Conseil national de recherches Canada
Symbole du gouvernement du Canada
Dimensions

ARCHIVÉ - Diaporama : La science derrière les Jeux olympiques

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.



  • photo
  • Un skieur en plein vol
  • Corps en mouvement
  • Going for green
  • Essais de vitesse
  • La bonne position
  • Petit, mais robuste
  • Protection légère
  • Des chronomètres rudimentaires
  • Plus rapide qu’un clignement de paupière
  • Laser ou infrarouge?
  • Rester synchro
  • Générer de la chaleur avec la glace
  • Protection des cours d’eau à Whistler
  • Vidéo
Un skieur en plein « vol ».

La physique prend l’air

Le saut à skis est un exemple classique de physique appliquée. L’athlète farte ses skis afin d’en réduire la friction sur la neige. Il mise sur la gravité pour arriver au bout du tremplin. Une fois là, il n’a qu’un dixième de seconde pour sauter en avant et aussi haut que possible. S’il saute trop vite, les skis pointeront vers le bas. La résistance de l’air s’en trouvera accrue et la distance parcourue sera courte. S’il le fait trop tard, les skis pointeront trop haut et il pourrait perdre la maîtrise. Une fois dans les airs, le skieur se place de façon à maximiser la portance et à minimiser la résistance du vent. Il met les mains derrière le dos et se penche vers l’avant pour former un angle qui repoussera le vent vers le bas, obligeant l’air qui file sur son corps à circuler plus vite que l’air en dessous. Selon le principe de Bernoulli, une telle posture atténue la pression de l’air sur les omoplates du skieur, ce qui engendre une légère force verticale qui allongera légèrement la trajectoire. Le skieur ouvre ses skis en V pour obtenir une petite poussée aérodynamique, mais la gravité le ramènera vers le sol à environ 130 mètres de son point de décollage.

Pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15