Foire aux questions - Expérimentation sur les animaux

Question : 1

Pourquoi le CNRC a-t-il recours à l'expérimentation animale?

Réponse à la question 1 :

De nombreux chercheurs du CNRC utilisent des systèmes non-vivants (in vitro) plutôt que l'expérimentation animale, mais à mesure que les travaux de recherche progressent, le recours à un modèle animal (in vivo) s'avère parfois inévitable.

Le CNRC s'efforce toujours autant que possible d'utiliser des méthodes autres que l'expérimentation animale et chaque année, l'organisme et le milieu de la recherche en général déploient d'importants efforts pour mettre au point des méthodes substitutives.

En fait, un chercheur doit confirmer qu'il n'y a pas d'autres méthodes d'expérimentation disponibles avant d'obtenir l'autorisation d'utiliser des animaux dans le cadre de ses travaux de recherche.

Malheureusement, il n'existe pas à l'heure actuelle de modèle substitutif qui puisse reproduire les interactions complexes dans un organisme complet. La recherche sur les animaux est par conséquent nécessaire pour déterminer l'efficacité, de même que l'innocuité d'un nouveau médicament, d'une nouvelle procédure médicale ou d'un nouveau dispositif médical.

Question : 2

Quels sont les travaux de recherche pour lesquels le CNRC a recours à des animaux?

Réponse à la question 2 :

La recherche sur les animaux joue un rôle important et actuellement irremplaçable dans la recherche en laboratoire au CNRC, en particulier dans le secteur des sciences de la vie. Le PARI-CNRC finance également un petit nombre de projets dans le cadre desquels on fait appel à des animaux.

En sciences de la vie, l'expérimentation animale au CNRC intervient dans des projets de recherche sur la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, les AVC, les maladies infectieuses, le cancer et le développement de vaccins.

La majorité des projets du PARI-CNRC sont menés dans les secteurs de l'agriculture et de l'aquaculture commerciales. D'ordinaire, les travaux financés par le PARI-CNRC sont non-invasifs et comprennent notamment l'expérimentation de nouveaux aliments ou de matériel pour l'élevage des poissons ou des animaux à des fins commerciales. Le PARI-CNRC ne dispose pas d'installations pour les animaux, mais finance des travaux de recherche qui peuvent faire appel à des animaux. Un projet doit avoir été approuvé du point de vue de l'éthique avant que le financement ne soit accordé.

Question : 3

Quels animaux sont utilisés au CNRC?

Réponse à la question 3 :

La plus grande partie de l'expérimentation animale au CNRC se fait avec des petits animaux comme des souris, des rats, des hamsters, des cochons d'Inde et des poissons. Ces animaux sont ceux qui sont les plus couramment utilisés dans tous les programmes de recherche sur les animaux au Canada. Des lapins et des cochons sont aussi parfois utilisés.

Question : 4

Comment le CNRC s'assure-t-il du bien-être des animaux utilisés dans ses activités de recherche?

Réponse à la question 4 :

Dès le premier jour, les animaux de laboratoire sont logés avec d'autres animaux de la même espèce dans un endroit confortable. De cette façon, ils socialisent et s'adaptent mieux aux manipulations. Tous les animaux sont gardés dans des milieux qui sont adaptés à leurs besoins physiques et psychologiques. Par exemple, pour construire leurs nids, les souris ont à leur disposition des tampons et du papier déchiquète et pour mâcher, elles ont des morceaux de bois et la cheville. Elles ont également un petit abri en plastique. Tous les travaux de recherche sur des animaux sont supervisés par des vétérinaires compétents et tous les animaux utilisés dans la recherche au CNRC reçoivent des soins qui répondent aux normes vétérinaires. Tous les techniciens qui manipulent les animaux sont formés à cet égard afin de maximiser le confort et de minimiser le stress des animaux.

Par exemple, on administre un anesthésique général et un analgésique postopératoire (médicament contre la douleur) à une souris qui doit subir une opération tout comme on le fait à une personne qui se fait opérer dans un hôpital. Après l'opération, on surveille la convalescence de la souris, y compris la cicatrisation de l'incision, sa condition physique générale et son poids. Si l'animal perd plus de 15 % du poids qu'il avait avant la chirurgie, il peut être retiré de l'étude, traité aux antibiotiques, nourri avec des compléments alimentaires ou euthanasié. Il revient au comité local de protection des animaux du CNRC (CPA) d'établir ces dispositions avant l'approbation de la demande.

Question : 5

5. Comment le CNRC s'assure-t-il du bien-être des animaux utilisés dans ses activités de recherche?

Réponse à la question 5 :

Avant que l'expérimentation animale soit envisagée, on doit procéder à une analyse des solutions de remplacement. Si la recherche sur les animaux est jugée comme la seule méthode d'expérimentation possible, le groupe de recherche doit faire la preuve au CPA que la recherche sera menée selon les normes éthiques les plus strictes.

En évaluant la proposition et les mesures qui seront prises pour assurer le bien-être des animaux, les CPA doivent être guidés par le principe des « trois R » :

  • Remplacement : désigne les méthodes qui évitent ou remplacent l'utilisation des animaux dans un domaine où il est d'usage de les utiliser;
  • Réduction : désigne la stratégie consistant à réduire le nombre d'animaux utilisés;
  • Raffinement : désigne les modifications apportées aux procédures afin de réduire la détresse.

La demande au CPA doit inclure une description de toutes les procédures pouvant avoir des effets indésirables ainsi que les mesures prises pour les contrer. Ce qui comprend une description détaillée de toute intervention chirurgicale, de l'administration des anesthésiques nécessaires, des points de limite éthiquement acceptables pour mettre fin à l'étude et de la méthode d'euthanasie.

Question : 6

Qu'advient-il des animaux à la fin de l'expérimentation?

Réponse à la question 6 :

L'expérimentation animale nécessite souvent l'analyse et la collecte de tissus, ce qui requiert une euthanasie conforme à l'éthique une fois que la procédure est terminée. La méthode d'euthanasie choisie est un élément clé dans l'examen d'une demande d'autorisation et cette méthode doit être conforme aux directives du Conseil canadien de protection des animaux (CCPA) (voir ci-dessous le lien au site Web du CCPA).

Question : 7

Ai-je besoin d'une autorisation pour avoir recours à des animaux dans le cadre d'une recherche au CNRC?

Réponse à la question 7 :

Oui, tous les chercheurs du CNRC doivent obtenir une autorisation avant d'entreprendre des recherches faisant appel à l'utilisation d'animaux. Les demandes d'autorisation sont adressées au CPA local.

La permission d'entreprendre des recherches sur les animaux est assujettie à l'examen du formulaire de protocole d'utilisation des animaux (PUA) soumis par le chercheur principal qui participe à l'étude.

Question : 8

Qu'est-ce qu'un comité de protection des animaux?

Réponse à la question 8 :

Les comités de protection des animaux locaux qui examinent les demandes d'expérimentation sur des animaux et supervisent le programme de soin et d'utilisation des animaux de l'organisation constituent la pierre angulaire du programme de certification du CCPA. Le GP du portefeuille est en fin de compte la personne responsable du programme de protection des animaux, et c'est de cette personne que relève le CPA. Selon les lignes directrices du CCPA, les CPA sont composés des représentants suivants :

  • a) des chercheurs ayant de l'expérience dans le domaine des soins et de l'utilisation des animaux;
  • b) un vétérinaire ayant de l'expérience dans le domaine des soins et de l'utilisation des animaux d'expérimentation;
  • c) un membre de l'établissement qui, dans le cadre de ses fonctions normales n'a, à aucun moment pendant sa carrière, dû utiliser des animaux dans le cadre de ses recherches, de son enseignement ou de tests effectués;
  • d) au moins une personne, et préférablement deux, représentant les intérêts et les préoccupations de la collectivité, n'ayant aucun lien avec l'établissement et n'ayant jamais été engagée dans l'utilisation d'animaux à des fins de recherche, d'enseignement ou de tests;
  • e) un représentant du personnel technique (soit un technicien en soins aux animaux ou en expérimentation animale, ou de l'animalerie);
  • f) le coordonnateur du CPA (l'employé de l'établissement qui offre des services de soutien au CPA).

Question : 9

9. Quelle est l'importance des représentants de la collectivité?

Réponse à la question 9 :

Les membres de la collectivité jouent un rôle crucial dans le programme de protection et d'utilisation des animaux en représentant les intérêts du public en général. Afin d'éviter tout conflit d'intérêts ou apparence de conflit d'intérêts, les représentants de la collectivité ne doivent jamais avoir été engagés dans la recherche sur des animaux. La présence d'un représentant de la collectivité est obligatoire pour réunir le quorum aux réunions ou pour valider l'inspection annuelle d'une installation par le CPA. Seule la présence au CPA du représentant de la collectivité et du vétérinaire est obligatoire.

Des représentants de la collectivité de tous horizons siègent ou ont siégé aux CPA du CNRC, y compris (par exemple) : des banquiers, des enseignants, des programmeurs de logiciels, des membres de la Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux et des avocats. L'un des principaux défis que doivent relever tous les chercheurs du CNRC consiste à expliquer en langage simple aux membres de la collectivité comment et pourquoi ils doivent utiliser des animaux dans le cadre de leurs travaux de recherche.

Si vous connaissez quelqu'un qui pourrait s'acquitter avec compétence des fonctions de représentant de la collectivité au sein d'un CPA, veuillez communiquer avec le président d'un CPA.

Question : 10

10. Où puis-je trouver de l'information supplémentaire sur le traitement éthique des animaux d'expérimentation au Canada?

Réponse à la question 10 :

Le Conseil canadien de protection des animaux est un organisme indépendant qui encadre l'utilisation éthique des animaux en science au Canada. Le CCPA est chargé d'informer les Canadiens sur l'utilisation des animaux en science et est responsable devant le grand public. En plus d'élaborer des lignes directrices et des politiques, le CCPA établit des statistiques annuelles détaillées sur le nombre d'animaux utilisés en science et prépare un rapport annuel qui vise à rendre compte de ses activités au public et aux tierces parties participant à ses programmes.

Visitez le site Web du CCPA.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :
Avis de confidentialité