Conseil national de recherches Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Iridium

Avertissement L'information sur cette page a été archivée et n'est conservée qu'aux fins de référence, de recherche ou de tenue de dossiers. Visitez le nouveau site du CNRC pour y trouver les informations les plus récentes.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.


77
Ir
192,217
iridium

Iridium

L'iridium figure parmi les éléments les plus rares sur la Terre. Lorsqu'on a découvert de grandes concentrations de cet élément dans diverses régions du monde, notamment sur la côte du Mexique, les géologues y ont vu une preuve du phénomène à l'origine de la disparition des dinosaures, à la fin du Crétacé. En effet, une fine couche contenant de l'iridium sépare les strates géologiques de l'ère Tertiaire et celles du Crétacé. Or, comme l'iridium se rencontre couramment dans les astéroïdes et les comètes, on croit que c'est un météorite qui, en heurtant la Terre, a amené l'extinction des grands sauriens.

L'iridium tire son nom du latin iris qui signifie arc-en-ciel, ses sels étant nettement colorés. Ce métal dur et cassant résiste très bien à la corrosion.

L'iridium se retrouve associé au platine, et on se sert de ces deux éléments pour produire de durs alliages résistant à la chaleur. On combine également ces deux métaux pour faire des bornes électriques comme les bougies des automobiles. Autrefois, on se servait d'un alliage d'iridium et de platine comme mètre-étalon. De nos jours, le Conseil national de recherches Canada (CNRC) maintient l'étalon de longueur au Canada. Pour l'instant, le CNRC a choisi comme étalon la raie spectrale d'un laser à hélium-néon réglé pour frapper la raie d'absorbtion d'une molécule d'iode.