des essais qui s’y déroulent ne portent plus sur l’aérodynamique des aéronefs, mais sur celle des corps non profilés. La soufflerie reproduit des vents soufflant jusqu’à 400 km/h. Les bobeurs et lugeurs peuvent y atteindre une vitesse de 153 km/h, contre 130 km/h pour les skieurs et environ 60 km/h pour les patineurs.

Sachant cela, les chercheurs du CNRC se sont penchés sur les facteurs susceptibles de modifier la performance aérodynamique de l’athlète et de son équipement. Pour y parvenir avec précision, ils devaient mesurer la résistance du corps à l’air dans diverses positions, car les patineurs modifient constamment le profil de leur corps quand ils font le tour de la piste.

Plus important encore, il fallait analyser, interpréter puis appliquer rapidement les résultats des essais. Les patineurs ont pu voir et ressentir les améliorations venant de modifications – même infimes – à leur posture, à leur combinaison de course ou aux deux. Les entraîneurs ont également pu simuler des séquences de course et obtenir des résultats en temps réel. Enfin, Descente Ltd.MC, qui fabrique les combinaisons, a pu modifier rapidement les combinaisons en conséquence.

Les résultats des tests effectués par le CNRC ont permis de sélectionner la meilleure combinaison pour les membres de l’équipe canadienne de patinage de vitesse. Selon M. Larose, celle-ci « a sensiblement évolué comparativement à celle qu’on portait aux Jeux de Turin. »

Prêt à faire un malheur

Le patinage de vitesse n’est pas le seul sport d’hiver à avoir bénéficié du savoir-faire du CNRC.

Pour la première fois, les adeptes du surf des neiges, du ski para-alpin, du skicross et du ski acrobatique ont visité sa soufflerie dans l’espoir d’apporter d’importantes modifications aérodynamiques à leur sport. Les équipes canadiennes de skeleton et de luge y ont aussi fait leur retour pour se perfectionner et ajuster leur équipement. Deux modèles de traîneau ont été testés pour l’équipe masculine de bobsleigh, et le triple champion olympien Rob Boyd, devenu entraîneur de l’équipe féminine de ski alpin, y a amené ses protégées. Les membres des équipes canadiennes de ski de fond et de biathlon ainsi que plusieurs skieurs para-nordiques ont également visité les installations du CNRC.

« Pouvoir effectuer rapidement des tests précis en soufflerie constitue l’avantage du CNRC, déclare M. Larose. Dans la soufflerie, les athlètes sentent sur-le-champ les améliorations résultant d’une légère modification de leur position. Parallèlement, les concepteurs et les fabricants analysent rapidement comment leur équipement se comporte dans diverses conditions. »

Les surfeurs des neiges ont sans aucun doute trouvé que l’expérience était révélatrice. Au dire de M. Larose, « les surfeurs ont tendance à se baisser pour aller plus vite, mais, contrairement à ce qui se passe en ski alpin, la position accroupie ne permet pas d’accélérer, elle ralentit ». On sera donc peu surpris d’apprendre que les tests du CNRC recommandaient des améliorations non seulement à l’habillement des surfeurs, mais aussi à leur posture.

Ces athlètes devraient pouvoir faire un malheur – autant sur la piste que dans les ouvrages recensant les records.

L’équipe masculine de bobsleigh

L’équipe masculine de bobsleigh

À tous nos athlètes olympiques de 2010, le CNRC souhaite une médaille d’or. Bonne chance!

Information pertinente