Conseil national de recherches Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Iode

Avertissement L'information sur cette page a été archivée et n'est conservée qu'aux fins de référence, de recherche ou de tenue de dossiers. Visitez le nouveau site du CNRC pour y trouver les informations les plus récentes.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.


53
I
126,90447
iode

Iode

L'iode est un solide noir bleuté à l'éclat luisant, qui dégage une odeur irritante et se sublime (passe à l'état de vapeur) facilement. Bien qu'on ne l'ait jamais découvert à l'état libre, l'iode est un élément beaucoup moins réactif que les autres membres de la famille des halogènes. L'iode doit son nom au terme grec « iodes », qui signifie violet. En effet, dissous dans diverses solutions, il confère au liquide une magnifique couleur mauve.

L'iode est essentiel pour la santé des êtres humains. Une carence dans l'organisme peut entraîner le goitre, une hypertrophie de la thyroïde. De nos jours, cette maladie est fort rare en Amérique du Nord, car on ajoute couramment de l'iode au sel. Beaucoup d'algues marines renferment une concentration relativement élevée d'iode. En collaboration avec le Conseil national de recherches Canada (CNRC), l'entreprise Acadian Seaplants Limited (ASL) a récemment transformé des algues canadiennes en produits de grande valeur pour l'exportation à l'étranger, notamment au Japon. À présent, la « mousse d'Irlande » produite grâce à la technologie mise au point par le CNRC et ASL est utilisée comme source d'iode dans l'alimentation.

L'iode joue un grand rôle en médecine légale, où il sert au prélèvement des empreintes digitales. En 1998, le CNRC a découvert une méthode plus efficace pour relever les empreintes sur le corps des victimes d'homicide.

Jusque-là, on fumigeait le corps de vapeurs d'iode puis on transférait les empreintes sur un plat d'argent poli, mais les risques de perdre les empreintes durant le transfert étaient très grands. Le CNRC a donc adapté une technologie britannique initialement destinée au papier. Désormais, le corps de la victime est exposé aux vapeurs d'iode puis on pulvérise sur lui un autre produit chimique (alpha-naphtoflavone). Quand les deux composés réagissent entre eux, les empreintes sur la peau prennent une vive teinte bleu noir. Cette méthode met fin au transfert risqué des empreintes tout en révélant nettement leur présence. Cette technologie est aujourd'hui employée partout dans le monde.

 

Autres applications

 

  • On dissout couramment des composés de l'iode dans l'alcool pour désinfecter les plaies.
  • Les isotopes de l'iode sont utilisés comme traceurs radioactifs pour étudier et soigner le cancer de la thyroïde.