Conseil national de recherches Canada
Symbole du gouvernement du Canada
Dimensions

ARCHIVÉ - Un scientifique vous répond

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.


2e question : Comment pourrait-on intégrer ce genre d’information aux systèmes de surveillance de la santé publique?

 
Durée de la vidéo : 01:51

Transcription de la bande

(Norm Vinson, assis devant une étagère, s’adresse à la caméra.)

Il y a des études qui ont déjà été effectuées, qui démontrent la possibilité de faire la surveillance en utilisant les réseaux sociaux, des études sur la grippe je pense, puis aussi sur les attitudes des gens envers la vaccination. Alors, c'est certainement possible d'un point de vue technique d’implémenter un système qui roulerait tous les jours pour faire ce genre de surveillance là.

La difficulté, c'est que ce n'est pas nécessairement certain que ça en vaut la peine, par exemple si on regarde un autre genre de système qui fait une surveillance, effectuer une surveillance sur les visites à l'urgence. Il y a des systèmes qui font ce genre de surveillance qui sont implantés partout aux États-Unis et aussi qui couvrent la plupart de la province de l'Ontario, mais c'est quand même encore controversé alors la question que les gens se posent, c'est : est-ce que ça vaut vraiment le coût, est-ce que ça vaut vraiment l'effort d’implémenter et d'utiliser ces systèmes-là? Parce qu’une fois qu'on a les systèmes, il faut les consulter, il faut vérifier s’il y a des fausses alarmes. Il faut quand même les investiguer pour déterminer que c'est en réalité des fausses alarmes. Alors ça prend quand même du travail, un coût opérationnel et un coût d'implantation. Et on n’est pas certain si effectivement, les bienfaits justifient le coût, alors on peut poser la même question pour la surveillance des réseaux sociaux : est-ce que les bienfaits, est-ce que les avantages de faire cette surveillance-là justifieraient les coûts d’implémentation et d'opérations?

(Texte sur l’écran : Conseil national de recherches Canada; National Research Council Canada. Tous droits réservés Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le Conseil national de recherches du Canada, 2011.)

(Mot-symbole Canada) end

Retour à l’article principal


ISSN 1927-0283 = Dimensions (Ottawa. En ligne)