Conseil national de recherches Canada
Symbole du gouvernement du Canada
Dimensions

ARCHIVÉ - La science canadienne entre dans une nouvelle dimension

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.


Compresseur muni de pales spécialement profilées pour réduire le bruit conçues par le CNRC dans les années 60.

Compresseur muni de pales spécialement profilées pour réduire le bruit conçues par le CNRC dans les années 60.

Dans ce numéro inaugural de Dimensions, nous nous proposons de vous faire découvrir les dernières avancées de la science canadienne dans des domaines comme la photonique, les antioxydants de la pomme de terre et la détection des pathogènes à l'aide de nanosondes.

Le nom de notre magazine électronique — Dimensions — évoque à la fois l'avenir du Canada et le passé du CNRC et son respecté magazine Dimension Science.

De 1969 à 1986, Dimension Science s'est fait la vitrine de la recherche menée au CNRC pour résoudre les problèmes de l'époque. Dès sa première année de publication, le magazine publiait un article sur le bruit des avions à réaction à proximité des grands aéroports. Avec l'avènement annoncé du supersonique Concorde dans les années 70, on se préoccupait de plus en plus de la pollution causée par le bruit dans les villes canadiennes. Des chercheurs du CNRC étudiaient alors une nouvelle façon de « neutraliser » en partie le sifflement des moteurs d'avion en créant des interférences destructrices dans le modèle des ondes sonores.

Un technicien procède aux derniers réglages sur un moteur d'avion à réaction, vers 1969.

Un technicien procède aux derniers réglages sur un moteur d'avion à réaction, vers 1969.

De nos jours, les avions à réaction sont beaucoup moins bruyants que leurs prédécesseurs et le Concorde fait désormais partie de l'histoire de l'aviation. Mais avec le trafic aérien croissant, la concentration de la population près des aéroports et les normes plus strictes en matière de pollution sonore, la réduction du bruit des aéronefs demeure une priorité.

Encore aujourd'hui, le CNRC s'impose comme un chef de file en modélisation informatique et en dynamique des fluides numérique et il exploite certaines des installations d'essais les plus avancées dans le monde. Les constructeurs aéronautiques viennent au CNRC pour tester leurs moteurs afin de s'assurer qu'ils respectent les limites de bruit et de vibration. Voici d'autres exemples des travaux actuellement menés au CNRC dans ce domaine :

  • À l'aide d'un fuselage d'avion pleine grandeur, ses chercheurs valident des modèles informatiques permettant de prédire les niveaux sonores dans les cabines d'avion.
  • La chambre acoustique unique du CNRC est utilisée pour simuler les vibrations intenses provoquées par le lancement d'un satellite dans l'espace ou celles qui s'exercent sur les composantes d'un aéronef en vol.
  • Un puissant logiciel mis au point au CNRC aide les architectes et les constructeurs à trouver de meilleures façons d'isoler les bâtiments contre les bruits des aéronefs, avant même que la construction ne débute.

Le CNRC étudie la transmission du son à travers les différentes composantes d'un aéronef.

Le CNRC étudie la transmission du son à travers les différentes composantes d'un aéronef.

Quarante ans après la publication du premier numéro de Dimension Science, le CNRC continue de repousser les limites de la science canadienne afin d'améliorer la santé, la sécurité et la qualité de vie des Canadiens. Nous ambitionnons de vous faire découvrir d'autres aspects de la science et de la technologie canadiennes dans les futurs numéros de Dimensions. End

Partager