Conseil national de recherches Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Lieux propices à la vie

Avertissement L'information sur cette page a été archivée et n'est conservée qu'aux fins de référence, de recherche ou de tenue de dossiers. Visitez le nouveau site du CNRC pour y trouver les informations les plus récentes.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.


Ken Tapping, le 1 juillet 2009

Dans le ciel, cette semaine...

> Jupiter et Neptune se côtoient dans le ciel et apparaissent vers minuit. Saturne brille au sud-ouest en soirée.

> Mars et Vénus se lèvent au petit matin.

> La lune sera pleine le 7 juin. Pour les Autochtones, c'est la lune du Tonnerre qui marche.

a

Il n'y a pas longtemps, quand nous nous sommes penchés sur les plus récents travaux concernant la recherche de preuves de l'existence de la vie sur des planètes gravitant autour d'autres astres, nous nous étions concentrés sur les planètes semblables à la nôtre, c'est-à-dire chaudes, avec de l'eau à l'état liquide et peuplées de créatures à leur surface. Est-ce vraiment la seule possibilité? La vie pourrait adopter maintes formes, certaines si étranges qu'on pourrait ne jamais les avoir encore imaginées. Nous serions donc être dans l'incapacité de les reconnaître en les voyant. Néanmoins, puisque l'univers semble extrêmement bien réglé pour fabriquer les éléments nécessaires à la vie basée sur le carbone, la Terre étant un exemple de planète abritant une multitude d'organismes vivants de ce type, nous nous limiterons à ce type de forme de vie.

Pendant de nombreuses années, les habituelles candidates à la vie fondée sur le carbone étaient des planètes situées à une distance adéquate de leur étoile pour présenter de l'eau à l'état liquide en surface. Cependant, il semble désormais qu'on peut trouver la vie ailleurs, dans des lieux où cette condition est loin d'être respectée. Nous en avons la preuve directement sous les yeux, au fond de l'océan.

Le long des dorsales océaniques, où le magma brûle à faible profondeur sous le fond de la mer, l'eau s'infiltre dans le sol. Elle est alors chauffée sous pression à des centaines de degrés et dissout divers minéraux, dont bon nombre sont des composés du soufre. Le cocktail qui en résulte est chargé de sulfures d'hydrogène dissous et est éjecté par les cheminées volcaniques disséminées sur le plancher de l'océan. Au contact de l'eau de mer plus froide, le mélange se refroidit et les minéraux précipitent. L'eau autour de ces évents est chargée de particules noires qui lui donnent un aspect de fumée sombre. Bien que toxique pour l'être humain, ce mélange improbable sert de nourriture à de bizarres créatures qui vivent des composés chimiques riches en soufre présents dans l'eau, sans qu'elles aient besoin d'oxygène. Le point capital est que ces petites communautés entourant les cheminées n'ont besoin ni de soleil ni d'air. Même si le soleil disparaissait, elles continueraient de vivre sans problème, petites oasis liquides sous les océans gelés. Bref, voici une forme de vie possible, aux besoins différents des nôtres, qui survivrait là où nous ne saurions le faire. Il lui suffirait d'assez de chaleur pour alimenter ces jets bouillants, riches en minéraux. Sur la Terre, la chaleur vient de la désintégration des éléments radioactifs présents dans le noyau de la planète et du malaxage dû à la force des marées causées par la lune.

Voilà qui nous amène à Europe, un des plus gros satellites de Jupiter, dans les coins reculés et glacés du système solaire. Europe est couverte d'une couche de glace sous laquelle tout indique qu'il y a de l'eau à l'état liquide. La chaleur produite par le léger pétrissage attribuable à la force de gravité de Jupiter suffit pour empêcher l'eau de geler. Si la chaleur suffit à créer quelques cheminées, peut-être y trouverait-on de la vie. Et en fait, un autre candidat inattendu s'est ajouté à la liste : Encelade, un des satellites de Saturne, planète encore plus éloignée du soleil. Ce satellite ressemble à Europe – une boule couverte de glace, mais il est plus chaud qu'il devrait l'être et est le siège d'éruptions d'eau, de méthane et d'autres substances chimiques. Il pourrait facilement y avoir un océan sombre et tiède sous cette glace. La chaleur responsable des éruptions pourrait venir du malaxage causé par la force de gravité de Saturne. Qui dit grandes éruptions dit aussi éruption de plus petite taille, donc des cheminées autour desquelles pourraient se grouper des formes de vie exotiques. Il ne reste qu'à se rendre sur place pour vérifier.


Ken TappingKen Tapping est astronome à l'Institut Herzberg d'astrophysique du Conseil national de recherches du Canada (IHA-CNRC). Il travaille à l'Observatoire fédéral de radio-astrophysique de Penticton (C.-B., V2A 6K3). Tél. : (250) 493-2277; téléc. : (250) 493-7767;
Courriel : ken.tapping@nrc-cnrc.gc.ca.