Conseil national de recherches Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Américium

Avertissement L'information sur cette page a été archivée et n'est conservée qu'aux fins de référence, de recherche ou de tenue de dossiers. Visitez le nouveau site du CNRC pour y trouver les informations les plus récentes.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.


95
Am
[243]
américium

Américium

C'est une équipe de recherche de Chicago qui a découvert le 95e élément du tableau périodique, peu avant la fin de la Deuxième Guerre mondiale, d'où le nom d' « américium ».

L'américium est un métal radioactif qui émet environ trois fois plus de rayonnement alpha que le radium, c'est pourquoi on se sert d'un de ses isotopes, l'américium-241, comme source de radioactivité portative pour effectuer des gammagraphies. On utilise aussi cet élément pour la recherche en cristallographie et la production de neutrons.

Bien qu'on voie rarement ces applications dans la vie courante, l'américium est plus près de nous qu'on l'imagine. En effet, bon nombre de détecteurs de fumée dans les habitations et d'autres types de bâtiments en Amérique du Nord emploient l'américium comme source d'ionisation afin de déceler les débuts d'incendie. Le rayonnement alpha émis par l'américium ionise les molécules qui, en temps normal, ne sont pas présentes dans l'air, déclenchant ainsi l'alarme. Il y a si peu d'américium dans les détecteurs de fumée qu'on l'estime non dangereux malgré sa radioactivité.