Conseil national de recherches Canada
Symbole du gouvernement du Canada
Dimensions

ARCHIVÉ - Chroniqueur invité

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.


Chroniqueur invité

Du calme devant la vogue du bleuet!

Des recherches laissent croire que le jus de bleuet est bon pour la mémoire et le cerveau. Mais aucun aliment à lui seul ne détient la clé d'une bonne santé.

Joe Schwarcz

Joe Schwarcz dirige l'Organisation pour la science et la société de l'Université McGill, organisme qui s'est donné pour mission de démystifier la science pour le public, les médias et les étudiants. Auteur des succès de librairie An Apple a Day, Brain Fuel et Science, Sense & Nonsense, il cumule de nombreux honneurs, dont la médaille McNeil de la Société royale du Canada pour la vulgarisation scientifique et le prix Grady Stack de l'American Chemical Society pour la vulgarisation de la chimie.

Le jus de bleuet est-il un bon investissement dans sa santé? Si des essais plus importants et mieux conçus confirment les résultats de la recherche déjà effectuée aux É.-U., peut-être en trouverez-vous pour le déjeuner à la place du jus d'orange. Et, qui sait? Ceux qui peuvent se le permettre en avaleront un second verre le soir, avant de se coucher.

Pourquoi en boire? Pour améliorer sa mémoire, combattre la dépression, rehausser sa coordination et possiblement atténuer les risques de démence.

Le bleuet a fait pour la première fois les manchettes en 1999, quand des chercheurs de l'Université Tufts, à Boston, ont constaté que des rats vieillissants à qui on donnait un supplément de bleuets avaient une meilleure mémoire et de meilleures habiletés motrices que leurs congénères mangeant la diète habituelle de laboratoire.

Mais comment tester la mémoire et les habiletés motrices d'un rongeur? En mesurant le temps qu'il prend pour trouver une plateforme immergée dans de l'eau trouble et celui qu'il reste en équilibre sur une baguette en rotation. Les mangeurs de bleuets s'y prenaient vraiment mieux! À vrai dire, on les aurait jurés plus jeunes. Les jeunes rats s'accrochent à leur baguette environ 14 secondes, contre 6 pour leurs aînés. Mais pas les aînés à la diète de bleuets! Car ces derniers ne chutent pas de leur perchoir avant 10 secondes.

Les humains ne sont toutefois pas des rats grand format, hormis quelques-uns, peut-être. Alors que peuvent les bleuets pour nous? Suppléeront-ils à une mémoire défaillante? Combattront-ils la maladie d'Alzheimer?

Les anthocyanines donnent leurs couleurs vives à beaucoup de fruits (par ex., bleuets, canneberges, pommes de terre mauves et chou rouge). Ces fruits sont une bonne source d'antioxydants.

Les anthocyanines donnent leurs couleurs vives à beaucoup de fruits (par ex., bleuets, canneberges, pommes de terre mauves et chou rouge). Ces fruits sont une bonne source d'antioxydants.

La meilleure performance des animaux vieillissants au niveau de la mémoire et des habiletés motrices résulte vraisemblablement de la présence d'anthocyanine, le pigment qui donne au bleuet sa couleur. En effet, l'anthocyanine a des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, d'où ses bienfaits. Fait plus intéressant encore, on retrouve l'anthocyanine dans l'hippocampe et le néocortex des rongeurs amateurs de bleuets, deux régions du cerveau essentielles aux fonctions cognitives.

Ce qui donne de bons résultats chez le rat fonctionnera-t-il aussi bien chez l'humain? On peut se poser la question – et c'est précisément ce qu'ont fait les chercheurs de l'Université de Cincinnati. Pour y répondre, ils se sont tournés vers des personnes âgées qui éprouvaient déjà de légers troubles cognitifs, un facteur de risque important dans le développement ultérieur de la maladie d'Alzheimer.

Neuf septuagénaires chez qui on avait diagnostiqué un faible déficit cognitif (selon les résultats de tests de mémoire et de compréhension normalisés) ont été enrôlés dans le cadre de cette étude. Leur tâche était simple : boire deux à deux verres et demi de jus de bleuet sauvage par jour. Après correction en fonction du poids corporel, cette dose correspond à celle qui a eu des effets bénéfiques sur les animaux.

Le saviez-vous?

Après les États-Unis, le Canada est le plus important producteur et exportateur de bleuets de la planète. En 2008, notre pays a exporté l'équivalent de 300 millions de dollars en bleuets dans le monde.

Douze semaines plus tard, les sujets subissaient de nouveaux tests, qui révélaient une nette amélioration du nombre de mots retenus. S'y ajoutait un affaiblissement des symptômes de dépression et une baisse de la glycémie.

Bien sûr, n'importe quelle expérience scientifique de ce genre exige qu'on vérifie l'effet placebo. En effet, la nature humaine est ainsi faite que quelqu'un pourrait redoubler d'efforts pour mémoriser les mots s'il soupçonne qu'on teste une substance améliorant la mémoire.

Pour contrer l'effet placebo, les expérimentateurs ont donc testé un groupe de sujets similaire, à qui ils ont donné de la boisson au raisin baptisée « jus de bleuet » . On aurait pu trouver mieux, mais n'importe quel placebo est préférable à aucun. Le nombre de mots retenus était nettement plus élevé avec le jus de bleuet. Apparemment, les anthocyanines du bleuet améliorent vraiment la mémoire.

Le saviez-vous?

Oxford, en Nouvelle-Écosse, est la capitale canadienne du bleuet sauvage. Les provinces de l'Atlantique constituent le plus grand fournisseur de bleuets sauvages au monde.

Cependant, le bleuet n'est pas le seul fruit à le faire. Une étude sur 3 774 sujets de 65 ans et plus a révélé que les fraises retardent sensiblement le déclin des facultés cognitives. Les personnes qui mangent des fraises plus d'une fois par mois déclinent plus lentement que celles qui en consomment moins.

Tout ceci est très intéressant, mais restons réalistes. La plupart des gens ne peuvent boire quelques verres de jus de bleuet par jour. Et il serait scientifiquement illogique de déclarer tel ou tel aliment ou boisson « bon » ou « mauvais » pour la santé. C'est l'ensemble de la diète qui compte. En effet, quelqu'un pourrait avaler son jus de bleuet quotidiennement tout en suivant un régime horrible, alors qu'une autre personne pourrait se nourrir très bien sans avaler une goutte de cette potion.

Évidemment, sachant ce que l'on sait de la chimie des petits fruits, et constatant les preuves scientifiques qui ne cessent de s'accumuler, une chose est sûre, une boisson fouettée bleuet-fraise vaut beaucoup mieux qu'une boisson
gazeuse. End

Les points de vue exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur. Surveillez les prochains numéros de Dimensions pour d'autres chroniqueurs invités.

Une centrale d'antioxydants

Les petits fruits tels le bleuet et la canneberge regorgent d'antioxydants. Les antioxydants préviennent ou ralentissent le processus d'oxydation qui endommage les cellules. On associe les effets de cette oxydation à divers problèmes de santé comme les maladies cardiovasculaires, la dégénérescence maculaire, le diabète et le cancer. Les antioxydants se retrouvent principalement dans les fruits et les légumes très colorés, surtout sous forme de vitamine A, C et E. *Agriculture et Agroalimentaire Canada

Partager